août 15, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le label français « cloud de confiance » ne dérangera pas les entreprises technologiques américaines – EURACTIV.fr

Les géants américains de la technologie n’ont pas laissé le label français révisé de « cloud de confiance » – décerné aux entreprises qui offrent aux utilisateurs une plus grande protection, y compris des garanties que la loi américaine ne s’applique pas à l’étranger – entraver leurs ambitions.

Lire l’article dans son français d’origine.

Car les fournisseurs de services cloud américains ne veulent pas non plus passer à côté du label « Trusted Cloud » Observatoire français de la cybersécurité décerné par l’ANSSI aux entreprises qui garantissent le plus haut niveau de sécurité et de protection, notamment contre l’extraterritorialité du droit américain.

La semaine dernière, le groupe français de défense et de technologie Thales déclaré Présentation de « S3NS », société de droit français mettant en œuvre des solutions nées du partenariat stratégique signé entre la société française et Google Cloud en octobre 2021.

Auparavant, le cabinet de conseil informatique français Capgemini et le géant des télécoms Orange déclaré Un projet de « cloud de confiance » baptisé « Bleu » basé sur Microsoft sera opérationnel à partir de 2024.

A l’heure où le débat public est très focalisé sur les questions liées à la souveraineté des données, ces clouds franco-américains visent à apporter aux entreprises et administrations françaises une solution de qualité labellisée « cloud de confiance ».

Mais le label, son dernier né itération, conformément au projet de proposition de système européen de certification de cybersécurité, comprenant des critères de sécurité liés à la législation non communautaire. Il s’agit notamment de la sécurité liée à l’emplacement et au transfert de données et à la propriété du capital.

L’écosystème français est incertain

Mais les payeurs français du cloud doutent que le partenariat franco-américain et les montages administratifs et juridiques proposés garantissent cette impénétrabilité et, par extension, obtiennent le label « cloud de confiance ». Ils s’interrogent d’abord sur l’intérêt de ces solutions.

READ  La France est prête à discuter de "l'autonomie" de la Corse, selon le ministre

« Cette stratégie de « cloud de confiance » aurait dû être un complément à la croissance de l’industrie française », a déclaré Thomas Faure, PDG de la société française de logiciels Whaller, à EURACTIV.

Fauré a également déclaré que le Bleu et S3NS n’offrent « rien de souverain car les briques et la stratégie industrielle derrière eux ne sont ni françaises ni européennes ».

UN L’éditorial a été publié la semaine dernièreLes PDG des champions français du cloud Scaleway, OVHcloud et Clever Cloud ont souligné que l’industrie française compte déjà de nombreux acteurs prometteurs, qui par défaut ne peuvent pas aller à l’étranger en raison de lois étrangères.

« Il n’est pas nécessaire de réinventer le cloud à la française : il existe déjà », ont-ils ajouté.

Un « cloud de confiance » ?

Les entreprises françaises ont également exprimé leur consternation face aux tactiques de marketing utilisées par ces partenariats.

Les stratégies marketing sont basées sur le label « cloud de confiance », mais ils disent qu’elles n’ont pas encore fait leur chemin.

A moins que ces concessions ne donnent accès au code source, permettant de vérifier qu’il n’y a pas de backdoors, « on peut avoir de grandes interrogations sur l’accès qu’aura l’entreprise française qui va héberger ces technologies américaines. A elles. »

Une autre crainte est que les employés de Google et de Microsoft puissent également être invités à travailler dans des centres de données situés en Europe, a-t-il ajouté.

Mais de tels problèmes n’ont pas empêché S3NS ou Bleu de parier sur l’obtention de la certification à l’avenir et de l’utiliser comme outil de marketing. Par exemple, Thales a déclaré que « S3NS proposera son service cloud de confiance à partir du second semestre 2024 ».

READ  Il est peu probable que Jelஞ்சnz conserve la capitainerie de la France avec le retour des "dirigeants incontestés"

« Nous respectons toutes les règles exigées par l’ANSSI » et fournirons le plus haut niveau de protection contre la législation sur le cloud », a déclaré au journal Mark Dorman, directeur général adjoint de Thales en charge des systèmes d’information et de communication sécurisés. La Tribune vendredi (1er juillet).

Cependant, certains considèrent cette promesse comme hâtive et trompeuse.

« Ce dont nous devons nous souvenir, ce n’est pas seulement s’ils peuvent se qualifier dans deux ans ou non, mais leur stratégie commerciale », a déclaré Faure.

« En lançant cette offre, S3NS explique à ses prospects qu’en choisissant son offre maintenant, ils seront sur la voie d’un cloud fiable », a-t-il dit, ajoutant que le partenariat « en profite ». Cet écart de deux ans devrait imposer solutions qui ne seraient jamais admissibles.

Mais la page d’accueil de S3NS écrit : « le nuage Fiable. en France« 

Selon le PDG de Waller, il s’agit d’une utilisation abusive sans scrupule et injuste du terme établi de « cloud de confiance ».

Commercialisation agressive

« C’est toujours du marketing agressif, et c’est tout simplement trop », a déclaré Faure.

Cette inquiétude était partagée par le député Philippe Ladombe de la Majorité présidentielle.

Dans une lettre vue par EURACTIV mardi 5 juillet, Latombe a demandé à la CNIL et à l’ANSSI de « tirer les conséquences » de cette « tentative de fumée et de miroirs » et l’analyse juridique à suivre.

« L’utilisation de l’expression ‘cloud de confiance’ risque d’induire les acheteurs en erreur sur l’exclusivité de cette offre par rapport au ‘label cloud de confiance' », écrit-il.

Il a appelé les autorités à être très prudentes sur les promesses faites dans le cadre de S3NS et Bleu.

READ  Le journaliste d'origine française réagit à son transfert sur la liste France Ambre

Contacté par EURACTIV, Thales s’est défendu contre toute tentative de tromperie, et a fait valoir que si l’offre qu’il propose actuellement (« contrôles locaux avec S3NS ») manque de label, il vise toujours un « cloud de confiance » d’ici 2024.

« Ce n’est pas l’Amérique, nous ne respectons pas les règles. S’il y a confusion dans l’esprit des utilisateurs, c’est autorisé », a déclaré Ladombe à EURACTIV.

[Edited by Luca Bertuzzi/Nathalie Weatherald]