décembre 8, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les voitures électriques font face à des barrages routiers alors que le gouvernement fédéral tente de stimuler les ventes

Le premier plan canadien de réduction des émissions sera présenté à la Chambre des communes dans deux semaines. Mais le ministre responsable dit qu’il n’inclura pas de détails sur la façon d’atteindre les objectifs de vente du gouvernement fédéral pour les voitures et les camions à zéro émission au cours de la prochaine décennie.

Le plan fédéral est que la moitié de toutes les voitures neuves vendues dans ce pays seront des voitures zéro émission d’ici 2030. Cinq ans après cette date, toutes les voitures neuves vendues doivent être zéro émission.

Le secrétaire à l’Environnement, Stephen Gelbolt, a déclaré que si l’objectif national d’autorisation de vente était clair, il consultait toujours le secteur automobile sur la meilleure façon de l’atteindre.

« Nous ne savons pas encore exactement comment nous y arriverons et comment cela se développera au cours de la prochaine année avec l’industrie et les autres parties prenantes. Mais les objectifs sont clairs », a déclaré la maison Fin de cette semaine.

Les voitures électriques représentent maintenant moins de 5 % des ventes de voitures neuves au Canada, bien que des sondages indiquent qu’environ un tiers des acheteurs de voitures neuves s’intéressent aux véhicules zéro émission, a déclaré Zoe Long, chercheuse au sein de l’équipe de recherche sur les transports durables de Simon. Université Fraser.

26:21Que faut-il pour convertir les Canadiens aux voitures particulières électriques?

Les prix record de l’essence accéléreront-ils la poussée du gouvernement fédéral vers les voitures électriques? Les propriétaires de véhicules électriques, les experts en développement durable et le ministre fédéral de l’Environnement Stephen Gelbolt se joignent à Chris Hall pour la discussion. 26:21

READ  L'Allemagne renonce à s'opposer à l'embargo russe sur le pétrole

Choc et manque d’adhésif

Mais ces composés sont rares. Les files d’attente sont longues. Les prix sont souvent trop élevés pour de nombreux acheteurs – bien que le gouvernement fédéral offre des incitatifs à l’achat allant jusqu’à 5 000 $ et que certaines provinces, notamment la Colombie-Britannique, offrent des offres similaires.

« Si vous allez chez un concessionnaire, il se peut qu’il n’y ait même pas de véhicule électrique sur place que vous puissiez tester », a déclaré Long. la maison.

« La majorité des véhicules électriques à vendre ont actuellement tendance à être plus petits, mais nous savons que 80 % des acheteurs veulent un SUV ou une camionnette. Donc, il n’y a tout simplement pas assez, et pas assez, des bons types de véhicules électriques. pour répondre à la demande. consommateurs ».

Long a déclaré que le gouvernement fédéral devait légiférer sur les objectifs de vente nationaux pour les véhicules électriques afin de garantir que les constructeurs automobiles fassent le changement.

Mais le spectacle n’est qu’une partie du défi. Le coût et le manque de bornes de recharge dans de nombreuses régions du pays sont d’autres choses.

John Page vit à Fort Francis, une ville du nord-ouest de l’Ontario à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Il a dit qu’il avait envisagé d’utiliser l’électricité lorsque lui et sa femme ont acheté une nouvelle voiture à la fin de l’année dernière, mais ils ont été retardés en raison de l’autonomie limitée de ces véhicules par rapport aux voitures à essence.

« Vraiment, c’est juste une peur de la fiabilité dans la mesure où les batteries parcourent ce genre de distance », a-t-il déclaré. « Et nous sommes littéralement au milieu de nulle part dès que nous sortons de Fort Francis. »

READ  J'ai essayé 8 plats canadiens en tant que nouveau venu dans le pays et ces quatre ne valent pas le battage médiatique

objectif ambitieux

Tous ces défis rendront difficile pour le gouvernement d’atteindre ses objectifs de vente de véhicules zéro émission, a déclaré Greg Polzer, professeur à la School of Environment and Sustainability de l’Université de la Saskatchewan.

« Mais cela reste un objectif ambitieux qui vaut la peine d’être le plus proche possible », a-t-il déclaré.

la raison? Le transport est le deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre au Canada, les voitures et les camions légers représentant la moitié de ces émissions.

Poelzer possède une voiture électrique et un SUV à essence. Avec des prix de l’essence en hausse de 2 $ le litre dans la majeure partie du Canada, sa voiture de choix est celle qui, selon lui, coûte l’équivalent de 30 cents le litre à conduire.

Marc Garneau, alors ministre des Transports, prend une photo à une nouvelle borne de recharge pour véhicules électriques à Ottawa le mercredi 1er mai 2019. (Shawn Kilpatrick/La Presse canadienne)

Guilbeault a dit qu’il comprend les défis.

Le ministre reconnaît que les voitures électriques sont mieux adaptées à la conduite en ville qu’à travers le pays, malgré la promesse d’ajouter des dizaines de milliers de bornes de recharge.

En termes de coût, il a déclaré qu’Ottawa allouait des centaines de millions de dollars pour aider le secteur de l’automobile à passer à des véhicules à zéro émission.

Il a également fait valoir que l’écart de prix actuel entre les véhicules à essence et les véhicules à zéro émission se réduirait au cours des cinq prochaines années et que les coûts d’entretien et de ravitaillement en carburant d’un véhicule électrique seraient bien inférieurs.

« C’est pourquoi l’accent est mis sur les bornes de recharge rapide. Vous pouvez recharger 80 % de votre voiture en 20 minutes environ pour environ 8 $. Je ne sais pas combien de personnes… qui peuvent obtenir environ 80 % de réduction sur une voiture pleine de de l’essence pour huit dollars.

Il n’y a pas assez de places pour la livraison

Brian Kingston est le PDG de l’Association canadienne des fabricants d’automobiles. Il a déclaré que le manque de bornes de recharge est le plus grand obstacle à surmonter si le Canada veut avoir une chance d’atteindre l’objectif de faire en sorte que les véhicules électriques compensent toutes les ventes de voitures neuves d’ici 2035.

« À l’heure actuelle, le gouvernement fédéral s’est engagé à construire 50 000 bornes de recharge, mais c’est loin, loin de ce qui est nécessaire pour atteindre l’objectif de 2035. Nous estimons que vous aurez besoin d’environ quatre millions de bornes de recharge publiques et de bornes de recharge pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. Et ça, c’est un handicap. [there is] Beaucoup de travail à faire. »

De retour à Fort Frances, Jon Begg n’est toujours pas convaincu qu’une voiture électrique soit une option viable pour lui.

Une femme se prépare à brancher sa voiture électrique à Markham, en Ontario, le mercredi 15 avril 2020. (Frank Jean/La Presse canadienne)

« Je pense toujours qu’il y a beaucoup de gens dans ce pays, y compris moi et ma famille – nous ne pouvons pas nous permettre 40 000 $ ou 50 000 $ pour une voiture », a-t-il déclaré.

« Nous avons acheté du nouveau gaz efficace [vehicle] Cela donne 42 miles par gallon, et pour la moitié du prix que nous payions pour l’électricité. Je sais qu’il y a une période où les intérêts courent. Il y a un gain à long terme, mais je ne sais pas s’il y a suffisamment de gens qui peuvent se permettre d’attendre à long terme. »

Le timing est aussi dans l’esprit de Guilbeault.

Il a déclaré que le gouvernement n’avait pas décidé s’il devait présenter une législation pour atteindre ses objectifs en matière de véhicules électriques – qui prendrait du temps à passer par le Parlement – ou le faire par voie de réglementation.

Poelzer, de l’Université de la Saskatchewan, a dit qu’il n’était pas sûr que Guilbeault puisse atteindre les objectifs. Il a dit qu’il craignait que si le gouvernement atteigne l’objectif, la consommation du réseau électrique canadien dépasserait de loin sa capacité.

Ce qui ajoute un obstacle de plus à la politique canadienne sur les véhicules zéro émission.