novembre 30, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’Agence internationale de l’énergie s’attend à une baisse de la demande canadienne de pétrole prochainement – Business News

Les groupes environnementaux au Canada affirment que les gouvernements et l’industrie pétrolière et gazière ne peuvent plus prétendre qu’il existe une justification économique à l’augmentation de la production de pétrole après que les dernières Perspectives énergétiques internationales indiquent que la demande de pétrole canadien diminuera avant la fin de cette décennie.

Mais l’AIE a également déclaré qu’il existe de nouvelles opportunités pour les sociétés pétrolières et gazières de transformer leurs « compétences, compétences et ressources » en un avantage concurrentiel pour la technologie de l’énergie propre. Pour sa part, l’industrie pétrolière canadienne soutient qu’elle est plus déterminée à être plus propre et plus verte que la plupart des autres producteurs et devrait être utilisée comme un investissement pour aider à financer des technologies propres dans d’autres domaines.

L’Agence internationale de l’énergie a prévu dans un rapport publié cette semaine qu’en vertu des politiques climatiques actuelles, la production de pétrole du Canada augmentera d’environ 700 000 barils par jour d’ici 2030 avant de commencer à décliner.

Si le Canada met en œuvre les nouvelles politiques promises par les libéraux, notamment en imposant davantage de ventes de voitures électriques et en réduisant les émissions provenant de la production de pétrole et de gaz, le pétrole canadien disponible baissera de 100 000 barils par jour d’ici 2030.

Et dans le cas d’une politique de mise à zéro nette – aucun gaz à effet de serre n’est toujours émis d’ici 2050 – les approvisionnements en pétrole diminueront encore plus rapidement.

À l’échelle mondiale, l’AIE prévoit qu’avec les politiques actuelles, la demande de pétrole culminera d’ici 2030. Avec des politiques qui atteignent des objectifs plus stricts d’ici 2030, la demande culminera d’ici 2025. En dessous de zéro net, la demande culmine même avant cela, elle sera réduite d’un cinquième en moins plus de 10 ans, et de plus de 75 pour cent d’ici le milieu du siècle.

READ  Apple poursuit NSO contre le "piratage contre rémunération" contre lequel Citizen Lab a mis en garde le cyber chien de garde canadien

Le rapport note que le coût plus élevé du pétrole au Canada et l’augmentation des émissions de pétrole à forte intensité d’émissions seront chassés du marché par les prix du pétrole moins chers au Moyen-Orient et en Russie.

« Le rapport de l’AIE fait un bon travail en disant : « Regardez, en particulier dans les pays comme le Canada où le coût et le carbone sont élevés, nous allons diminuer », a déclaré Keith Stewart, analyste principal de l’énergie chez Greenpeace Canada.

L’Agence internationale indique également clairement que le seul scénario dans lequel le monde atteint l’objectif de l’accord de Paris sur le climat de réduire le réchauffement climatique est le plan net zéro, et a déclaré dans ce cas qu’il n’y a pas de bon investissement dans l’augmentation de la production de pétrole après cette année . . Ce n’est pas seulement au Canada, mais à l’échelle mondiale.

Stewart a déclaré que le rapport souligne qu’il est temps pour le Canada de « gérer le ralentissement de l’industrie pétrolière et la croissance des alternatives ».

« Je pense que ce rapport dit très clairement que vous allez vendre moins de pétrole et vous en occuper », a-t-il déclaré. « Et au moment où nous commençons vraiment à planifier cela … alors nous pouvons avancer dans le travail et récolter ces avantages. »

Tim McMillan, président de l’Association canadienne des producteurs pétroliers, a déclaré que l’industrie canadienne du pétrole et du gaz est un « investisseur de premier plan dans la réduction des émissions et les technologies propres » et que les investissements dans celles-ci soutiendront des centaines de milliers d’emplois et fourniront au gouvernement des revenus pour financer eux. technologie propre.

READ  Telesat a fait ses débuts sur le Nasdaq en tant que dernier stock TSAT de Pure Playspace

« Alors que nous observons aujourd’hui des pays du monde entier aux prises avec une crise énergétique et ne parviennent pas à fournir une énergie responsable à leurs citoyens, le Canada doit agir et offrir un refuge sûr pour les investissements dans le gaz naturel et le pétrole, afin que nos partenaires commerciaux n’aient pas à se fier à et d’autres qui ne se sont pas engagés à réduire leurs émissions par rapport au Canada pour leurs besoins énergétiques.

La demande de gaz naturel n’est pas affectée aussi rapidement que le pétrole, en partie parce que de nombreux pays – dont le Canada – l’utiliseront pour remplacer le charbon comme source d’électricité moins polluante, ou pour fabriquer de l’hydrogène.

Mais même ainsi, dans un monde sans zéro, la demande de gaz naturel cessera de croître d’ici 2025, et l’Agence internationale de l’énergie prédit qu’aucun nouveau projet de gaz naturel n’est nécessaire autre que ceux déjà en développement. D’ici 2050, il s’attend à ce que le gaz naturel ne fournisse que 1 % de l’énergie mondiale, contre 20 % aujourd’hui.