septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les récoltes en France et en Europe ont été revues à la baisse

Le lancement de la campagne Pomme-Poire 2022 a eu lieu à Paris la semaine dernière. Plus de 120 acteurs se sont réunis lors de l’événement annuel, où producteurs, metteurs en marché, grossistes, restaurateurs, usines de transformation et détaillants ont fait le point sur la situation économique de la filière et présenté les prévisions de récolte pour 2022 en France et en Europe, ainsi que l’environnement. Démarche verger responsable, stratégie de communication et plan média 2022-2023.

Pommes : Récoltes en France et en Europe revues à la baisse ; La variété Kala est particulièrement touchée
Début août (lors du Congrès Prognosfruit), les prévisions indiquaient 1 468 000 tonnes, ce qui est proche de la moyenne et supérieur aux deux dernières années. Mais la chaleur et la sécheresse persistantes ont affecté la productivité. « Pour les calibres, les prévisions étaient bonnes car on s’attendait à de la pluie, mais la disponibilité en eau n’était pas suffisante pour certains producteurs, ce qui a complètement changé la donne », explique le responsable des affaires économiques de l’ANPP, Vincent Guérin.

« Ces derniers jours, la situation nous a obligés à réévaluer ces prévisions de récolte. » La récolte française devrait se situer entre 1 300 000 et 1 350 000 tonnes, soit 4 % de moins que la petite récolte de l’an dernier. La variété Gala semble particulièrement touchée, « surtout si on parle de pommes commercialisables au marché du frais, les températures élevées affectent la couleur », explique Vincent Guérin. « Plus de pommes Gala que d’habitude vont aux usines de transformation et moins sur le marché du frais. »

Au niveau européen, la récolte était initialement prévue à 12 069 000 tonnes et sera revue à la baisse. Pour l’instant, les chiffres n’ont pas changé mais certains opérateurs italiens ont déjà annoncé une réduction de 30 % pour la récolte Gala. L’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas devraient revoir à la baisse leurs prévisions initiales. La Pologne, premier producteur européen, prévoit une récolte de 4 500 000 tonnes, mais 70 % de la production du pays devrait aller à la transformation. Faute de mécanismes nécessaires, de nombreux producteurs sont incapables d’intervenir réellement dans les vergers.

READ  L'Angleterre et la France réchauffent l'un des plus vieux matchs du monde à un moment dangereux

Hors d’Europe, la Chine s’attend à une perte de récolte de 20 %, avec environ 10 millions de tonnes perdues en raison du gel et de la sécheresse.

Presque toutes les catégories de clubs continuent de s’améliorer grâce à de nouveaux jardins.

Bref, les prévisions de récoltes européennes, initialement très proches de l’an dernier, ont dû être revues fortement à la baisse en raison de la sécheresse en France et en Europe. Une grande partie est destinée à la transformation, notamment en Pologne, de sorte que l’offre sur le nouveau marché est très limitée. Dans de nombreux pays européens, l’approvisionnement en pommes Gala fraîches sera en fait réduit en raison des conditions météorologiques. Cependant, la qualité des fruits est bonne avec des niveaux de sucre exceptionnels. « Les niveaux de consommation sont encore incertains, mais avec des tailles plus grandes et des niveaux de sucre plus élevés, nous pensons que la consommation de pommes augmentera à nouveau. »

Poires : meilleur état de récolte qu’en 2021
Cette année, la récolte de poires françaises devrait atteindre 137 000 tonnes, selon des prévisions initialement faites chez Prognosfruit. « Les niveaux de récolte actuels sont légèrement supérieurs à la moyenne et la production est meilleure que l’an dernier, lorsqu’elle a atteint 56 000 tonnes. Il y a une augmentation de la production de poires d’été telles que Williams et quoit. Pour les poires conférence, la récolte était initialement prévue proche de la moyenne, mais les conditions actuelles pourraient conduire à une révision à la baisse. Les pronostics sont bons pour les catégories Comice et Angys.

Au niveau européen, il faudra certainement revoir les projections à la baisse. La Belgique et les Pays-Bas ont souffert de la sécheresse et du manque d’irrigation, ce qui a réduit la production de fruits. Début août, la production européenne était estimée à 2 078 000 tonnes, légèrement en dessous de la moyenne décennale mais supérieure à celle de 2021. En Espagne, la production de cette année est faible en raison de la neige au printemps, notamment en Catalogne. La production italienne est meilleure que l’an dernier, mais le pays n’a pas encore retrouvé son plein potentiel en raison d’une réduction massive. Au Portugal, les poires Rocha, qui avaient très bien performé en 2021, retrouveront cette année des volumes très modestes (11 % en dessous de la moyenne). Enfin, aux Pays-Bas et en Belgique, les niveaux sont proches de la moyenne, mais les prévisions sont souvent revues à la baisse en raison de la sécheresse.

READ  La Maison Blanche accueille le Français Macron lors de la première visite d'État de Biden

En termes de production hors Europe, on observe un déficit de 15 % en Chine, premier producteur mondial de poires. Aux Etats-Unis, la récolte devrait être « normale » et en Turquie, la récolte devrait être supérieure à celle de l’an dernier, ainsi que moyenne.

De nombreux défis pour cette nouvelle campagne
Aléas climatiques persistants, hausse des coûts de production, pression réglementaire et sociale accrue, concurrence nationale et internationale accrue… depuis 10 ans, le secteur fait face à des défis croissants. « La campagne 2022 sera marquée par l’inflation, mais ce n’est pas le seul facteur qui pèse sur la filière. Les conditions actuelles sont très exceptionnelles cette année, et réussir à produire des pommes et des poires est déjà un exploit », explique Pierre Venteau, directeur de l’association française pomme poire ANPP.

À l’aide de bougies, de tours à vent et d’aspersion, les producteurs ont touché début avril un gel historique, selon Pierre Ventoux. Puis il y a eu des orages de grêle en juin qui ont endommagé certaines installations de certains fabricants. Enfin, une combinaison de températures élevées et de sécheresse cet été a porté un coup supplémentaire à la production.

Le marché d’Apple est également plombé par la concurrence croissante de la Pologne. « La consommation de pommes fraîches est déjà en baisse. Les derniers chiffres montrent une baisse de 11 % de la consommation des ménages. En 2021-2022, environ 12 000 tonnes de pommes de Pologne sont entrées sur le marché français, pour la consommation en frais et pour l’industrie de transformation. La petite taille des pommes pèse sur le marché : « Plus à vendre. Des pommes peuvent être présentes, mais en petites quantités. »

READ  L'Exposition internationale du journalisme photo en France s'ouvre sans les Américains et les Britanniques

Quant à la hausse des coûts de production, elle affecte toutes les étapes de la chaîne de production. Les prix du pétrole ont doublé entre 2020 et 2022 pour travailler les vergers. Pour les engrais, les coûts sont multipliés par 3. Un autre facteur lié à l’inflation et au travail est les 6 augmentations du salaire minimum à partir de janvier 2020, dont 3 cette année. « Entre 2020 et 2022, les apports anti-gale ont augmenté de 23%, les pesticides bio de 5% et les régulateurs de croissance de 7%. » Le coût de l’électricité a également été multiplié par 12 en un an et le coût des emballages est supérieur de 26 % à celui de 2020.

Un autre facteur important concerne la pression réglementaire et sociale croissante. Avec l’ordonnance sur les abeilles de 2021, de nouvelles restrictions sur le temps d’application (avant ou après le coucher du soleil) compliquent encore le travail des producteurs, car ils doivent déjà suivre l’ordonnance sur les moulins à vent et ne pas appliquer de traitement au-delà de 3 degrés sur l’échelle de Beaufort.

Pour plus d’informations:
Vincent Guérin
Association Nationale Pomes Boers
7 rue Biscarnet – 75012 Paris
Tél : +33 (0) 1 53 10 27 80
Télécopie : +33 (0)1 53 10 27 88
v.guerin@pommespoires.fr
contact@lapomme.org
www.lapomme.org