septembre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les mandats croissants de vaccin exposent la division dans le mouvement syndical

Le chef du plus grand syndicat du secteur privé au Canada a envoyé un message clair aux employés d’Unifor : faites-vous vacciner ou trouvez un autre emploi.

Le syndicat a récemment informé ses 425 employés qu’ils prendront un congé sans solde jusqu’à ce qu’ils soient vaccinés contre la COVID-19.

“S’ils n’ont pas été vaccinés dans un délai raisonnable, ce n’est pas grave”, a déclaré Jerry Dias. “Ils peuvent travailler pour une autre organisation. Je ne plaisante pas avec ça.”

Dias a également mis en garde les membres d’Unifor qui hésitent à se faire vacciner, affirmant qu’ils pourraient perdre leur emploi si leur employeur adoptait un mandat pour le vaccin.

“Si des personnes sont licenciées parce qu’elles ont décidé de ne pas se faire vacciner, nos avocats nous disent qu’elles resteront licenciées”, a déclaré Dias dans une interview.

Le nombre croissant de mandats de vaccination dans les secteurs public et privé a révélé une faille dans le mouvement syndical canadien.

Les chemins de fer nationaux du Canada et WestJet Airlines sont parmi les derniers grands employeurs à annoncer leurs politiques de vaccination, à la suite d’une directive du 13 août d’Ottawa qui exige que tous les employés des industries sous réglementation fédérale soient vaccinés.

Les chemins de fer et les compagnies aériennes sont membres de ce groupe, qui comprend également des banques, des sociétés de télécommunications et des employés de sociétés d’État.

Le CN, basé à Montréal, exigera que tous les employés au Canada, entrepreneurs, consultants, agents, fournisseurs et toute personne accédant à ses propriétés canadiennes soient vaccinés à compter du 1er novembre. Il a déclaré que les demandes d’exemptions médicales ou religieuses seraient examinées sur une base individuelle.

READ  Les meilleurs fabricants de jouets disent que leurs produits seront plus difficiles à trouver et plus chers cette saison des fêtes

Le mandat de WestJet, basé à Calgary, entre en vigueur le 30 octobre. La compagnie aérienne a déclaré qu’elle accueillerait les employés qui ne peuvent pas être vaccinés, mais ceux qui ne prouveront pas leur statut vaccinal avant le 24 septembre ou n’obtiendront pas le statut vaccinal complet avant le 30 octobre ne feront face à aucun congé payé ni licenciement.

Comme Air Canada, WestJet n’offre pas de test COVID-19 comme substitut à la vaccination.

Le comité exécutif d’Unifor a voté à l’unanimité en faveur des mandats de vaccination, et les syndicats ontariens des enseignants du primaire et du secondaire ont exprimé leur soutien à la vaccination obligatoire dans les écoles.

Avoir un poste pro-délégation dans le contexte de la pandémie n’est pas surprenant étant donné le devoir du syndicat de protéger la santé et la sécurité de ses membres, explique Alison Pralei Ratay, professeure agrégée d’études sociales à l’Université Brock.

“Dans un contexte différent, cela pourrait changer”, a-t-elle écrit dans un e-mail.

“Par exemple, si votre employeur veut que vous soyez vacciné contre certaines maladies non transmissibles pour réduire votre risque de manquer le travail pour cause de maladie, le syndicat s’opposera probablement à une telle politique.”

Elle a déclaré que la question de savoir si les employés devraient faire face à une perte d’emploi est également une question ouverte, car nous ne savons pas à quoi ressembleront les choses dans un an.

« Le syndicat pourrait facilement faire valoir que le licenciement est une réaction extrême à un mandat qui peut finir par être temporaire, et que la pire chose à laquelle on devrait faire face est un congé temporaire sans solde. »

Les syndicats qui s’opposent aux mandats de vaccination comprennent la Toronto Police Association et la section locale 113 de l’Amalgamated Transit Union, qui représente les travailleurs du transport en commun à Toronto et dans la région de York.

Le président du syndicat de la police, John Reed, a déclaré qu’il « ferait tout son possible pour protéger tous nos membres et, par conséquent, ne soutiendrait pas cette déclaration de vaccination obligatoire ou cette divulgation obligatoire ».

READ  El Salvador a 400 Bitcoins, les prix bondissent

Carlos Santos, président de l’ATU local, a fait pression pour la politique de vaccination obligatoire établie par la Toronto Transit Commission.

Le syndicat a exhorté ses membres à ne divulguer aucune information médicale privée à la plus grande autorité de transport du pays.

« La section locale 113 de l’ATU s’oppose à cette politique et nous nous battrons pour défendre votre droit de prendre vos propres décisions en matière de santé et de protéger vos informations médicales privées », a déclaré Santos dans une lettre aux membres sur le site Web du syndicat.

Santos a ajouté que le syndicat s’opposerait à toute discipline imposée aux membres.

Cependant, Dias a déclaré que le mouvement syndical doit être franc avec les gens pour savoir si les syndicats peuvent réellement empêcher les licenciements.

“Je pense qu’il y a beaucoup de syndicats qui n’ont franchement pas la volonté politique d’être honnête”, a-t-il déclaré, ajoutant que le syndicat n’était pas obligé de renvoyer l’affaire à l’arbitrage.

“Selon nos avocats, s’ils sont licenciés pour avoir refusé de se faire vacciner et n’ont pas de raison médicale bien intentionnée de le faire, il est très probable que l’arbitre soutiendra leur employeur.”

Bien que le Conseil canadien du travail appuie la vaccination, il affirme que les syndicats du pays craignent que les vaccinations obligatoires ne donnent aux employeurs des pouvoirs excessifs.

“Toute décision d’imposer des politiques de vaccination obligatoire doit être fondée sur des preuves scientifiques et prise par des responsables de la santé publique, et non par des employeurs ou des syndicats”, indique un communiqué de presse.

Elle a déclaré que les syndicats devraient être consultés lors de l’élaboration et de la mise en œuvre de toute politique de vaccination obligatoire avec des exemptions, des dispositifs et des protections de la vie privée jugés nécessaires.

L’Autorité centrale du travail du Canada a déclaré qu’elle rejetait les menaces de discipline ou de licenciement comme moyen d’augmenter les taux de vaccination.

READ  Le prix de l'or dépasse les 1800 $ alors que Powell dit que la réduction pourrait commencer cette année

« Les syndicats défendront les intérêts des travailleurs et insisteront pour que les employeurs respectent les termes et conditions de la convention collective et des lois sur les droits de la personne.

De même, de nombreux syndicats nationaux soutiennent généralement les vaccins alors qu’ils cherchent à superviser les mandats généraux des employeurs.

La Fédération canadienne de la fonction publique affirme que les gouvernements et les employeurs doivent consulter les syndicats avant de finaliser et de mettre en œuvre des politiques sur les vaccins. Il stipule également que les travailleurs qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou religieuses doivent être pris en charge en vertu de la législation sur les droits de l’homme.

“En tant que syndicat, nous reconnaissons notre obligation envers les membres qui ne sont pas vaccinés”, indique le communiqué, ajoutant que d’autres modalités de travail, le dépistage et les tests avant d’entrer sur le lieu de travail peuvent être efficaces.

Le président national de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, Chris Aylward, a déclaré qu’il appuyait les objectifs du gouvernement, mais que la vérification de la vaccination ou de l’état de santé des membres doit respecter leur droit légal à la vie privée.

L’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (IAMAW) a déclaré qu’elle rejetait catégoriquement les licenciements et la discipline comme levier pour augmenter les taux de vaccination.

« Les politiques pénales ne sont pas propices à un lieu de travail positif et à une relation saine avec les employés. »

Teamsters Canada a remis en question l’urgence de la pression du gouvernement pour un mandat de vaccin compte tenu des moyens alternatifs d’encourager la vaccination.

« Le Canada possède déjà l’un des meilleurs programmes de vaccination au monde, et d’autres mesures telles que les systèmes provinciaux de passeport vaccinal ont un potentiel prometteur.