octobre 4, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le père du suspect refuse de parler de l’attentat de Salman Rushdie

Un officier de police du New Jersey se tient près du bâtiment où vit l’agresseur présumé Salman Rushdie, Hadi Matar, à Fairview, New Jersey, États-Unis, le 12 août 2022. REUTERS/Eduardo Munoz

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

BEYROUTH (Reuters) – Le père d’un homme accusé d’avoir tenté de tuer le romancier Salman Rushdie s’est enfermé chez lui dans le sud du Liban et refuse de parler à qui que ce soit, a déclaré dimanche le maire de la ville, Ali Tuhfa.

La police a identifié le suspect de l’attaque de vendredi dans l’État de New York comme Hadi Matar, 24 ans, du New Jersey. Il a plaidé non coupable. Matar est d’origine libanaise et sa famille est originaire de la ville de Yaroun au sud du Liban. Lire la suite

Tuhfa a déclaré que les parents ont immigré aux États-Unis et que Matar est né et a grandi là-bas, mais que son père est retourné au Liban il y a plusieurs années.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Son père est au pays maintenant mais il s’est enfermé et n’accepte de faire aucune déclaration à qui que ce soit. On a essayé avec lui, on a envoyé des gens, on est allé frapper à la porte mais il n’accepte pas de parler à qui que ce soit. n’importe qui », a déclaré son chef-d’œuvre à Reuters.

Un responsable du groupe armé libanais soutenu par l’Iran, le Hezbollah, a déclaré samedi que le groupe n’avait aucune autre information sur l’attaque contre Rushdie.

READ  Evacuation en cours de l'aciérie assiégée de Marioupol en Ukraine

« Nous ne savons rien à ce sujet, nous ne ferons donc aucun commentaire », a déclaré le responsable à Reuters sous couvert d’anonymat.

Le Hezbollah est soutenu par l’Iran, dont l’ancien chef, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, a émis en 1989 une fatwa, ou fatwa, appelant les musulmans à tuer Rushdie pour blasphème.

Lorsqu’on lui a demandé si Matar ou ses parents étaient affiliés ou soutenaient le Hezbollah, Tuhfa a répondu qu’il n’avait « absolument aucune information » sur les opinions politiques des parents ou sur Matar.

Son agent et son fils ont déclaré dimanche que Rushdie, 75 ans, né en Inde, n’était plus sous ventilateur et s’améliorait.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(reprise par Timur Azhari). Montage par Nick McPhee

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.