août 15, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les ventes de maisons à Toronto ont chuté de 41% en juin alors que davantage d’acheteurs ont été mis à l’écart

Des prix trop élevés et des taux d’intérêt en hausse compromettent l’abordabilité des logements

Déconnexion vidéo

Le marché de l’habitation de la région du Grand Toronto a subi un autre coup dur en juin, alors que davantage d’acheteurs ont adopté une approche attentiste face à la hausse des taux d’emprunt.


Le Toronto Regional Real Estate Board (TRREB) a déclaré mercredi que les ventes de maisons avaient chuté de 41,4% au cours du mois par rapport à il y a un an, avec 6 474 propriétés changées de mains.


Les ventes ont diminué de 11,1 % d’un mois à l’autre, ou de 4,7 % sur une base désaisonnalisée.


Tous les types de biens immobiliers dans le Grand Toronto ont subi une baisse à deux chiffres des ventes allant de 30,8 % (pour les maisons individuelles de la ville de Toronto) à 44,4 % (pour les maisons de l’arrière-pays 905, qui comprend des municipalités comme Mississauga et Brampton).


« Les ventes de maisons ont été affectées à la fois par le défi de l’abordabilité posé par la hausse des taux hypothécaires et par l’impact psychologique, car les acheteurs qui peuvent se permettre les coûts d’emprunt plus élevés décident de voir où finissent les prix des maisons », a déclaré Kevin Krieger, président de TRREB. , dans un communiqué.


Attendez-vous à ce que les conditions actuelles du marché restent en place pendant les mois d’été au ralenti. Une fois les prix des maisons stabilisés, certains acheteurs reviendront sur le marché malgré des coûts d’emprunt plus élevés.


Le coût d’emprunt devrait augmenter la semaine prochaine lorsque la Banque du Canada annoncera sa décision sur les taux d’intérêt. Les données du marché, et les économistes s’y attendent largement, indiquent que la banque centrale suivra les traces de la Réserve fédérale américaine et augmentera le taux d’intérêt de référence de trois quarts de point à 2,25 %.


Alors que de plus en plus d’acheteurs de maisons se sont assis sur la touche en juin, les vendeurs semblaient également jouer le jeu de l’attente : le nombre de maisons nouvellement mises en vente n’a augmenté que de 1 % en juin, par rapport à l’année précédente.


Les prix des maisons ont poursuivi leur tendance à la baisse sur une base mensuelle, le prix de vente médian chutant de 5,5 % à 1 146 254 $ – marquant la quatrième baisse mensuelle consécutive.

READ  La richesse immobilière canadienne est battue verticalement, et c'est un problème: BMO