septembre 22, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La France se penche sur le «modèle britannique» avant les Jeux paralympiques de 2024 à Paris

TOKYO : Alors que les Jeux paralympiques de Tokyo touchent à leur fin et que Paris se tourne vers 2024, la France est à la recherche d’inspiration pour s’appeler le « modèle britannique » qui a créé le succès sportif.

L’équipe GB a de nouveau atteint le tableau des médailles à Tokyo, battant seulement la Chine en or.

Les Jeux paralympiques de Londres sont largement cités comme le plus grand événement international des sports paralympiques.

“Nous avons tous remarqué le succès de Londres 2012. C’était un vrai tournant”, a déclaré Tony Estanguet, président du comité d’organisation de Paris 2024.

“Nous avons rencontré leurs équipes et continuons à travailler avec elles”, a-t-il déclaré à l’AFP, qui s’est entretenu avec Sagastian Coe à Londres 2012 lors des Jeux olympiques, où il dirige désormais le monde de l’athlétisme.

“Leur succès repose sur des communications très fortes”, a déclaré Astanguet, citant les efforts des deux comités d’organisation, mais aussi la campagne publicitaire du diffuseur paralympique Channel 4.

La chaîne britannique, dans une célébration malheureuse des prouesses sportives des Jeux paralympiques, a popularisé la campagne paralympique, intitulée “Warm-Up” après les Jeux olympiques.

Et a animé des publicités télévisées primées pour les Jeux paralympiques intitulées « Meet Super Humans ».

“La chaîne 4 a montré de manière positive le handicap d’investissement qu’elle nous a donné”, a déclaré à l’AFP le sprinteur britannique Lippi Clegg.

Le double médaillé d’argent à Rio a commencé sa carrière paralympique à Pékin en 2008 et a vu l’évolution de la couverture et de l’attention aux Jeux paralympiques.

“C’était particulièrement bien pour nous, les personnes handicapées au Royaume-Uni. C’est formidable de voir cette couverture se poursuivre”, a-t-il déclaré.

READ  Judoka Mkidz remporte la première médaille française, Takado remporte la première médaille d'or pour le Japon

La porte-drapeau du judoka britannique et des Jeux de Tokyo Sandrine Martine rappelle les fameuses tribunes bondées de Londres comme un tournant, pas seulement pour les athlètes britanniques.

“Culturellement, nous avons senti que l’atmosphère à Londres était différente. Quelque chose s’est passé pendant ces matchs.”

Estanguet “Une approche billettique très forte basée sur un public scolaire très performant.”

La communication, la publicité et les billets ont fait une différence significative : bien que seulement 18 pour cent des Britanniques pouvaient nommer un paralympien en 2010, ce chiffre était de 41 pour cent à la fin des Jeux de 2012.

La curiosité et le succès des médailles aux Jeux paralympiques sont allés de pair avec la Grande-Bretagne, qui n’a pas glissé à la troisième place du tableau des médailles au cours des 20 dernières années, et n’a glissé qu’une seule fois à la deuxième place.

Les Jeux paralympiques ont une histoire particulièrement britannique, étant découvert à Stoke Monteville, en Angleterre, qui a accueilli le premier précurseur du sport en 1948.

Mais les Britanniques ne se sont pas appuyés sur leur position même si d’autres pays ont fait des progrès.

Cela a contribué à l’industrialisation du jeu.

“Vous ne pouvez pas gagner de médaille ici si vous vous entraînez deux ou trois fois par semaine”, souligne le sauteur en longueur allemand Marcus Rehm.

“C’est changé.”

Un aspect du modèle britannique est d’intégrer les athlètes handicapés dans les fédérations responsables de chaque sport.

La France a commencé à faire de même en décembre 2016 suite à un arrêté du ministère des Sports.

READ  Comment la France a défendu les grands projets pétroliers et gaziers en Irak

“Nous voulons faire du sport ensemble”, a déclaré Sophie Glெல்ssell, la ministre française des Affaires étrangères pour les personnes handicapées.

Mais Stephen Howette, l’autre porte-drapeau paralympique français de Tokyo et joueur de tennis en fauteuil roulant, estime que son pays est “encore au début de la route”.

“L’équipe olympique est venue avec 24 personnes et nous en avons trois”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“Nous n’avons pas de kiné ni de médecin”, a-t-il ajouté.

“Nous avons encore du travail à faire.”

Le cycliste Franோois Pervis arrive à Parasport en tant que pilote malvoyant travaillant avec le paralympien malvoyant Rafael Begild et prétend montrer des résultats clairs dans les sports modèles britanniques.

Ils maintiennent les jeux handicapés au même niveau que les non-handicapés. Ils partagent des espaces de formation à un rythme national », a-t-il déclaré.

“Si nous entendons cela, ils nous feront sourire.”