août 19, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les sénateurs français approuvent le projet de loi visant à supprimer les redevances de télévision ; Durée ferme du plan de financement des recettes de TVA

Les sénateurs français ont approuvé une législation gouvernementale controversée mettant au rebut la télévision du pays, vieille de 89 ans Droit de license Dans les premières heures du mardi matin après une discussion de fin de soirée de deux heures.

Le Sénat de 348 membres, dans lequel les membres de centre-droit détiennent une majorité, a voté en faveur de la législation 196 contre 147.

Plus de délai

La redevance, actuellement fixée à 138 € (141 $) par an, a généré 3,2 milliards d’euros en 2022 et fournit la part du lion du financement. France Télévisions, Radio France, le diffuseur franco-allemand Arte et les chaînes de télévision internationales France 24 et RFI.

En vertu de la législation, 23 millions de familles françaises qui possèdent des téléviseurs et paient actuellement les frais ne seront pas facturées cet automne. Le gouvernement propose que le financement du secteur soit désormais déduit des recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Cependant, le vote de mardi a également vu le Sénat approuver un amendement au projet de loi précisant que ce mode de financement ne peut être qu’une mesure temporaire jusqu’au 31 décembre 2024.

L’avenir des droits de licence – introduits pour la première fois en 1933 pour payer les services de diffusion et étendus à la télévision en 1946 – fait l’objet de discussions depuis près d’une décennie dans le contexte de la montée en puissance de la numérisation et du visionnage multiplateforme.

La décision de supprimer brusquement les frais fait suite à une promesse électorale du président Emmanuel Macron lors de sa campagne de réélection en mars.

READ  Aperçu | Les Tigres en tête de la Ligue 1 française lors du match d'ouverture

La plupart des sénateurs qui ont pris la parole lundi soir ont convenu que les frais étaient « obsolètes » et devaient être repensés, mais de nombreux orateurs ont exprimé leur consternation face à la précipitation avec laquelle ils ont été supprimés.

Le sénateur de centre-droit Roger Karrueche a déclaré que le secteur audiovisuel public du pays était prêt à être réformé depuis des années et que l’élimination des droits de licence n’était qu’un aspect de cette réforme.

Il a déclaré qu’il fallait une discussion approfondie et un rapport parlementaire sur l’avenir du secteur dans lequel ses futures « missions et son environnement » avaient été définis.

« Une fois que nous avons identifié ces aspects, nous pouvons identifier le financement, les moyens de financement et le cadre », a-t-il déclaré.

La ministre de la Culture, Rima Abdel-Malik, qui a participé à la discussion, a déclaré que le gouvernement restait attaché à la radiodiffusion du secteur public, mais qu’il y avait un certain nombre de défis auxquels le secteur était confronté, notamment le faible taux d’audience parmi les jeunes publics, le manque de confiance dans les médias et l’essor des plateformes mondiales. .

Se référant à son engagement, a-t-elle déclaré, le gouvernement a décidé de maintenir les objectifs et les niveaux de financement actuels pour une autre année afin de donner le temps de « créer ensemble une feuille de route pour le secteur audiovisuel de l’État ».

Le projet de loi de suppression des frais de scolarité s’inscrit dans une enveloppe budgétaire rectificative visant à faire face à la crise du coût de la vie. Le Sénat se précipite pour voter sur l’ensemble des mesures à temps pour les vacances d’été parlementaires du 7 au 24 août.

READ  Un farceur français (et un facteur de désinformation évident) a falsifié les observations et les atterrissages d'OVNI

Une fois le paquet approuvé par le Sénat et ses amendements mis en place, il reviendra à la Chambre des représentants pour approbation finale.

Meilleur délai

signer pour Bulletin d’information. Pour les dernières nouvelles, suivez-nous sur FacebookEt le TwitterEt le Instagram.

Cliquez ici pour lire l’article complet.