octobre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le président de Rogers ne limoge pas le PDG au milieu d’une lutte de pouvoir avec le conseil d’administration

Extérieurs du siège social de Rogers Communications sur la rue Bloor Est à Toronto.

Fred Lom/The Globe and Mail

Le récent départ du directeur financier de longue date de Rogers Communications est le résultat d’une lutte de pouvoir très médiatisée au sein du plus grand fournisseur de services sans fil du Canada, le président Edward Rogers tentant en vain de licencier le PDG Joe Natale.

La sortie surprise de Tony Staveri le 29 septembre arrive à un moment charnière pour Rogers , car la société cherche à obtenir l’approbation réglementaire pour acquérir Shaw Communications Inc. 26 milliards de dollars, y compris la dette et des milliards de dollars d’investissements dans les réseaux sans fil 5G.

Les tensions entre M. Natalie et M. Staveri couvraient depuis des années, selon des personnes proches du dossier. Des sources affirment que M. Staveri, qui a rejoint Rogers en 2012 et a développé une relation étroite avec le président de l’entreprise, avait l’ambition d’être PDG et a fréquemment flirté avec M. Natalie concernant l’orientation stratégique de l’entreprise. Le Globe n’a pas identifié les sources car elles ne sont pas autorisées à parler publiquement de l’affaire.

L’histoire continue sous l’annonce

M. Natalie est revenu d’une récente pause de Noël avec l’intention de commencer la recherche d’un nouveau directeur financier, mais les événements entourant le projet d’acquisition de Shaw par la société, qui a été annoncé en mars, ont dépassé ses plans, selon une source proche du situation. Cependant, dans les semaines qui ont précédé le départ de M. Staveri, M. Natalie a commencé à parler avec des candidats externes pour former un directeur financier chargé de superviser la fusion, selon la source.

Pendant ce temps, Edward Rogers a essayé de retirer M. Natalie du poste le plus élevé et de faire de M. Staviri le PDG, selon trois sources proches du dossier. Une source a déclaré que Rogers prévoyait également de révoquer d’autres membres de l’équipe de direction, dont certains sont profondément fidèles à M. Natalie. M. Rogers n’a pas répondu à un courriel sollicitant des commentaires. Une fois consulté, M. Staveri a refusé de commenter.

READ  Des diamants bruts dévoilés à New York

Selon les sources, une réunion d’urgence du conseil d’administration a eu lieu le dimanche 26 septembre. Melinda Rogers Hickson, vice-présidente de l’entreprise familiale et sœur de M. Rogers, s’est fortement opposée au plan de M. Rogers et à l’écrasante majorité des membres du conseil d’administration. Le conseil et la famille soutiennent M. Natale et son équipe de direction. Le départ de M. Staveri a été annoncé trois jours plus tard. (Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, Mme Rogers Hickson a déclaré qu’elle n’avait aucun commentaire concernant sa famille ou les discussions confidentielles du conseil d’administration.)

Scott Davidson, un porte-parole de Rogers, a déclaré que la société était “déçue que des discussions confidentielles au niveau du conseil d’administration aient été partagées publiquement”.

“Comme pour toute transition similaire, le récent changement de directeur financier a été voté et approuvé par une majorité du conseil d’administration. La majorité du conseil d’administration fait pleinement confiance au leadership de Joe et à sa vision stratégique pour Rogers, alors que nous attendons avec impatience la combinaison transformatrice de Rogers et de Shaw alors que nous continuons à nous concentrer sur la création de valeur à long terme pour nos clients et actionnaires », a déclaré M. Davidson dans un communiqué.

Rogers est aux prises avec un roulement de directeurs depuis le décès du fondateur de l’entreprise, Ted Rogers, en 2008. La société de télécommunications basée à Toronto a eu trois PDG au cours des 13 dernières années, les deux derniers étant nommés par Edward Rogers, alors son fondateur. président disposé à le faire.

READ  Les prix de l'essence aux États-Unis ont atteint leur plus haut niveau en 7 ans

En 2013, M. Rogers a lui-même dirigé la campagne pour attirer l’ancien PDG du groupe Vodafone, Jay Lawrence, dans l’entreprise en tant que PDG. M. Lawrence a fait les manchettes en signant des ententes avec Vice Media, a ridiculisé son rival Bell Canada et a augmenté le nombre de clients du réseau sans fil. Cependant, il a supprimé la famille Rogers en transférant à la fois Edward et Melinda des rôles opérationnels dans l’entreprise. M. Lawrence est parti brusquement en 2016; Il est aujourd’hui directeur général du club de football anglais Chelsea.

L’histoire continue sous l’annonce

Pour le remplacer, M. Rogers a eu beaucoup de mal à faire venir M. Natalie, l’ancien PDG de Telus Corp. M. Rogers a dirigé le processus d’embauche, aidant à négocier une entente qui a libéré M. Natalie d’une longue entente de ne pas concurrencer Telus. Les dirigeants et les consultants de Rogers ont déclaré qu’ils n’avaient jamais vu M. Rogers plus heureux que le jour où M. Natalie a réalisé le rêve de Ted Rogers de bâtir une plate-forme véritablement nationale en annonçant l’acquisition de Shaw.

De nombreux observateurs de l’industrie ont été surpris par le moment du départ de M. Staveri. « J’ai trouvé ça génial [Mr. Staffieri] en partant à ce stade, alors qu’ils sont au milieu de la fusion de Shaw. “Habituellement, ce type de sortie ne se produit qu’après la clôture de la transaction”, a déclaré Dave Heger, analyste d’Edward Jones. “Je pense que tout le monde a été surpris par cela.”

L’acquisition proposée de Shaw par l’entreprise nécessite l’approbation de trois organismes de réglementation – le Bureau de la concurrence, le Conseil de la radio, de la télévision et des communications du Canada (CRTC) et le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique. L’accord devrait faire l’objet d’un examen réglementaire intense, car il éliminerait le quatrième plus grand opérateur sans fil.

READ  Le délit d'initié NFT est une chose maintenant

Les actions de Rogers se négocient à un prix inférieur à celui de leurs pairs depuis plus d’une décennie, un fait que Jeff Fan, analyste de la Banque Scotia, attribue en partie à l’entente de partage de réseau entre Bell Canada et Telus Corp. L’empreinte de Western Canadian Cable est une occasion pour Rogers de réduire cet écart.

L’entente, que Rogers prévoit conclure au cours du premier semestre de 2022, fait suite à une offre ratée d’achat de Cogeco Inc. et Cogeco Communications inc. L’année dernière. En septembre 2020, Rogers s’est associé à Altice USA Inc. de lancer une offre publique d’achat hostile sur les câblodistributeurs du Québec, que l’actionnaire majoritaire, la famille Audet, a rejetée, malgré sa coupe de 11,1 milliards de dollars.

Rogers a également fait face à des obstacles dans ses activités sans fil au cours des dernières années. Son action a été touchée à l’automne 2019, lorsque la société a annoncé que son passage à des forfaits de données sans fil illimités avait entraîné une forte baisse des revenus excédentaires lucratifs. (BCE Inc. et Telus Corp. ont également lancé des forfaits de données illimitées, mais ont progressivement déplacé leurs clients.)

L’histoire continue sous l’annonce

En avril, Rogers a connu une panne sans fil massive qui a empêché les clients de texter, de passer des appels ou d’accéder à des données mobiles pendant 16 heures, alors que le pays était au milieu d’une troisième vague de cas de COVID-19 en spirale. La pandémie a eu un impact majeur sur Rogers, qui tire une plus grande partie de ses revenus de l’activité sans fil et, en particulier, des frais d’itinérance, qui ont diminué en raison des restrictions de voyage.