août 19, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les députés français s’apprêtent à approuver un plan de lutte contre l’inflation de 20 milliards d’euros | France

Les législateurs français sont sur le point de faire adopter de nouvelles mesures pour aider les familles qui luttent pour faire face à la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. France La compagnie d’électricité EDF devrait être renationalisée.

Le vote final de jeudi était une formalité et a suivi des semaines de débats houleux et de négociations à l’Assemblée nationale avec le président français, Emmanuel MacronCe n’est plus la majorité absolue.

Le paquet comprend 20 milliards d’euros de réduction de l’inflation – y compris des hausses de pension et des augmentations de loyer – promises par Macron alors que la hausse de l’inflation comprime les salaires.

Les ministres ont fait valoir que France L’Europe a déjà été plus généreuse pour aider les familles à faire face à la crise du coût de la vie – y compris les hausses des prix du gaz et de l’électricité, ce qui lui a permis de réduire l’inflation par rapport à ses voisins. L’inflation annuelle pour les 19 pays de la zone euro a atteint un record de 8,6 %, suivie d’énormes augmentations des coûts alimentaires et énergétiques dues à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais en France, on estime que l’inflation annuelle est plus faible – autour de 6,5 %.

Le parti centriste de Macron a subi de lourdes pertes lors des élections législatives de juin, remportant plus de sièges à l’Assemblée nationale mais manquant d’environ 40 sièges la majorité absolue nécessaire pour adopter des lois.

Le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen, quant à lui, a considérablement augmenté ses sièges et est devenu le plus grand parti d’opposition. Le parti d’extrême gauche France Anbaud de Jean-Luc Mélenchon a également augmenté ses sièges et est désormais le plus grand parti de gauche d’une large coalition appelée Nupes, qui comprend les socialistes et les verts.

READ  L'Australie apporte huit changements à la fin du rugby français

Les mesures du coût de la vie seront le premier test de la capacité de Macron à faire face à une forte opposition et à des débats en colère qui ont souvent lieu le soir et le week-end.

Les mesures augmenteraient les pensions et certaines prestations sociales de 4 % et plafonneraient les augmentations de loyer à 3,5 %. Au milieu des critiques sur la stagnation chronique des salaires dans le secteur public, les fonctionnaires bénéficieront d’une augmentation de salaire de 3,5 %. La remise de 18 cents le litre sur le prix du carburant parrainée par le gouvernement passera à 30 cents le litre en septembre et en octobre. Les entreprises privées seront encouragées à accorder aux employés une prime annuelle non imposable pouvant aller jusqu’à 6 000 €, contre la limite précédente de 1 000 €.

Inscrivez-vous à la première édition de notre newsletter quotidienne gratuite – chaque semaine à 7h00 BST

Il y a la France Renationaliser EDF, l’un des plus grands fournisseurs d’énergie au monde, en réponse à une crise énergétique aggravée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Nous devons avoir un contrôle total sur notre production d’électricité et notre efficacité », a déclaré la Première ministre Elizabeth Bourne au Parlement. Macron a également promis Supprimer la redevance TV.

La loi est soutenue par la coalition centriste de Macron, le parti de droite Les Républicains et les membres du Rassemblement national d’extrême droite. La coalition de gauche Nubs a critiqué les mesures comme n’allant pas assez loin et a largement voté contre le projet de loi lors du premier vote de mercredi.

Après le vote affirmatif de jeudi, la session parlementaire pour les deux chambres du parlement, l’Assemblée nationale et le Sénat, se termine cette semaine. Les législateurs français débattront souvent de la loi en septembre lors d’une session spéciale. Mais cette année, le parlement siège à nouveau en octobre, laissant au gouvernement le temps de préparer la législation, y compris l’immigration, qui sera au centre du débat parlementaire à l’automne.