décembre 9, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’Europe stimule la croissance des ventes du constructeur ferroviaire français Alstom

Le 11 mai 2016, le logo d’Alstom a été dévoilé lors d’une conférence de presse à Saint-Ouen, près de Paris, France, pour présenter les résultats annuels de l’entreprise à partir de mars 2015/16. REUTERS / Gonzalo Fuentes

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Jan. 20 (Reuters) – Le constructeur français de trains Alstom a annoncé jeudi une croissance des ventes au troisième trimestre, renforcée par des contrats remportés en Europe et une forte influence du marché qui a consolidé l’unité de train qu’il a achetée à Bombardier l’année dernière.

La société basée à Paris a vendu 3,92 milliards d’euros (4,45 milliards de dollars), ajustant ses taux d’acquisition et de change à 3,71 milliards d’euros il y a un an.

« Nos ventes se sont améliorées comme annoncé en raison de l’augmentation de la production et de la stabilité de nos projets de matériel roulant et de la solide performance des services », a déclaré Henry Boufard-Lafarge, président-directeur général.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le groupe s’est bien comporté en Europe, aidé par sa large portée et son portefeuille en raison de son acquisition de Bombardier qui approche de son premier anniversaire, a déclaré Poupart-Lafarge, ajoutant que l’intégration est en bonne voie.

L’acquisition de 0,5 à 5,5 milliards pourrait faire de la Chine le deuxième acteur mondial de l’industrie derrière CRRC. (601766SS).

L’équipe, qui développe des trains et des systèmes de signalisation pour les réseaux ferroviaires urbains et régionaux, a confirmé son objectif de retrouver un cash-flow positif au second semestre de l’année se terminant le 31 mars.

READ  La France, leader des six nations, a brisé le feu gallois pour remporter Cardiff

Elle a annoncé que les coûts de consolidation du contrat Bombardier Rail pesaient sur son bilan, laissant près de 1,5 à 1,5 milliard en avril-septembre – moins que prévu.

La société a également confirmé ses objectifs restants pour l’année complète, y compris l’amélioration du bénéfice de base et des ventes du second semestre, qui ont dépassé les 7,7,4 milliards comptabilisés au cours des six premiers mois.

(1 $ = 0,8811 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Sarah Morland et Olivier Sorco ; Montage par Jacqueline Wong et Sherry Jacob-Phillips

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.