mai 31, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les États-Unis saisissent un yacht de luxe russe de 325 millions de dollars aux Fidji

Les États-Unis saisissent un yacht de luxe russe de 325 millions de dollars aux Fidji

Wellington, Nouvelle-Zélande –

Les États-Unis ont remporté mardi une bataille juridique pour saisir un yacht de luxe appartenant à la Russie aux Fidji et n’ont pas perdu de temps pour prendre le commandement du navire de 325 millions de dollars et l’éloigner de la nation du Pacifique Sud.


La décision de justice représente une victoire majeure pour les États-Unis Il se heurte à des obstacles dans ses tentatives de s’emparer des actifs de l’oligarchie russe dans le monde. Alors que ces efforts sont bien accueillis par de nombreux opposants à la guerre en Ukraine, certaines actions ont testé les limites de la juridiction américaine à l’étranger.

Aux Fidji, la Cour suprême du pays a levé une ordonnance de suspension qui empêchait les États-Unis de saisir le yacht de luxe Amadea.

Le juge en chef Kemal Kumar a statué que, sur la base des preuves, les chances de l’avocat de la défense de faire appel d’un appel entendu par la Cour suprême étaient « nulles à très minces ».

Kumar a déclaré qu’il acceptait les arguments selon lesquels le maintien du yacht de luxe amarré aux Fidji au port de Lautoka « coûte très cher au gouvernement fidjien ».

Le juge a conclu que « le fait que les autorités américaines se soient engagées à payer les frais encourus par le gouvernement fidjien est totalement hors de propos ». Il a déclaré que l’Amadea « avait navigué dans les eaux fidjiennes sans aucune autorisation, très probablement pour éviter des poursuites par les États-Unis d’Amérique ».

Les États-Unis ont retiré le navire robotique une heure ou deux après la décision du tribunal, peut-être pour s’assurer que le yacht n’était pas impliqué dans une autre action en justice.

READ  Des facteurs insolubles causent une pénurie de chauffeurs d'autobus scolaires à Ottawa

Un porte-parole du ministère américain de la Justice n’a pas immédiatement répondu à un e-mail sollicitant des commentaires.

Début mai, le ministère de la Justice a publié une déclaration indiquant que le navire Amadea avait été saisi aux Fidji, mais cela s’est avéré prématuré après que les avocats ont fait appel.

On ne savait pas immédiatement où les États-Unis avaient l’intention de saisir Amadea, que le FBI a lié à l’oligarque russe Suleiman Karimov.

Christopher Pride, directeur des procureurs de Fidji, a déclaré que les questions non résolues sur le blanchiment d’argent et la propriété d’Amadea doivent être résolues aux États-Unis.

« La résolution reconnaît l’obligation des Fidji de respecter les demandes d’assistance mutuelle internationale et les obligations internationales des Fidji », a déclaré Pride.

Dans des documents judiciaires, le FBI a lié Amadea à la famille Kerimov par leur utilisation présumée de noms de code sur le navire et l’achat d’articles tels qu’un four à pizza et un lit de spa. Le navire est devenu la cible du groupe de travail KleptoCapture, qui a été lancé en mars pour saisir les actifs des oligarques russes afin de faire pression sur la Russie pour qu’elle mette fin à la guerre.

Le navire de terrain de football de 106 mètres (348 pieds) de long comprend un homard vivant, un piano peint à la main, une piscine et un grand héliport.

L’avocat Faisal Hanif, qui représentait Millemarin Investments, le propriétaire du journal, a fait valoir que le propriétaire était un autre Russe riche qui, contrairement à Karimov, n’encourt pas de sanctions.

READ  Boris Johnson est de retour de vacances et envisage d'essayer de reprendre le poste de Premier ministre britannique

Les États-Unis ont reconnu que des documents semblaient montrer qu’Eduard Khodinatov était le propriétaire, mais ont déclaré qu’il était également le propriétaire d’un deuxième et plus grand superyacht, Scheherazade, qui est lié au président russe Vladimir Poutine.

Les États-Unis se sont demandé si Khdianatov était vraiment en mesure d’acheter deux superyachts totalisant plus d’un milliard de dollars.

« Le fait que Khudianatov soit considéré comme le propriétaire de deux des plus grands superyachts enregistrés, tous deux liés à des personnes sanctionnées, indique que Khudianatov, en tant que propriétaire propre et non autorisé de paille, est utilisé pour déguiser les véritables bénéficiaires effectifs », a écrit le FBI. dans un affidavit.

Des documents judiciaires indiquent qu’Amadea a éteint l’émetteur-récepteur peu de temps après que la Russie a envahi l’Ukraine et a quitté les Caraïbes par le canal de Panama pour se rendre au Mexique, arrivant avec plus de 100 000 dollars en espèces. Il a ensuite parcouru des milliers de miles (kilomètres) à travers l’océan Pacifique jusqu’aux Fidji.

Le ministère de la Justice a déclaré qu’il ne croyait pas que les documents montrant que l’Amadea se dirigerait ensuite vers les Philippines, arguant qu’il était en effet à destination de Vladivostok ou ailleurs en Russie.

Le département a déclaré avoir trouvé un SMS sur le téléphone d’un membre d’équipage disant « nous n’allons pas en Russie » suivi de l’emoji « silencieux ».

Les États-Unis ont déclaré que Karimov avait secrètement acheté l’année dernière la société Amadea, sous pavillon caïman, par le biais de diverses sociétés écrans. Le FBI a déclaré qu’un mandat de perquisition aux Fidji avait révélé des courriels montrant que les enfants de Karimov étaient sur le navire cette année et que l’équipage avait utilisé des noms de code – G0 pour Karimov, G1 pour sa femme, G2 pour sa fille, etc.

READ  De fortes pluies tombent dans le nord-est des États-Unis et les météorologues mettent en garde contre des inondations catastrophiques

Karimov a fait fortune en investissant dans le producteur d’or russe Paulius, dont la valeur nette a été estimée par le magazine Forbes à 14,5 milliards de dollars. Les États-Unis lui ont d’abord imposé des sanctions en 2018 après qu’il a été arrêté en France et accusé de blanchiment d’argent là-bas, arrivant parfois avec des valises pleines de 20 millions d’euros.

Khdinatov est le président et ancien PDG de Rosneft, la société pétrolière et gazière russe contrôlée par l’État.


rester en contact


Avez-vous des questions sur l’attaque contre l’Ukraine ? Email dotcom@bellmedia.ca.

  • Veuillez inclure votre nom, votre emplacement et vos coordonnées si vous souhaitez parler à un journaliste de CTV News.
  • Vos commentaires peuvent être utilisés dans l’histoire de CTVNews.ca.