janvier 21, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le Parlement français a suspendu le débat sur le COVID-19 après que Macron a déclaré qu’il voulait  » attiser la colère  » des personnes non vaccinées

Le Parlement français a suspendu le débat sur une nouvelle loi sur les coronavirus tôt mercredi alors que les législateurs de l’opposition ont demandé au président Emmanuel Macron des éclaircissements sur les commentaires dans lesquels il a déclaré qu’il voulait « outrager » les personnes non vaccinées.

À l’approche de l’élection présidentielle d’avril, qu’il devrait se présenter, Macron a peut-être estimé que suffisamment de personnes ont maintenant été vaccinées – et bouleversé par ceux qui ne l’ont pas fait – que ses commentaires plairont aux électeurs.

Mais l’interview avec le journal Le Parisien, qui a été publiée tard mardi, a été largement condamnée par les législateurs de l’opposition, qui ont forcé la suspension du débat sur les nouvelles restrictions.

Le projet de loi exigerait que les gens présentent une preuve de vaccination pour entrer dans un restaurant, un cinéma ou prendre un train.

‘Irresponsable’

Dans l’interview, Macron a également déclaré que les personnes qui ne sont pas immunisées sont « irresponsables » et qu’il envisage de se compliquer la vie au point qu’elles finissent par se faire vacciner.

« Les irresponsables ne sont plus des citoyens », a-t-il déclaré dans un autre commentaire critiqué par l’opposition.

« Aucun président ne peut dire de telles choses », a déclaré le représentant Christian Jacob, qui dirige le parti conservateur de l’opposition, les républicains. « Je soutiens la déclaration vaccinale mais je ne peux pas soutenir un texte dont le but est de ‘attiser la colère’ des Français. »

Jacob a poursuivi : « Est-ce votre objectif, oui ou non ? Nous ne pouvons pas continuer la discussion sans avoir une réponse claire à cela. »

READ  La reine Elizabeth annule son voyage à la conférence de l'ONU sur le climat

D’autres politiciens de l’opposition ont fait écho aux commentaires de Jacob et ont appelé le Premier ministre Jan Casteks à venir leur parler. La séance a été suspendue peu avant 2 heures du matin, heure locale, et devait reprendre à 15 heures.

Le taux de vaccination est parmi les plus élevés d’Europe

Historiquement, la France avait plus de sceptiques face aux vaccins que nombre de ses voisins, et les restrictions pandémiques ont déclenché de nombreuses manifestations de rue, mais elle a désormais l’un des taux de vaccination contre le COVID-19 les plus élevés de l’Union européenne. Près de 90 % des Français âgés de 12 ans ou plus ont été vaccinés.

Dans l’interview, dans laquelle il a répondu aux questions d’un petit groupe de lecteurs du Parisien, Macron n’a pas précisé s’il se présenterait à une réélection mais a déclaré qu’il « voudrait le faire ».

Regarder | Le spécialiste dit que mettre plus de pression sur les non vaccinés peut ne pas fonctionner :

Le spécialiste dit que mettre plus de pression sur les non vaccinés peut ne pas fonctionner

Le pneumologue de Toronto, le Dr Sameer Gupta, a déclaré que ceux qui ne recevaient toujours pas le vaccin COVID-19 pourraient ne pas y être poussés par des mesures plus punitives. (Benoit Tessier/Reuters) 1:15

Les commentaires « énerver » – « emmerder » est un verbe familier qui peut également être traduit par « agacer » – ont été faits en réponse à un de ces lecteurs, une infirmière, qui lui a posé des questions sur les chirurgies reportées pour certaines personnes vaccinées parce que les hôpitaux sont occupés traiter les patients non vaccinés atteints de COVID-19.

READ  L'ouragan Larry se dirige droit sur nous alors que l'est de Terre-Neuve se prépare à une tempête de catégorie 1

Pendant plusieurs mois, les gens devaient montrer soit des preuves de vaccination, soit des tests négatifs pour COVID-19 dans de nombreux lieux publics. Mais alors que les infections augmentaient dans les variantes Delta et Omicron, le gouvernement a décidé d’abandonner l’option de test dans le nouveau projet de loi.