juin 22, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le gouvernement du Québec rejette le plan d’immigration de Trudeau et craint un recul des Français

Le gouvernement du Québec rejette le plan d’immigration de Trudeau et craint un recul des Français

MONTRÉAL — Le plan du Canada pour augmenter l’immigration inquiète la classe politique québécoise, qui affirme que les changements réduiront l’influence de la province dans le pays et rendront plus difficile la protection des Français.

Les membres de la législature provinciale ont adopté mercredi une motion déclarant que le plan du Canada – accueillir 500 000 immigrants permanents par an d’ici 2025 – est incompatible avec la protection des Québécois francophones. La proposition précise également qu’« il appartient au Québec seul de faire ses propres choix » en matière d’immigration.

Le premier ministre François Legault a déclaré mardi qu’il n’y avait « pas de doute » que le Québec accepterait une augmentation massive de l’immigration, en raison de la nécessité d’intégrer, de loger et d’éduquer correctement les nouveaux arrivants.

« Nous sommes différents du reste de l’Amérique du Nord », a-t-il déclaré. Et il est important de protéger la langue française à l’avenir pour s’assurer que les nouveaux arrivants parlent français, car il y aura toujours une forte incitation pour les Québécois à apprendre l’anglais.Son gouvernement s’oppose également à la mission du groupe de pression Century Initiative d’augmenter la population du Canada à 100 millions d’ici 2018, a-t-il déclaré en 2100.

Pendant ce temps, le premier ministre Justin Trudeau soutient que le plan d’immigration du gouvernement est nécessaire pour atténuer la pénurie de main-d’œuvre et générer de la croissance. Le Canada a accueilli 405 000 immigrants permanents en 2021 et 437 000 en 2022.

Le Québec s’est fixé une cible annuelle d’environ 50 000 immigrants permanents par année. Et tandis que Legault a déclaré que de nouvelles cibles seraient annoncées dans les prochaines semaines, il a répété à plusieurs reprises que la province ne pouvait pas accueillir plus d’immigrants et aussi protéger les Français.

READ  Wild Bunch Int'l et Studiocanal UK se disputent l'accord Netflix Studio Ghibli - Date limite

Mais la position du Québec sur l’immigration met la province dans un dilemme : les politiciens et les analystes sonnent l’alarme que l’influence du Québec dans la fédération déclinera inévitablement si sa population ne croît pas au même rythme que le reste du pays.

Mercredi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a défié Legault sur ce qu’il ferait à propos d’une nouvelle politique fédérale d’immigration qui « soit accélérerait le déclin des Français et la crise du logement, soit jetterait un poids politique au Québec – peut-être les deux ».  »

Legault a déclaré que sa priorité est de s’assurer que tous les immigrants au Québec parlent français et que son gouvernement présentera une législation à cet effet. « L’urgence, à court terme, c’est de protéger les Français au Québec », a-t-il déclaré mardi, ajoutant: « Mais nous continuerons à nous battre pour protéger le poids politique des Québécois au Canada ».

Il a également réitéré sa demande de longue date que le gouvernement fédéral délègue plus de pouvoir sur l’immigration à la province, y compris l’emploi temporaire et la réunification familiale.

Trudeau a éludé mercredi la question de savoir si le poids politique du Québec pourrait diminuer à mesure que sa part de la population canadienne diminue.

« Chacun a le droit de prendre les décisions qu’il veut dans les limites de son propre seuil d’immigration au Québec, mais nous encouragerons la croissance économique et la création d’emplois de qualité partout au pays », a-t-il déclaré à Ottawa alors qu’il se rendait à une réunion du caucus.

Alors que Legault se heurtait à Ottawa au sujet des pouvoirs en matière d’immigration, le premier ministre faisait également face à des critiques au pays pour le nombre croissant d’immigrants temporaires qui n’étaient pas inclus dans les cibles provinciales.

READ  La rencontre de Dawn French avec la reine mère n'était pas idéale

Le chiffre officiel de l’immigration au Québec est fixé à environ 50 000 personnes par an, mais les partis d’opposition notent que le nombre réel est beaucoup plus élevé en raison du plus grand nombre de personnes entrant dans la province en tant que travailleurs étrangers temporaires, travailleurs qualifiés ou étudiants.

Legault n’a pas répondu aux demandes de l’opposition d’inclure le nombre de travailleurs temporaires dans les plans officiels d’immigration de la province, mais a déclaré que son gouvernement envisageait diverses solutions pour s’assurer que ces travailleurs connaissent le français.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 10 mai 2023.

– Avec des dossiers de Patrice Bergeron à Québec et d’Émilie Bergeron à Ottawa.

Presse Canadienne