décembre 2, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La représentation de Macron comme Hitler teste la tolérance pour la satire française

Manuel Auslus et Michael Rose

PARIS (Reuters) – Michael-Ange Flori, propriétaire d’une entreprise française de publicité de rue, a décidé d’utiliser ses panneaux d’affichage dans une satire politique intitulée Exercice : le président Emmanuel Macron a publié une photo de lui déguisé en Adolf Hitler.

Les avocats personnels de Macron et son parti ont maintenant accusé la représentation de plaintes juridiques d’outrage public, et Flori a déclaré qu’il avait été contacté par la police agissant sur la plainte.

L’affaire est devenue un test pour savoir si la France trace une ligne de démarcation entre liberté d’expression et agression.

En particulier, le magazine satirique Charlie Hebdo fait écho dans un pays qui a publié des caricatures du prophète Mahomet en 2006, que la plupart des musulmans considèrent comme blasphématoires. Le gouvernement français a défendu le droit de publier.

« Nous n’abandonnerons pas les caricatures et les dessins, même si d’autres reculent », a déclaré Macron dans un discours en l’honneur de la grand-mère de l’instituteur Samuel, qui a été tuée par un jeune tchétchène en quête de vengeance qui a utilisé l’interview le 21 octobre de l’année dernière. Dessins animés en classe sur la liberté d’expression.

Flori Macron a installé des panneaux d’affichage en réponse à la législation adoptée par le parlement ce mois-ci, affirmant que les personnes dans certains lieux publics ne devraient pas être complètement vaccinées contre le COVID-19 ou présenter un nouveau test négatif.

Certains opposants à Macron accusent les règles de bafouer les libertés civiles et d’agir en dictateur ; L’administration fait valoir que des taux de vaccination plus élevés devraient être encouragés.

READ  Le célèbre sieur français Le Havre a pris sa retraite

Flori a déclaré que des panneaux d’affichage avaient été collés autour de sa région d’origine dans le sud de la France et que le consensus dans son pays était du côté de Charlie Hebdo.

« Mais quand il s’agit de se moquer du président en le présentant comme un dictateur, cela devient de la calomnie, et puis c’est inacceptable », a-t-il déclaré à Reuters dans une interview.

L’avocat de Macron, Jean Ennochi, a personnellement déposé une plainte contre Macron, « en raison de sa nature agressive en comparant le président à Adolf Hitler ».

Le porte-parole du parti Macron a déclaré avoir déposé une plainte distincte pour incitation au mépris et à la haine.

La direction de Macron a refusé de commenter.

« Je ne m’y attendais pas du tout. Le président va porter plainte contre un citoyen français », a déclaré Flori.

« Je suis une caricature, dit-il. « Les gens peuvent aimer ou non, mais tout est pareil, la caricature est la caricature. »

(Écrit par Christian Lowe ; édité par Francis Kerry)