novembre 29, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La médaillée d’or olympique déchire Hockey Canada pour lui payer 4 000 $ pour ses frais médicaux après une commotion cérébrale

La médaillée d’or olympique Katie Weatherston a déclaré qu’il était « injuste » que Hockey Canada lui dise qu’elle n’avait que 4 000 $ pour couvrir les frais médicaux d’une blessure au cerveau qu’elle a subie alors qu’elle jouait pour Équipe Canada.

Elle s’exprime maintenant et remet en question les priorités de Hockey Canada à la lumière de récents rapports selon lesquels l’organisation a versé des millions de dollars en règlements à des allégations d’agression sexuelle.

« C’était une gifle à l’époque, quand on m’a dit qu’ils n’avaient que 4 000 $ à me donner », a déclaré Weatherston à CBC News.

« Et maintenant, c’est tellement choquant ce qui a été dit qu’ils n’avaient pas d’argent pour moi, mais ils avaient de l’argent pour ça… Ce n’est pas juste. Je ne veux pas que cela arrive à d’autres jeunes femmes les athlètes. »

Hockey Canada a fait l’objet d’un examen minutieux du public au cours des dernières semaines en raison de son utilisation du Fonds national d’équité – composé en partie des frais d’inscription des joueurs – pour régler une poursuite de 3,5 millions de dollars. Une femme affirme avoir été agressée sexuellement par huit joueurs de hockey en 2018, dont des membres de l’équipe internationale masculine des jeunes.

Hockey Canada a déclaré plus tard à un comité parlementaire qu’il avait retiré 7,6 millions de dollars supplémentaires pour payer neuf plaignants pour agression sexuelle depuis 1989.

L’organisation a depuis défendu le National Equity Fund, arguant qu’il est utilisé « pour soutenir toute personne qui aurait pu être blessée ou blessée lorsque les polices d’assurance sont insuffisantes ».

Witherston a déclaré qu’elle ne comprenait pas pourquoi ce fonds n’avait pas été utilisé pour payer son traitement.

READ  Orlondo Steinor Hamilton a nommé Tiger Cuts à la tête des opérations football

Dans une déclaration aux médias, Hockey Canada a déclaré à CBC News que la « sécurité de nos athlètes » est sa « priorité absolue » et que l’organisation a diverses polices d’assurance ou fonds auto-assurés qui « pourraient être disponibles » pour les joueurs blessés d’Équipe Canada. événements.

L’organisation a déclaré qu’elle avait également un dossier Un fonds d’assurance-maladie qui couvre certains frais médicaux et dentaires non assurés jusqu’à un maximum de 5 000 $.

Ce n’est pas suffisant, a déclaré Witherston.

« Les soins médicaux dont j’ai besoin coûtent entre 30 000 et 40 000 dollars par an », a-t-elle déclaré. « Je ne peux pas payer autant de factures médicales, donc je ne reçois pas les soins dont j’ai besoin. »

Katie Weatherston a déclaré qu’elle rendrait sa médaille d’or olympique si cela impliquait de restaurer sa santé. (Jean-François Benoit/CBC News)

Witherston a déclaré qu’au cours des 16 dernières années, elle souffrait de maux de tête quotidiens, de fatigue chronique et de la sensation de claquer dans les oreilles, comme si elle était enrhumée dans un avion.

Elle a dit qu’elle débourse environ 15 000 $ par an pour les soins médicaux, y compris les rendez-vous de physiothérapie et de chiropratique. Witherston a déclaré qu’elle avait également recours à l’acupuncture, aux ventouses et aux massages pour réduire les coûts.

Ses blessures ont commencé en 2005 lorsqu’elle a survolé le guidon lors d’une course de vélo avec son équipe et a atterri sur le trottoir, cassant trois dents, selon un rapport sur les blessures de Canada Hockey vu par CBC News.

Puis, en septembre 2006, elle s’est blessée au dos lors d’un match entre les deux équipes au camp d’entraînement d’Équipe Canada. Witherston dit que sa tête a heurté les planches.

Witherston a déclaré qu’un médecin de Hockey Canada l’avait autorisée pendant le match à retourner sur la glace.

Plus tard au cours du même match, Weatherston est tombé sur un coéquipier et s’est cogné la tête avec un autre lors d’une rencontre. Quelques jours plus tard, a-t-elle dit, elle s’est retrouvée aux urgences de l’hôpital, se sentant malade et ressentant des douleurs à la nuque et au haut de la colonne vertébrale.

Ma tête n’a pas heurté la glace

Withersson a déclaré qu’après une interruption de la glace, sa carrière s’est brusquement arrêtée en 2008 après une chute lors d’un match mineur à Ottawa.

« Ma tête n’a pas heurté la glace », a-t-elle déclaré. « J’ai senti mon cerveau osciller dans mon crâne et je savais que j’avais des problèmes. »

Un rapport de blessure au hockey canadien rédigé par un médecin à Ottawa et daté d’octobre 2012 a déclaré qu’il était le résultat de multiples commotions cérébrales. En 2005, 2006 et 2008, Witherston a développé un syndrome post-commotionnel prolongé qui était « probablement permanent ».

La médaillée d’or olympique de 2006, Katie Weatherston, est maintenant entraîneure de hockey à temps partiel, agente immobilière et conférencière motivatrice qui sensibilise aux commotions cérébrales. (Ashley Burke/CBC News.)

Weatherston a déclaré qu’elle n’avait pas intenté de poursuite ni déposé de plainte d’assurance auprès de Hockey Canada à l’époque, car elle espérait toujours se rétablir et retourner aux Jeux olympiques.

« J’avais vingt-cinq ans », dit-elle. « Je pensais vraiment que je serais de retour dans le match.

« Vous ne voulez pas affronter Hockey Canada. Vous ne voulez pas être sur la liste noire.

L’avocat Brian Cameron a examiné les documents de Weatherston et a déclaré que bien que sa situation soit « certainement injuste et…

« La vérité, c’est que si elle avait poursuivi à temps, Hockey Canada serait assuré, a dit Cameron. « Elle a attendu si longtemps et maintenant elle est dans une position où il semble qu’elle va avoir ces problèmes au cours de sa vie. »

Witherston a demandé un avis juridique en 2013 qui a conclu qu’elle pouvait poursuivre en justice pour « responsabilité d’acteur » pour des allégations selon lesquelles un médecin du hockey canadien avait fait preuve de négligence en la laissant jouer. Le cabinet d’avocats a déclaré que pour contourner le délai de prescription de deux ans, ils devraient démontrer « qu’il y a eu une dissimulation frauduleuse par Hockey Canada de leur connaissance d’une commotion cérébrale », selon le rapport du cabinet d’avocats.

Les courriels vus par CBC News montrent que Weatherston n’a pas contacté Hockey Canada avant 2012 pour l’aider à payer ses factures médicales.

Glenn McCurdy, ancien vice-président des assurances et de la gestion des risques pour Hockey Canada, comparaît comme témoin devant le Comité permanent du patrimoine canadien à Ottawa. (Shawn Kilpatrick/La Presse canadienne)

Selon l’un de ces courriels, Glenn McCurdy, le chef de la gestion des risques à la retraite de Canadian Hockey, a déclaré à Weatherston qu’il existait une politique de décès et de mutilation accidentels qui comportait une «composante de lésion cérébrale traumatique», mais a ajouté qu’elle était «relativement nouvelle  » et il ne pensait pas que c’était le cas. Vous vous qualifierez.

Witherston a déclaré dans un courriel à Hockey Canada qu’elle avait subi une « blessure chronique et potentiellement permanente ».

Y a-t-il autre chose que Hockey Canada peut faire pour soutenir ses athlètes?

Une balle dans le ventre

Todd Jackson, directeur des assurances de Hockey Canada à l’époque, a répondu à Weatherston en juin 2014, affirmant que l’organisation avait déjà payé 6 000 $ à Weatherston pour l’accident de vélo pendant l’entraînement. Il lui a offert 4 000 $ supplémentaires pour l’aider à payer ses dépenses médicales courantes.

« Malheureusement, 4 000 $, c’est tout ce que j’ai à gérer. Désolé », a écrit Jackson dans un e-mail à Weatherston.

Les tentatives de CBC News pour joindre Jackson et McCurdy via Hockey Canada pour commentaires ont été infructueuses.

Witherston a déclaré que c’était une « opportunité supplémentaire » de voir le scandale du hockey au Canada se dérouler depuis mai.

« Ils ont fermé le livre sur moi », a déclaré Weatherston. « J’ai vécu une belle expérience avec Hockey Canada, certains des meilleurs souvenirs de ma vie. Mais j’ai aussi vécu une expérience terrible parce que j’avais l’impression qu’ils m’avaient jeté sur le bord du chemin.

« Je vais certainement rendre ma médaille d’or à Heartbeat pour le bien de ma santé. »

Regarder | Hockey Canada a payé 21 règlements pour inconduite sexuelle depuis 1989 :

Hockey Canada a payé 21 règlements pour inconduite sexuelle depuis 1989

Les responsables de Hockey Club Canada ont révélé que l’organisation avait versé près de 9 millions de dollars en règlements depuis 1989 à 21 personnes alléguant une inconduite sexuelle.

Sa partenaire, Alexandra Penfold, est infirmière autorisée. Elle a dit qu’elle ne comprenait pas les priorités de Hockey Canada.

« Pourquoi devriez-vous souffrir alors qu’ils ont le pouvoir de vous aider ? » dit Penfold. « Ce n’est pas bon. C’est injuste pour les femmes en athlétisme, vraiment. »

La mère de Witherston, Anna Weatherston, a déclaré qu’elle se demandait maintenant « si ce serait une bonne idée de la mettre dans un match de hockey ».

CBC News a demandé à Hockey Canada pourquoi il n’utilisait pas le Fonds national d’actions pour aider Weatherston avec ses factures médicales courantes.

L’organisation a déclaré que par « respect de la vie privée et de la confidentialité, il serait inapproprié… de discuter d’un cas particulier par le biais des médias ».

« Nous sommes désolés d’apprendre que Mme Weatherston s’inquiète de ses blessures passées », a déclaré l’Agence canadienne de hockey dans un communiqué à CBC News. « S’il y a de nouvelles informations sur son état de santé, nous l’encourageons – comme nous le faisons pour tout membre de Hockey Canada – à nous contacter. »

Hockey Canada a déclaré que son assureur « prendrait toutes les décisions » concernant son admissibilité à la couverture.