octobre 17, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le fan du Tour de France qui a causé le grand crash de la journée d’ouverture fait l’objet d’une enquête

Posté sur:

Brest (France) (AFP)

Le spectateur derrière les plus gros pieux de l’histoire du Tour de France a été accusé d’avoir blessé des dizaines de coureurs lors de la première journée d’une course cycliste en juin dernier.

La Française de 31 ans a déjà déclaré aux procureurs qu’elle avait honte de sa « stupidité » pour avoir caché son identité après avoir été la cible d’abus en ligne.

Elle espérait qu’elle obtiendrait l’identité identifiée par les caméras de télévision comme “Ales, Opi-Omi” en utilisant les mots allemands “grands-parents”, une reconnaissance des racines allemandes de sa famille.

Mais elle est allée trop loin devant le bellaton serré, qui s’est précipité vers la ligne d’arrivée à Lanternou dans l’ouest de la France sur une route étroite.

Le coureur allemand Tony Martin n’a pu éviter d’entrer en collision avec elle et est tombé, des dizaines de coureurs se sont écrasés, d’autres ont été poussés dans la foule de spectateurs.

Des séquences vidéo des affrontements et des scènes horribles qui ont stupéfié ou désapprouvé les victimes ont provoqué l’indignation des fans et des organisateurs de la course, en particulier lorsqu’on a réalisé que la femme s’était enfuie sans aide.

Elle s’est cachée pendant quatre jours avant de rejoindre la police.

Plusieurs coureurs ont dû se retirer de la course, dont l’Espagnol Mark Soler, qui s’est cassé les deux bras.

Elle a été condamnée à une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 euros (17 300 $) et à un an de prison pour mise en danger de la vie et blessures accidentelles.

READ  Deshchamps blâmé pour la défaite de la France à l'Euro 2020 après sa capitulation contre la Suisse

Après son interpellation le 30 juin, le procureur de la République de Brest a relevé qu’il présentait des “vulnérabilités personnelles”.

– ‘Décomposé en un instant’ –

Les organisateurs de la tournée, l’Amari Sports Organisation (ASO), avaient initialement prévu d’intenter une action en justice, mais ont déclaré plus tard qu’ils voulaient “calmer les choses” et ne seraient pas plaignants.

Mais l’International Riders Association (CBA), basée en Suisse, a maintenu sa plainte et demande une indemnisation d’un euro pour avoir envoyé un message contre le comportement dangereux des fans par étapes.

Le président de la CBA, Gianni Bagno, a déclaré mercredi dans un communiqué : « Les dommages causés par les coureurs sont physiques, moraux et économiques.

“Un athlète se prépare pendant des mois pour une formidable tournée, et il est inacceptable que son travail acharné, sa famille, son personnel et son équipe se dispersent en un instant à la recherche de la gloire”, a-t-il déclaré.

Son avocat, Julian Bradmets, a refusé de commenter avant le verdict attendu jeudi, bien que le juge puisse fixer une date ultérieure pour le verdict.

Une source proche du dossier a déclaré que le procureur pourrait faire valoir que les organisateurs de la course n’avaient pas pris les mesures de sécurité adéquates, citant une série d’accidents qui ont marqué la 108e édition de la tournée.

Le test intervient le jour même où les organisateurs ont annoncé le parcours et les conditions de la compétition de l’année prochaine.