février 8, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La ville française d’Amiens demande à Madonna de prêter un tableau manquant – Divertissement

divertissement


La ville française d’Amiens demande à Madonna de prêter un tableau manquant





LILLE (AP) – Le maire d’Amiens, dans le nord de la France, a publié une vidéo « demandant » à Madonna de « prêter » à la ville un tableau de sa collection personnelle, semblable à un tableau perdu là-bas pendant la Première Guerre mondiale.

L’œuvre du XIXe siècle, « Diane et Endymion » de Jérôme Martin Langlois, est probablement « la même œuvre » que le Louvre avait prêtée au musée des Beaux-Arts d’Amiens avant la Première Guerre mondiale et qui a ensuite disparu, a déclaré Brigitte Faure dans un lettre Vidéo de la reine de la pop postée sur Facebook.

« Il est clair que nous ne sommes en aucun cas opposés à la prise en charge légale de cette œuvre par vous », a ajouté Faure.

Au lieu de cela, elle a demandé au chanteur un « prêt » pour se produire en 2028, alors qu’Amiens espère être la capitale européenne de la culture cette année.

Le prêt de l’image, a déclaré le maire, permettrait « aux habitants de découvrir et d’apprécier cette œuvre ».

La provenance possible du tableau a été suggérée par Le Figaro dans une enquête publiée ce mois-ci.

Vendu aux enchères de Madonna pour 1,3 million de dollars en 1989, un guide artistique a repéré l’œuvre massive sur une photo de sa maison publiée dans le magazine Paris Match.

READ  Les derniers instants de Diana : un médecin français se souvient d'une "nuit tragique" | Divertissement AB

Il représente une scène mythologique de la déesse Diane torse nu s’approchant du berger Endymion.

« Je ne suis pas sûr que ce soit le vrai tableau », a déclaré Faure, mais même s’il s’agissait d’une copie, « il ressemble beaucoup à l’œuvre » et « j’aimerais que les Amiens puissent le revoir ».

L’œuvre originale de Langlois a été publiée en 1817 pour décorer le château royal de Versailles en dehors de Paris, a déclaré François Seguin, directeur par intérim du musée de Picardie – anciennement musée des beaux-arts d’Amiens.

Il a été prêté par le Louvre à Paris à la ville du nord à partir de 1872, jusqu’à ce qu’il soit déclaré disparu après la Première Guerre mondiale.

Le Louvre a déclaré lorsqu’il a montré le tableau en 1988 que la Madone était « presque certainement une copie, très probablement du même artiste ».

Sa copie n’a pas la signature de l’artiste, la date et le cachet de l’œuvre, a déclaré l’expert Seguin, et est d’environ 3 centimètres (un pouce) plus petite que l’original, ce qui rend « peu probable » qu’il s’agisse de la même œuvre.

Cependant, « c’est la seule preuve du travail manquant », a-t-il déclaré.

« ; var i = Math.floor(r_text.length * Math.random()); document.write(r_text[i]);