janvier 29, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le Bureau de la concurrence obtient une suspension temporaire de la décision du tribunal concernant la fusion de Rogers Shaw

Le Bureau de la concurrence indique que la Cour fédérale a accordé une suspension d’urgence pour arrêter temporairement la décision d’un tribunal de la concurrence de rejeter sa poursuite contre Rogers Communications Inc. pour acquérir Shaw Communications Inc.

L’agence fédérale affirme que la suspension restera en vigueur jusqu’à sa demande de suspension et d’audition d’une ordonnance du tribunal.

L’injonction empêcherait la conclusion de l’accord jusqu’à ce que l’appel complet du bureau de la décision, qui a été rendu jeudi, soit entendu.

Dans sa décision, le tribunal a déclaré que la fusion n’entraînerait probablement pas une hausse des prix pour les clients sans fil et qu’il était satisfait du projet de vendre Freedom Mobile de Shaw à Vidéotron de Quebecor inc. Ce qui était suffisant pour que la concurrence ne baisse pas de manière significative.

Le bureau avait cherché à bloquer la fusion et, dans son appel, fait valoir que le tribunal a agi en dehors de sa compétence en « précipitant le jugement ».

regarder | L’Autorité de la concurrence ouvre la voie à la fusion de Rogers Shaw :

Le Tribunal de la concurrence ouvre la voie à la fusion Rogers-Shaw

Le tribunal fédéral de la concurrence a ouvert la voie à la fusion de Rogers avec Shaw Communications, estimant que l’acquisition ne pourrait avoir lieu que si Shaw vendait sa division sans fil Freedom Mobile au Québec Vidéotron.

Si la décision du tribunal était maintenue, la fusion ne nécessiterait que l’approbation du ministre fédéral de l’Industrie, François-Philippe Champagne, pour aller de l’avant. Samedi, Champagne a déclaré qu’il attendrait qu’il y ait une « clarté » dans la procédure judiciaire en cours avant de prendre une décision.

READ  Pourquoi l'interdiction d'exporter du pétrole brut aux États-Unis ne fera pas baisser les prix à la pompe

L’accord devait initialement être conclu d’ici la fin de 2022, avec la possibilité de le prolonger jusqu’au 31 janvier.