septembre 22, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le FBI publie un dossier récemment déclassifié sur les attentats du 11 septembre | Nouvelles du 11 septembre

Le FBI a publié un document de 16 pages récemment déclassifié concernant le soutien logistique fourni à deux pirates de l’air saoudiens à l’approche des attentats du 11 septembre 2001.

Le document, publié samedi soir, décrit les contacts que les ravisseurs ont eus avec des partenaires saoudiens aux États-Unis, mais ne fournit aucune preuve que le gouvernement saoudien était complice du complot.

Il s’agit du premier dossier d’enquête à être publié depuis que le président américain Joe Biden a ordonné un examen de la déclassification de documents tenus hors de vue du public pendant des années.

Biden a subi des pressions ces dernières semaines de la part des familles des victimes, qui ont longtemps recherché les dossiers tout en déposant une plainte à New York alléguant que de hauts responsables saoudiens étaient complices des attaques.

Les spéculations sur une implication officielle se sont répandues peu de temps après les attentats, lorsqu’il a été révélé que 15 des 19 assaillants étaient des Saoudiens. Oussama ben Laden, le chef d’al-Qaïda à l’époque, était issu d’une famille éminente du royaume.

Mais le gouvernement saoudien a longtemps nié toute implication. L’ambassade saoudienne à Washington a déclaré mercredi qu’elle soutenait la déclassification de tous les dossiers comme un moyen de “mettre définitivement fin aux allégations sans fondement contre le royaume”.

L’ambassade a déclaré que toute allégation selon laquelle l’Arabie saoudite était complice était “catégoriquement fausse”.

Le gouvernement saoudien a nié avoir envoyé de l’argent à deux pirates de l’air, Khaled Al-Mihdhar de gauche et Nawaf Al-Hazmi.

La semaine dernière, Biden a ordonné au ministère de la Justice et à d’autres agences de procéder à un examen pour déclassifier les documents d’enquête et en libérer autant que possible au cours des six prochains mois. Les 16 pages ont été publiées samedi soir, quelques heures après que Biden ait assisté aux événements commémoratifs du 11 septembre à New York, en Pennsylvanie et en Virginie du Nord.

READ  Un médecin qui a défié publiquement la loi du Texas en pratiquant un avortement a été poursuivi | Texas

Les proches des victimes – qui demandent des milliards de dollars à l’Arabie saoudite – s’étaient auparavant opposés à la participation de Biden à des cérémonies tant que les documents étaient gardés secrets.

rencontre fortuite?

Le dossier fortement expurgé décrit une interview de 2015 avec une personne qui demandait la citoyenneté américaine et qui, des années plus tôt, avait eu des contacts fréquents avec des ressortissants saoudiens qui, selon les enquêteurs, ont fourni un “soutien logistique important” à de nombreux pirates de l’air.

L’identité de l’homme a été expurgée tout au long du document, mais il a été décrit comme ayant travaillé au consulat saoudien à Los Angeles.

Selon le document, parmi ses connaissances se trouvait un citoyen saoudien nommé Omar al-Bayoumi.

Al-Bayoumi, qui a des liens avec le gouvernement saoudien, a aidé deux pirates de l’air à trouver et à louer un appartement à San Diego, peu de temps après leur arrivée dans le sud de la Californie.

Al-Bayoumi a décrit sa rencontre avec les pirates de l’air Nawaf Al-Hazmi et Khaled Al-Mihdhar en février 2000 comme une « rencontre par coïncidence », et au cours de son entretien, le FBI a tenté à plusieurs reprises de déterminer si cette description était exacte ou si elle l’était. C’était en fait pré-arrangé, selon le document.

“L’aide de Bayoumi à Hazmi et Mihdhar comprenait la traduction, les voyages, l’hébergement et le financement”, indique le document, ajoutant que l’épouse de la source du FBI leur a dit qu’al-Bayoumi parlait beaucoup de “jihad”.

Le document fait également référence à Fahd al-Thumairi, qui était à l’époque un diplomate accrédité au consulat saoudien à Los Angeles qui, selon les enquêteurs, dirigeait une faction militante dans sa mosquée.

READ  Un mort, d'autres disparus alors que la tempête tropicale Nora frappe le Mexique | Météo Nouvelles

Le document indique que l’analyse des communications a identifié un appel téléphonique de sept minutes en 1999 du téléphone d’al-Thumairy au téléphone personnel de la famille saoudienne de deux frères qui seraient détenus à l’avenir à Guantanamo Bay.

Al-Bayoumi et al-Tumairi avaient tous deux quitté les États-Unis des semaines avant les attentats.

Les proches des victimes ont salué la publication du document comme une étape importante dans leurs efforts pour lier les attaques à l’Arabie saoudite.

Brett Eggelson, dont le père Bruce a été tué dans une attaque contre le World Trade Center, a déclaré que la publication de documents du FBI « accélère notre quête de la vérité et de la justice ».

“Les découvertes et les conclusions de cette enquête du FBI valident les arguments que nous avons avancés dans le procès concernant la responsabilité du gouvernement saoudien dans les attentats du 11 septembre”, a déclaré Jim Kreindler, avocat des proches des victimes, dans un communiqué.

“Ce document, ainsi que les preuves publiques recueillies à ce jour, fournit un modèle de la manière dont (Al-Qaïda) opère aux États-Unis avec le soutien actif et informé du gouvernement saoudien”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que cela inclut, les responsables saoudiens ont échangé des appels téléphoniques entre eux et des agents d’Al-Qaïda, puis ont tenu des “réunions occasionnelles” avec les ravisseurs tout en leur fournissant une assistance pour s’installer et trouver des écoles de pilotage.

Les États-Unis ont enquêté sur certains diplomates saoudiens et d’autres ayant des liens avec le gouvernement saoudien qui connaissaient les pirates de l’air après leur arrivée aux États-Unis, selon des documents déjà déclassifiés.

READ  Un autre cadre de la Trump Organization comparaît devant un grand jury à New York alors que les procureurs enquêtent sur les actions de l'ancien président

Cependant, le rapport de la Commission sur le 11 septembre n’a trouvé « aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution ou de hauts responsables saoudiens ont financé individuellement » les attaques orchestrées par al-Qaïda. Mais le comité a également indiqué une “possibilité” que des organisations caritatives parrainées par le gouvernement saoudien le fassent.

Les nouveaux documents sont publiés à un moment politiquement sensible pour les États-Unis et l’Arabie saoudite, deux pays qui ont forgé une alliance stratégique – quoique difficile -, notamment en matière de lutte contre le terrorisme.

L’administration Biden a publié en février une évaluation du renseignement impliquant le prince héritier Mohammed bin Salman dans le meurtre en 2018 du journaliste américain Jamal Khashoggi, mais elle a attiré les critiques des démocrates pour avoir évité la punition directe du prince héritier lui-même.