octobre 2, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La santé d’abord, la liberté ensuite ? Comment le COVID-19 change-t-il les démocraties ?

délivré en :

Paris (AFP) – D’une série de blocages au port obligatoire de masques et de cartes Covid pour accéder aux lieux de divertissement et de sport, la pandémie a conduit à des restrictions radicales des libertés civiles dans certaines des plus anciennes démocraties du monde.

Parmi les pays occidentaux, les pays européens ont été particulièrement prompts à restreindre les libertés fondamentales au nom de la lutte contre le virus.

Le président français Emmanuel Macron a provoqué un tollé cette semaine en déclarant vouloir « mettre en colère » ceux qui refusent la vaccination en « limitant autant que possible leur accès aux activités de la vie sociale ».

Les observations du dirigeant d’un pays qui se considère comme un phare mondial de la liberté soulignent à quel point la pandémie a modifié les priorités nationales.

Les États-Unis ont également pris des mesures drastiques, notamment en fermant leurs frontières à la plupart des régions du monde pendant 20 mois et en rendant les vaccinations obligatoires pour tous les employés fédéraux et les grandes entreprises.

L’Union des libertés civiles pour l’Europe, basée à Berlin, a averti dans un rapport l’année dernière que les mesures visant les non vaccinés pourraient « exacerber les inégalités existantes ».

« (Ils) peuvent créer une société à deux vitesses dans laquelle certaines personnes peuvent jouir d’un large éventail de libertés et de droits tandis que d’autres en sont exclues », indique le rapport.

Persécution ou protection ?

Au début de la pandémie, les gouvernements ont utilisé des fermetures générales et des couvre-feux pour essayer de contenir le virus.

READ  Camila Cabello parle français dans le nouveau clip de "Mon Amour" avec Stromae

Mais au cours de la dernière année, la plupart des pays ont commencé à améliorer leurs stratégies, en introduisant des laissez-passer numériques qui permettent aux gens de prouver qu’ils ont été vaccinés.

Face à la variante Omicron, certains gouvernements, notamment l’Autriche et les Pays-Bas, sont revenus à des tactiques universelles et ont ordonné aux gens de rentrer chez eux pendant les festivités de fin d’année.

Mais à travers le monde, de nombreux pays lancent désormais une bobine sur les citoyens qui refusent d’être poignardés.

L’Autriche a maintenu les personnes non vaccinées confinées chez elles le mois dernier après la levée du verrouillage partiel. En février, ce sera le premier pays d’Europe à rendre les vaccinations obligatoires pour la plupart des gens.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que son pays devait également avoir une « conversation nationale » sur les vaccinations obligatoires, faisant écho à des commentaires similaires du gouvernement allemand.

Pendant ce temps, le gouvernement français a proposé de suivre l’exemple de l’Allemagne en interdisant aux non vaccinés d’entrer dans les restaurants, les cinémas et les installations de loisirs.

Alors que l’acceptation par le public des restrictions de Covid était élevée au début de la crise, la fatigue pandémique alimente une résistance croissante à la maîtrise des nouvelles restrictions.

Les non vaccinés se plaignent de discrimination, certains allant jusqu’à comparer leur traitement à la persécution des Juifs européens pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des Pays-Bas à l’Autriche, en passant par l’Allemagne, la Belgique et la France, des milliers de personnes sont descendues dans la rue – parfois en conflit avec la police – pour protester contre les règles de Covid et les cartes de santé.

READ  Saba Azad appelle son amant Hrithik "Mon amour" en français

« Fanatiques libertaires »

Les griefs sont exploités par les partis d’extrême droite et d’extrême gauche et ceux qui s’opposent aux politiques interventionnistes.

En Allemagne, les libéraux-démocrates pro-business ont réalisé de solides gains lors des élections générales de septembre après avoir fait campagne contre un verrouillage strict.

En France, qui organisera des élections présidentielles en avril, les candidats d’extrême droite Marine Le Pen et Eric Zemmour se sont prononcés contre le permis de vaccin proposé par Macron.

Le journal britannique Guardian a averti en mars 2021 : « Les restrictions sur les coronavirus sont nécessaires ; mais les inquiétudes quant à la façon dont elles sont encadrées et appliquées ne sont pas et ne devraient pas être l’apanage des libertaires et des négateurs de Covid. »

Pour l’essentiel, l’Europe a évité les troubles en maintenant un équilibre entre la nécessité de protéger la santé publique et la défense des libertés civiles.

Raoul Magni Burton, un politologue français qui a étudié les restrictions Covid imposées dans près de 40 pays européens, a cité la France et les pays d’Europe de l’Est comme les restrictions les plus strictes.

Son étude a montré que les pays avec le plus grand respect pour les libertés individuelles étaient les plus anciennes démocraties continues, comme la Grande-Bretagne ou la Suisse.

Ses recherches ont également conclu que les restrictions ont tendance à être plus légères dans les pays avec des gouvernements de coalition tels que les Pays-Bas ou où le pouvoir est partagé entre le gouvernement central et des régions telles que l’Allemagne fédérale.

« Avec combien de personnes avez-vous eu à négocier ? C’est la question », a déclaré Magny Burton.

READ  Malgré la version hybride, "Dune" dessine bien sur grand écran