avril 19, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les pilotes de WestJet s’assoient avant une éventuelle grève la semaine prochaine

Les pilotes de WestJet s’assoient avant une éventuelle grève la semaine prochaine

Les dangers du chaos des voyages commencent à ressembler à une certitude alors que les Canadiens prévoient de prendre leur envol ce long week-end de la fête de Victoria.

En plus de la pénurie de personnel, l’une des principales compagnies aériennes du Canada est maintenant au bord d’un conflit de travail. Plus de 300 pilotes de WestJet se tenaient devant le terminal 3 de l’aéroport international Pearson cet après-midi, avec des sit-downs similaires à Calgary et à Vancouver avant une éventuelle grève la semaine prochaine.

Les pilotes disent qu’ils sont fatigués d’être mal traités, de mauvais salaires et d’un taux de roulement élevé chez WestJet.

« Nous sommes prêts à déclencher une grève légale – ou à être fermés à ce moment-là – mais nous espérons toujours pouvoir parvenir à un accord », a déclaré le capitaine Chris Thule, un pilote de WestJet, à CTV National News.

Airline Pilots Association (ALPA), le syndicat représentant les grévistes, affirme que les pilotes partent à un rythme incroyable, notant dans un communiqué de presse que : WestJet perd plus de 30 $ par mois. C’est l’équivalent d’un pilote quittant la compagnie aérienne « toutes les 18 heures à la recherche d’une meilleure opportunité d’emploi ».

Ils disent que les pilotes acceptent des emplois mieux rémunérés dans d’autres compagnies aériennes, en particulier aux États-Unis, afin d’obtenir non seulement plus d’argent, mais aussi la sécurité de l’emploi et de meilleurs horaires.

« Nous sommes l’un des pays les moins bien payés d’Amérique du Nord, sinon du monde, et cela doit changer », a déclaré le capitaine Bernard Lewall, président du principal conseil d’administration de WestJet ALPA, à CTV National News.

READ  WestJet Airlines acquiert Sunwing

Dans une déclaration à CTV News, WestJet a déclaré qu’elle « s’engage à écouter les préoccupations de nos pilotes » tout en « parvenant à un accord concurrentiel au sein de l’industrie aérienne canadienne ».

Les troubles du travail surviennent alors que les compagnies aériennes et les aéroports tentent de se remettre après une année de perturbations des voyages, au cours de laquelle les longues attentes et les bagages perdus semblaient être la règle plutôt que l’exception.

L’aéroport Pearson, qui se classe parmi les pires au monde pour les vols retardés en 2022, a embauché 10 000 nouveaux employés avant la saison estivale chargée des voyages.

« Le nombre d’employés a augmenté de près de 22 % par rapport à l’été dernier », a déclaré lundi Deborah Flint, présidente et chef de la direction de la GTAA, lors d’une conférence de presse.

L’anxiété, l’incertitude, la frustration et le manque de contrôle ressentis par les passagers l’année dernière sont quelque chose que nous n’oublierons jamais. Nous voulons que les Torontois, les Ontariens, les Canadiens et les voyageurs du monde entier sachent que cet été sera très différent et meilleur que l’été 2022. »

Air Canada continue de fonctionner à 90% de son horaire pré-pandémique, mais a déclaré dans un communiqué qu' »elle a plus de personnel qu’à l’été 2019 et cela devrait contribuer davantage à la flexibilité ».

WestJet dit qu’elle prévoit embaucher 2 000 personnes supplémentaires cette année.

Mais les experts de l’industrie préviennent que la dotation en personnel pourrait ne pas être suffisante pour nous empêcher de voir une répétition des retards de voyage de l’année dernière, avec de nombreuses variables allant d’un calendrier ambitieux à une pénurie de contrôleurs aériens s’ajoutant aux facteurs qui pourraient entraîner des retards.

READ  Le vérificateur général de la Colombie-Britannique affirme que la réforme comptable devrait améliorer les estimations des recettes fiscales - BC News

« Ce sera un été mouvementé », a déclaré John Gradek, professeur à l’Université McGill, à CTV National News.

« Cela pourrait être mauvais, même si Pearson et les aéroports veulent s’assurer que cela ne se reproduise plus, nous n’avons pas de répétitions, il pourrait y avoir des répétitions. »

Le premier véritable test aura lieu la semaine prochaine avant le long week-end chargé de la fête de Victoria, qui pourrait coïncider avec une grève des pilotes de WestJet. La date limite pour parvenir à un accord est fixée à mardi prochain.

« Le 13 mai, les aviateurs sont prêts à déposer un préavis de grève de 72 heures et anticipent la possibilité d’être en situation légale pour commencer les procédures de travail le 16 mai, si la direction continue de bloquer les négociations », indique le communiqué de l’ALPA.