septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les racines royales françaises du Québec

C’était un après-midi d’été ensoleillé alors que ma mère et moi nous promenions dans la vieille ville de Québec. Le lieu est royal, une place pavée vieille de 400 ans, des bâtiments gris historiques avec des lucarnes et des toits en pente en rouge, cuivre et ardoise. Ma mère est née et a grandi dans cette ville francophone, alors maintenant, à l’âge de 80 ans, je sais qu’il est très important pour elle de revenir pour une visite.

Alors que nous nous remémorions, le son de l’accent local flottait autour de nous – j’ai pensé à quelque chose que j’avais récemment entendu : le français parlé au Québec ne sonne pas aussi doux ou mince à l’oreille que le français parisien contemporain, maintenant considéré comme l’étalon-or, et la façon dont les Québécois parlent est en fait plus proche de l’accent français utilisé par les aristocrates du 17ème siècle – et le roi aussi.

J’ai grandi à Montréal dans les années 1960 et 1970, lorsque les anglophones, ainsi que les français de France, se moquaient de l’accent rugueux du français québécois en le comparant au charlatanisme des canards. J’étais toujours très gêné en compagnie de mes camarades de classe anglophones à l’école d’immersion française. Les soi-disant experts et mes professeurs de France et du Maroc ont dit que l’accent québécois lâche était insultant et se moquait de la langue de Molière.

Le célèbre dramaturge du XVIIe siècle ressemblait probablement plus à un Québécois moderne – qu’à un Parisien contemporain – qu’ils ne le savaient.

READ  L'organisme anti-fraude de l'UE accuse Marine Le Pen de fraude | France

J’ai été surpris quand quelqu’un m’a dit cela lors d’un déjeuner il y a quelques semaines dans un café de North Hadley, un village pittoresque des cantons de l’Est au sud-est de Montréal. Je sais que le français québécois conserve beaucoup d’endroits comme « le français du roy » ou « The King’s French » notamment dans son vocabulaire, mais je tire la ligne à la prononciation. « Louis XIV n’a rien dit »Baw, voilao’, ou ‘faire et mo’!” dis-je incrédule, par rapport à la prononciation généralement acceptée. Basse, voila, Et Doi et moi.

Mais il y a des raisons linguistiques et historiques logiques pour lesquelles le français québécois est différent du français (ce que les linguistes appellent le français « normatif » ou « neutralisé »).