septembre 27, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Le Bend Runner a terminé 20e au classement général de la course de montagne escarpée et rocheuse en France.

« C’est beaucoup de terrain et très difficile », déclare Matt Palilla

BEND, Minerai. (KTVZ) – L’un des plus difficiles au monde Courses sur route en montagne Tenu en France, de nombreux athlètes Bend participent à l’événement. Matt Palilla a enduré les sentiers de montagne escarpés lundi pour terminer 20e au général, ainsi que le meilleur finisseur américain.

Ce n’est pas la première fois que Balila participe à cette épreuve. Il a couru une course plus courte de 34 milles en 2018, où il a terminé 58e.

Cette année, il a opté pour une course plus longue et plus exigeante. Ceci est connu sous le nom de TDS.

« C’était une course d’environ 92 milles et elle est connue pour sa rudesse par rapport aux autres courses », a déclaré Palilla à News Channel 21 depuis la France mercredi.

« Il y a environ 30 000 pieds de gain d’altitude. Pour ces 92 miles, c’est beaucoup de terrain et très difficile. »

J’ai demandé à Balila comment il s’était préparé pour la course.

« J’avais une idée de ce que serait le terrain pour courir ici à Chamonix. C’est un terrain très escarpé et très accidenté », a-t-il déclaré. « À Bend, nous avons beaucoup de bons sentiers sur lesquels courir. Nous n’avons pas le même type de terrain escarpé et rocheux ici. La majeure partie de mon entraînement consiste donc à trouver des endroits très spécifiques. Un terrain qui reflète ce que c’est que de courir ici. . »

Il a dit qu’il avait passé beaucoup de temps à courir à Mount Bachelor et à Columbia Valley pour aider à s’entraîner.

READ  Je suis allé en retraite dans une ferme française vieille de 200 ans pour trouver l'inspiration pour l'écriture.

« J’ai fait de longues courses, mais rien de tel. C’est définitivement nouveau pour moi », a-t-il déclaré. « C’est intéressant ici – tout est en kilomètres, j’ai donc dû recycler mon entraînement et mon état d’esprit. Quand je suis arrivé ici, j’ai changé mon GPS en kilomètres. L’état d’esprit était, ‘un kilomètre par heure un kilomètre.’ J’ai pris chacun séparément – cela a aidé la course. Vous garde l’esprit au bon endroit, je pense.  »