janvier 30, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La guerre russo-ukrainienne : le plafonnement des prix du G-7 sur le pétrole russe entre en vigueur | Nouvelles de la guerre entre la Russie et l’Ukraine

Le prix plafond du pétrole transporté par mer russe convenu par l’Union européenne, le Groupe des Sept et l’Australie est entré en vigueur.

Le plafond de 60 dollars le baril, qui est entré en vigueur lundi, vise à limiter la capacité de la Russie à financer sa guerre en Ukraine tout en s’assurant qu’elle continue d’approvisionner le marché mondial.

Mais Moscou a déclaré qu’il ne respecterait pas la mesure même s’il devait réduire sa production.

La limite s’ajoute à l’interdiction par l’Union européenne des importations de brut russe par voie maritime et aux promesses similaires des États-Unis, du Canada, du Japon et du Royaume-Uni.

Cela signifie que le pétrole russe vendu à un prix égal ou inférieur à 60 dollars le baril peut être expédié vers des pays étrangers en utilisant des pétroliers du G7 et de l’UE, des compagnies d’assurance et des établissements de crédit. Les principales compagnies maritimes et d’assurance mondiales étant situées dans les pays du G7, le plafond pourrait empêcher Moscou de vendre son pétrole à un prix plus élevé.

Les pays qui n’adoptent pas cette mesure peuvent continuer à acheter du pétrole russe au-dessus du prix plafond, mais sans recourir aux services occidentaux pour l’obtenir, le sécuriser ou le transporter.

« Nous avons des signes clairs qu’un certain nombre d’économies émergentes, en particulier en Asie, adhéreront aux principes de plafonnement et d’échange », a déclaré à l’AFP un responsable européen, ajoutant que la Russie était déjà « sous la pression » de ses clients pour offrir des remises.

Mais la Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole, a déclaré dimanche qu’elle n’accepterait pas le plafond et ne vendrait pas de pétrole soumis à celui-ci.

READ  Heure d'été 2021 : Les horloges seront bientôt de retour en Ontario

Le vice-Premier ministre Aleksandr Novak a déclaré que la décision de l’Occident représentait une intervention majeure qui allait à l’encontre des règles du libre-échange et déstabiliserait les marchés mondiaux de l’énergie en créant des pénuries d’approvisionnement.

« Nous travaillons sur des mécanismes pour interdire l’utilisation d’un outil de plafonnement des prix, quel que soit le niveau fixé, car une telle ingérence peut déstabiliser davantage le marché », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Nous ne vendrons du pétrole et des produits pétroliers qu’aux pays qui travailleront avec nous dans les conditions du marché, même si nous devons réduire un peu la production ».

La vente de pétrole et de gaz à l’Europe est l’une des principales sources de revenus en devises de la Russie depuis que les géologues soviétiques ont découvert du pétrole et du gaz dans les marais de Sibérie dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.

Le plafond des prix du G7, qui a été convenu vendredi, n’est pas loin en dessous du niveau de 67 $ où le baril de pétrole russe a fermé en fin de journée. Par conséquent, l’UE et les pays du G7 s’attendent à ce que la Russie soit toujours incitée à continuer de vendre du pétrole à ce prix tout en acceptant des profits plus faibles.

« La Russie doit garder ses intérêts en vendant son pétrole » ou risquer de couper l’approvisionnement mondial et de faire flamber les prix, a déclaré à l’AFP un deuxième responsable européen, disant qu’il ne croyait pas aux menaces du Kremlin d’arrêter les livraisons aux pays qui adhèrent au plafond.

READ  Biden est en visite en Pologne après le sommet de l'OTAN sur l'invasion russe de l'Ukraine

Le responsable a déclaré que la Russie resterait préoccupée par le maintien de l’état de ses infrastructures, qui seraient endommagées si la production était arrêtée, et par le maintien de la confiance de ses clients, notamment la Chine et l’Inde.

Alors que la Russie pourrait être encline à créer sa propre flotte de pétroliers, à les exploiter et à les assurer seule, Bruxelles estime que « construire un écosystème marin du jour au lendemain serait très complexe » – et de telles mesures de mise en œuvre pourraient avoir du mal à convaincre les clients.

Le niveau du plafond sera réexaminé par l’Union européenne et le G7 tous les deux mois, la première révision de ce type étant prévue pour la mi-janvier.

« Cet examen doit tenir compte (…) de l’efficacité de la mesure, de sa mise en œuvre, de la conformité et de l’harmonisation internationales, de l’impact potentiel sur les membres et partenaires de la coalition et de l’évolution du marché », a déclaré la Commission européenne dans un communiqué.

Le plafond sur le pétrole brut suivra une mesure similaire affectant les produits pétroliers russes qui entrera en vigueur le 5 février, bien que le niveau de ce plafond n’ait pas encore été décidé.