septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les banques françaises se préparent à un hiver rigoureux alors que les craintes changent quant à l’impact du COVID-19

BNP Paribas SA, Crédit Agricole SA et Société Générale SA ont alloué 1,38 milliard d’euros aux créances douteuses au deuxième trimestre alors qu’ils commençaient à concentrer leurs efforts d’épargne sur l’impact de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt, selon les données de S&P Global Market Intelligence.

Une reprise plus forte que prévu pour les entreprises après la pandémie de COVID-19 permet aux plus grandes banques françaises de réaffecter leurs provisions en dehors de la crise sanitaire. Le directeur financier Lars Machenel a déclaré lors des résultats du deuxième trimestre de la banque que BNP Paribas avait fourni 511 millions d’euros au deuxième trimestre en prévision des retombées de la guerre en Ukraine, de la hausse de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt avec le déblocage de 187 millions d’euros en Dispositions COVID-19. Appel en août.

« [Second-quarter cost of risk] Il est lié à l’environnement macroéconomique et géopolitique actuel, qui a été partiellement compensé par les jugements de la crise de santé publique.

Image SNL

manque d’énergie

Crédit Agricole SA, ou CASA, est prêt à réaffecter les provisions mises en place en réponse à la pandémie de COVID-19 pour faire face à l’impact d’éventuelles coupures d’électricité cet hiver sur les entreprises, a déclaré Jérôme Grieve, directeur général adjoint en charge des finances. son rapport sur les résultats d’août. un appel. Les prix du gaz restent proches de sommets historiques alors que les craintes persistent que la Russie puisse couper l’approvisionnement de l’Europe en réponse aux sanctions imposées après son invasion de l’Ukraine.

Griffith a déclaré que la forte reprise du tourisme en France en 2022 a conduit à une forte reprise de la pandémie de COVID-19 dans les secteurs de l’hôtellerie, du tourisme et des loisirs du pays, apaisant de nombreuses inquiétudes antérieures concernant une augmentation des créances douteuses parmi ces entreprises.

READ  Des cinéastes cannois exhortent la France à affronter son passé colonial

Les données de Market Intelligence ont montré que le montant total alloué aux créances douteuses au deuxième trimestre par les trois banques a augmenté de plus de 12 % en glissement annuel. Cependant, les provisions des banques au deuxième trimestre ont chuté de plus de 20 % par rapport aux trois mois précédents lorsque les retombées de l’invasion russe de l’Ukraine, à laquelle les banques françaises étaient plus exposées que nombre de leurs homologues européennes, ont poussé année après année à : sur l’année.

réserves pour pertes sur prêts

Des provisions supplémentaires ont maintenu les réserves pour pertes sur prêts des banques à des niveaux similaires à ceux observés fin mars 2020, lorsque le déclenchement de la pandémie de COVID-19 a contraint les banques à allouer des sommes importantes pour se protéger contre les pertes sur prêts attendues. Les données de Market Intelligence ont montré que les réserves pour pertes sur prêts de BNP Paribas et CASA en pourcentage des prêts non performants étaient légèrement plus élevées à la fin du deuxième trimestre des deux années précédentes, tandis que Société Générale a diminué de deux points de pourcentage.

Image SNL

Image SNL

Les données de Market Intelligence montrent que malgré des risques macroéconomiques importants, la qualité des actifs s’est régulièrement améliorée depuis 2019 dans les trois banques. Les prêts non performants de BNP Paribas en proportion du total des prêts étaient de 2,94% à fin juin contre 3,89% trois ans plus tôt, les prêts CASA étaient de 2,19% contre 2,74%, tandis que SocGen Bank était de 3,06% contre 3,93% au deuxième trimestre 2019.

READ  Pooja Hedge fait briller la Côte d'Azur avec ses dernières photos

Cependant, la détérioration des perspectives de l’économie mondiale, et de l’Europe en particulier, signifie qu’une réponse significative au provisionnement massif effectué par les banques ces dernières années est peu probable de sitôt.

« Nous maintenons une approche d’approvisionnement discrète [in] Un contexte plus ambigu », a déclaré le PDG de SocGen, Frédéric Oudéa, lors de l’appel aux résultats du deuxième trimestre du prêteur en août.