mai 21, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le ministre du Patrimoine affirme que Netflix et Disney devraient contribuer davantage à la culture canadienne




Marie Wolfe, Associated Press

Publié le mercredi 16 février 2022, 22 h 46 HNE


OTTAWA – Le ministre du Patrimoine, Pablo Rodriguez, a déclaré que les plateformes de streaming telles que Netflix, Disney et Amazon Prime sont les « nouveaux grands acteurs » et devraient contribuer davantage à la culture canadienne.

Lors du débat de mercredi à la Chambre des communes sur un projet de loi visant à réglementer la diffusion en ligne, Rodriguez a déclaré qu’une mise à jour de la loi sur la diffusion était attendue depuis longtemps et nécessaire pour couvrir le contenu commercial sur les réseaux sociaux et les plateformes de streaming.

Il a dit que la dernière fois que la loi a été mise à jour en 1991, les gens ont pris des vidéos de Blockbuster et écouté des baladeurs.

La nouvelle loi réglementera les plateformes de diffusion en ligne ainsi que les stations de diffusion canadiennes traditionnelles qui ont déjà l’obligation de fournir du contenu canadien.

Rodriguez a déclaré qu’il souhaitait voir davantage d’émissions canadiennes créées pour promouvoir les talents locaux, telles que « Sheets Creek » et « Anne with NE » de CBC, qui sont également diffusées sur Netflix.

Mais il a dit qu’il était « flexible » sur la façon dont les plateformes de streaming contribuent à la culture canadienne, et qu’elles pourraient utiliser différents modèles, y compris mettre de l’argent dans un fonds.

« Amazon, Netflix et Disney investissent déjà dans le contenu canadien et nous adorons ce genre de choses », a-t-il déclaré.

Mais il a dit que le Canada a un talent incroyable et aimerait voir les services de streaming investir davantage dans le cinéma, la télévision et la musique canadiens.

READ  Critique : Bistro 1709, un joyau d'inspiration française au cœur de Lichfield

« Notre système devrait également ouvrir la voie aux artistes canadiens nouveaux et émergents », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré que les Canadiens autochtones, handicapés et raciaux, ainsi que les personnes de la communauté LGBTQ, « méritent d’avoir l’espace pour raconter leurs histoires ».

S’exprimant lors de la deuxième lecture du projet de loi, Rodriguez a déclaré qu’il avait « corrigé » les préoccupations soulevées par les critiques d’une version antérieure de la législation selon lesquelles elle réprimerait les personnes qui visualisent ou créent du contenu pour les plateformes de médias sociaux.

Cette version du projet de loi n’a pas été promulguée avant les élections après que des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que les influenceurs des médias sociaux ou les personnes qui téléchargent des vidéos maison sur YouTube pourraient en être affectées.

Rodriguez a déclaré que la Commission canadienne de la radio, de la télévision et des communications, qui sera chargée de réglementer les plateformes de diffusion en ligne ainsi que les stations traditionnelles, « n’aura pas le pouvoir de réglementer l’utilisation quotidienne des médias sociaux par les Canadiens ».

Mais les gouverneurs ont déclaré que des inquiétudes subsistent quant au fait que la loi pourrait s’appliquer aux personnes qui utilisent et publient du contenu sur les réseaux sociaux. L’approche « Faites-nous simplement confiance » « n’inspire pas confiance », a déclaré John Nutter, un critique de l’héritage du Parti conservateur.

Il a également dit qu’il y avait des questions sur la définition des films et des produits télévisuels canadiens.

« Les Canadiens veulent savoir ce qui constitue du contenu canadien », a déclaré Nater.

READ  Dawn French montre une nouvelle coupe de cheveux méconnaissable - et ses fans adorent son nouveau look

Il a déclaré que les conservateurs n’appuieraient pas le projet de loi en deuxième lecture, mais qu’ils apporteraient des modifications lorsqu’il serait ensuite examiné par un comité de la Chambre des communes.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, Rodriguez a déclaré que le projet de loi ferait beaucoup pour soutenir les industries créatives du Canada, y compris la musique et le cinéma canadiens-français.

Il a déclaré que le gouvernement avait écouté les préoccupations concernant la réglementation du contenu des médias sociaux, tels que les « vidéos de chats », et « résolu le problème ».

Rodriguez a déclaré avoir consulté plusieurs influenceurs et créateurs en ligne, ajoutant qu’ils sont « des gens formidables … et certains d’entre eux font fortune – mais cette loi ne les concerne pas ».

Il a déclaré que seul le contenu commercial – par exemple, une chanson produite par des professionnels sur YouTube qui est également disponible sur Spotify – serait affecté.

Mais il a déclaré que la loi devait être mise à jour car « les deux tiers des Canadiens écoutent leur musique sur YouTube ».

« Si vous trouvez une chanson de The Weeknd sur YouTube et que vous trouvez exactement la même chanson sur Spotify, elle doit être traitée de la même manière », a-t-il déclaré.

Rodriguez a déclaré que la nouvelle loi permettrait de collecter plus d’argent pour les industries créatives canadiennes à partir des plateformes de streaming, mais offrirait une « flexibilité » aux entreprises comme Netflix et Disney pour fournir des informations sur la manière dont elles peuvent contribuer car elles fonctionnent de différentes manières.

« Netflix a un modèle commercial complètement différent de celui de Disney, qui est très différent de Spotify dans l’aspect musical », a-t-il déclaré. « Nous devons comprendre qu’ils ont ces différents modèles commerciaux et nous devons ajouter de la valeur au mix et en tenir compte. »

READ  So Frenchy So Chic ramène leur grande fête dans le jardin à la française alimenté au champagne en 2022

« Ce que nous fixons, ce sont des objectifs et la manière dont vous atteindrez ces objectifs dépendra des discussions et des négociations. »

Certaines plateformes en ligne peuvent s’engager à produire un pourcentage de contenu canadien et d’autres peuvent contribuer à un fonds qui est ensuite distribué aux artistes et créateurs canadiens.

Le ministre s’est dit optimiste quant à l’appui des députés du bloc Quebecwa et du Parti national démocrate au projet de loi.

Ce rapport a été publié pour la première fois par La Presse canadienne le 16 février 2022.