janvier 30, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les stocks de pétrole montrent un étrange découplage des prix du pétrole brut

Les stocks de pétrole ont continué à montrer un étrange détachement par rapport aux matières premières qu’ils suivent, les stocks de pétrole affichant une forte reprise alors même que les prix du pétrole ont fortement chuté depuis la dernière réunion de l’OPEP. Au cours des deux derniers mois, la principale référence du secteur de l’énergie a été Fonds de sélection du secteur de l’énergie SPDR (NYSEARCA : XLE), en hausse de 34 %, tandis que les prix moyens au comptant du pétrole brut ont chuté de 18 %. XLE affiche désormais un rendement de 61,2 % depuis le début de l’année, le meilleur de tous les segments du marché américain. Selon le Bespoke Investment Group via le Wall Street Journal, répartition actuelle C’est la première fois depuis 2006 que le secteur du pétrole et du gaz s’échange à moins de 3 % de son sommet de 52 semaines, tandis que le prix du WTI a chuté de plus de 25 % par rapport à son sommet de 52 semaines. Ce n’est aussi que la cinquième variation depuis 1990.

Et les grandes compagnies pétrolières américaines n’ont pas déçu non plus : ces deux derniers mois, ExxonMobil Corporation. (NYSE : XOM) a gagné 35,3 % ; Société Chevron. (NYSE : CVX) a augmenté de 30,6 %, ConocoPhillips (NYSE:COP) est en hausse de 30,1 % et Phillips 66 (NYSE:PSX) est en hausse de 45,3 % tandis que Marathon Petroleum Corporation. (NYSE : MPC) a rapporté 40,3 %. Cette tendance semble être vraie même pour les délais plus courts, car toutes les actions ici ont été dans le vert au cours des 5 dernières séances de bourse, à l’exception du COP qui est en baisse de 0,5 %.

Il y a une méthode à la folie.

Source : Wall StreetJournal

Des bénéfices solides

Les solides bénéfices des sociétés énergétiques sont l’une des principales raisons pour lesquelles les investisseurs continuent d’affluer vers les actions pétrolières.

La saison des résultats du troisième trimestre touche à sa fin, mais jusqu’à présent, elle semble être meilleure que ce que l’on craignait. selon Aperçu des revenus de FactSetPour le troisième trimestre 2022, 94 % des entreprises du S&P 500 ont publié des résultats pour le troisième trimestre 2022, dont 69 % ont signalé une surprise positive du BPA et 71 % ont signalé une surprise positive des revenus.

READ  Conseils pour économiser du carburant : les conducteurs peuvent réduire leur consommation de carburant de 12 % grâce à une percée inconnue

En relation: L’Arabie saoudite et l’Irak réitèrent leur soutien aux réductions de production

Le secteur de l’énergie a enregistré la plus forte croissance des bénéfices parmi tous les onze secteurs à 137,3% contre une moyenne de 2,2%. Standard & Poor’s 500. Au niveau des sous-secteurs, les cinq sous-secteurs du secteur ont enregistré une augmentation de leurs bénéfices d’une année sur l’autre : raffinage et commercialisation du pétrole et du gaz (302 %), pétrole et gaz intégrés (138 %), exploration du pétrole et du gaz. et production (107 %), équipements et services pétroliers et gaziers (91 %), stockage et transport de pétrole et de gaz (21 %). L’énergie est également le secteur dans lequel le plus d’entreprises battent les estimations de Wall Street à 81%. Surprises de revenus positives signalées par Marathon Petroleum (47,2 milliards de dollars contre 35,8 milliards de dollars), ExxonMobil (112,1 milliards de dollars contre 104,6 milliards de dollars), Chevron (66,6 milliards de dollars contre 57,4 milliards de dollars), Valero Energy (42,3 milliards de dollars contre 40,1 milliards de dollars), et Phillips 66 (43,4 milliards de dollars contre 39,3 milliards de dollars) a largement contribué à la hausse du taux de croissance des revenus de l’indice depuis le 30 septembre.

Mieux encore, les perspectives du secteur de l’énergie restent brillantes. Selon un autre Rapport de recherche de MoodyLes bénéfices globaux de l’industrie seront stables en 2023, même s’ils seront juste en dessous des niveaux atteints lors des récents sommets.

Les analystes notent que les prix des matières premières ont chuté par rapport aux niveaux très élevés du début de 2022, mais prévoient que les prix devraient rester cycliquement élevés jusqu’en 2023. Ceci, combiné à une croissance modeste des volumes, soutiendra la génération de flux de trésorerie solides pour les producteurs de pétrole et de pétrole. gaz . Moody’s estime que l’EBITDA du secteur de l’énergie aux États-Unis pour 2022 sera de 623 milliards de dollars, mais tombera à 585 milliards de dollars en 2023.

READ  Les marchés boursiers et Bitcoin chutent alors que la réalité de la bataille imminente contre l'inflation s'installe

Les analystes affirment que la baisse des dépenses en capital, l’incertitude accrue quant à l’expansion future de l’offre et une prime de risque géopolitique plus élevée continueront de soutenir la hausse cyclique des prix du pétrole. Pendant ce temps, la forte demande d’exportation du GNL américain continuera d’être soutenue Hausse des prix du gaz naturel.

En d’autres termes, il n’y a tout simplement pas de meilleurs endroits pour les personnes qui investissent sur le marché boursier américain pour garer leur argent si elles recherchent une croissance sérieuse des dividendes.. De plus, les perspectives du secteur restent bonnes.

Bien que les prix du pétrole et du gaz aient baissé par rapport aux sommets récents, ils sont toujours beaucoup plus élevés qu’ils ne l’ont été au cours des deux dernières années, d’où l’enthousiasme continu sur les marchés de l’énergie. En fait, le secteur de l’énergie continue d’être un grand favori à Wall Street, avec Zacks Oils and Energy se classant premier sur les 16 secteurs notés par Zacks.

rachat d’actions

De plus, les bénéfices du secteur devraient rester élevés en raison des niveaux élevés de rachats d’actions. Les sociétés pétrolières et gazières géantes sont sur le point de racheter leurs actions à des niveaux quasi record cette année grâce aux prix élevés du pétrole et du gaz qui les aident à réaliser des bénéfices abondants et à augmenter les rendements pour les investisseurs.

Selon les données de Bernstein Research, les Big Seven sont sur le point de restituer 38 milliards de dollars aux actionnaires par le biais de programmes de rachat cette année, la banque d’investissement RBC Capital Markets mettant le nombre total encore plus élevé, à 41 milliards de dollars.

READ  Cette bague en diamant rose record vendue pour près de 60 millions de dollars

En 2014, alors que le pétrole s’échangeait à plus de 100 dollars le baril, nous n’avons vu que 21 milliards de dollars de rachats. Le nombre de cette année dépasse facilement celui de 2008.

Mais voici une autre chose intéressante : les dépenses en capital et la production de Big Oil sont restées pratiquement stables malgré les rapports Bénéfice record au deuxième trimestre.

Les données de l’Energy Information Administration (EIA) des États-Unis montrent que les grandes compagnies pétrolières ont principalement modifié leurs dépenses en capital et leur production au deuxième trimestre. Un examen de l’EIA de 53 sociétés pétrolières et gazières publiques américaines, responsables d’environ 34 % de la production nationale, a montré une diminution de 5 % des dépenses en capital au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre de cette année.

Actions énergétiques bon marché

Autre constat surprenant : les valeurs énergétiques sont toujours bon marché malgré la forte hausse. Non seulement le secteur a largement surperformé le marché, mais les entreprises de ce secteur sont restées relativement bon marché, sous-évaluées et affichent une croissance des bénéfices projetée supérieure à la moyenne.

Source de l’image : Zacks Investment Research

Il comprend certaines des actions pétrolières et gazières les moins chères du moment Ovintive Inc. (NYSE : OVV) par PE 6.09 ; Ressources Civitas, Inc. (NYSE : CIVI) par PE 4.87, Enerplus Corporation (NYSE:ERF) (TSX:ERF) a un ratio PE de 5,80, Société pétrolière occidentale (NYSE:OXY) a un BPA de 7,09 alors que Ressources naturelles canadiennes Limitée (NYSE : CNQ) a un ratio PE de 6,79.

Par Alex Kimani pour Oilprice.com