septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’interdiction de la publicité sur les combustibles fossiles en France présente des failles, selon Greenpeace


4 je lis le procès-verbal

La France est devenue le premier pays européen à interdire les publicités sur les combustibles fossiles, dans un geste annoncé comme un signe des temps au milieu de vagues de chaleur dangereuses et d’inondations dans le monde en raison du changement climatique. Mais le groupe environnemental Greenpeace affirme qu’il offre plus d’opportunités à l’industrie.

Les produits énergétiques liés aux combustibles fossiles, notamment le pétrole, le charbon et les carbones contenant de l’hydrogène, sont interdits dans toute la France en vertu d’une nouvelle loi adoptée le mois dernier. Les sanctions comprennent des amendes comprises entre 20 000 € et 100 000 €, qui doublent en cas de récidive.

Annonces de combustibles fossiles

L’interdiction a été proposée dans le cadre d’une réunion de 150 membres en 2019 visant à réduire l’exposition aux entreprises faisant la promotion des combustibles fossiles liés au changement climatique. Globalement, l’énergie est primordiale Les émissions de gaz à effet de serre Plus de 30 pour cent.

Mais la loi fait face à des réactions négatives de la part des groupes qui ont poussé à son existence en premier lieu. Le groupe environnemental Greenpeace a proposé la législation il y a plusieurs années dans le cadre des efforts du pays pour lutter contre le changement climatique.

À l’heure actuelle, le groupe affirme que la loi est insuffisante pour lutter correctement contre l’écoblanchiment.

« Vous lirez partout que la publicité pour les combustibles fossiles est désormais interdite, mais ce n’est pas vrai », a tweeté Greenpeace France après que le pays a annoncé l’interdiction.

READ  La cathédrale Notre-Dame de France est préservée et prête à être reconstruite
Publicité totale.

« Les publicités pour le gaz peuvent continuer, les parrainages, la communication corporate et la publicité financière sur les énergies fossiles restent autorisés. »

Le militant pétrolier de Greenpeace, François Chartier, a qualifié cette décision d’écoblanchiment politique. « Ce n’est pas une loi qui apportera des changements », a-t-il déclaré.

Le groupe affirme que les entreprises ont la possibilité d’éviter l’interdiction, par exemple en s’engageant en tant que sponsors d’émissions. Et le gaz naturel, qui contient 50 % de biogaz, n’a aucune restriction.

« Ce n’est pas une loi qui apportera des changements », a déclaré François Chartier, chargé de campagne océan chez Greenpeace France. a déclaré au Times de Londres. Il pointe du doigt Total, le leader français de l’énergie, qui sera toujours autorisé à parrainer la Coupe du monde de rugby de l’année prochaine, qui comprendra des publicités vues par des centaines de millions de téléspectateurs. Le dernier match en 2019 a attiré près de 900 millions de téléspectateurs dans le monde.

Photo de Markus Spiske sur Pexels.

« Les normes légales et réglementaires exigent que les allégations environnementales dans les publicités soient accompagnées de preuves scientifiques. Souvent, il s’agit de ce que les publicités ne disent pas », écrivent Johnny White, avocat chez Client Earth, et Jonathan Wise, co-fondateur de Purpose Disruptors. Tambouriner.

« La preuve est sans équivoque que nous devons éliminer progressivement les combustibles fossiles pour avoir une chance raisonnable d’avoir un avenir vivable. Mais trop Entreprises de combustibles fossiles aller dans la direction opposée – augmenter la production à un rythme qui fait exploser le budget carbone mondial », ont déclaré Wise et White.

READ  Guide d'un local à Grenoble, France : ski nocturne spectaculaire et vie nocturne animée | vacances françaises

Un point clé du changement climatique

Ils disent que les récentes protestations de Greenpeace et une « vague de litiges et de réglementations contre l’écoblanchiment » poussent l’industrie vers un point de basculement « inévitable ».

« C’est le moment où une entreprise ou un groupe de réseau voit qu’il y a plus de récompenses à rompre qu’à maintenir les relations avec les entreprises de combustibles fossiles », écrivent-ils. « Question : qui sera le leader et qui sera le retardataire ? »

Mumbai passera au net zéro :
Atharva Tulsi sur Unsplash

Le Climate Action Network (CAN) a également critiqué la législation, la qualifiant de « potentiellement coûteuse ». « Des milliards d’euros pourraient être détournés de l’investissement dans une transition juste vers une économie durable pour financer la construction de nouvelles centrales nucléaires et à gaz fossile jusqu’à au moins 2045 et 2030 respectivement », indique le groupe.

Il dit que l’énergie nucléaire ne respecte pas le principe de ne pas nuire à l’environnement.

« Le gaz fossile est une source avérée d’émissions de gaz à effet de serre et sa consommation doit être réduite de 30% d’ici 2030 pour atteindre l’objectif climatique européen », a déclaré CAN.

« Considérer les avantages du changement est un faux pas dangereux qui pourrait détourner l’UE de son objectif climatique. »


Image sélectionnée par Eric McLean sur Unsplash