janvier 16, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La France arrête l’un des suspects du meurtre de Jamal Khashoggi, selon des sources

L’un des assassins présumés du journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été arrêté mardi à l’aéroport de Roissy près de Paris alors qu’il s’apprêtait à monter à bord d’un avion à destination de Riyad, ont indiqué une source policière et une source judiciaire.

Une source policière a nommé l’homme Khaled Ayed Al-Otaibi, l’ancien garde royal saoudien. Une source judiciaire a confirmé son arrestation et indiqué que les autorités étaient en train de vérifier son identité.

Mais un responsable saoudien a déclaré qu’il s’agissait d’un cas d’identification erronée, ajoutant que les personnes reconnues coupables du crime purgeaient actuellement leur peine en Arabie saoudite.

L’arrestation est intervenue quelques jours seulement après que le président français Emmanuel Macron a eu des entretiens directs en Arabie saoudite avec le prince héritier Mohammed bin Salman, devenant ainsi le premier grand dirigeant occidental à visiter le royaume depuis le meurtre de Khashoggi.

Le directeur général d’Al Arab TV, Jamal Khashoggi, regarde lors d’une conférence de presse dans la capitale bahreïnie, Manama, le 15 décembre 2014. (Mohamed Al-Sheikh/AFP/Getty Images)

Khashoggi, un critique du prince Mohammed, est vu entrer dans le consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre 2018. Des responsables turcs pensent que son corps a été démembré et enlevé. Ses restes n’ont pas été retrouvés.

Le suspect figure déjà sur les listes de sanctions britanniques et américaines

La police a déclaré qu’Al-Otaibi était détenu dans le complexe aéroportuaire. La police des frontières aériennes a un bureau dans un immeuble près du terminal de l’aéroport.

Al-Otaibi – qui figurait sur les listes de sanctions britanniques et américaines comme étant impliqué dans le meurtre de Khashoggi – figurait sur la liste des personnes recherchées par la France.

La source policière a déclaré à Reuters que son arrestation avait été effectuée sur la base d’un mandat délivré par la Turquie en 2019. Les procureurs français y entameront désormais des procédures pour une éventuelle extradition.

La fiancée de Khashoggi, Khadija Hengis, a tweeté qu’elle se félicitait de l’arrestation du tueur présumé.

une Signaler Du côté du British Financial Sanctions Enforcement Office, Al-Otaibi, qui a également été mentionné par Al-Laibi, a déclaré : « Impliqué dans l’assassinat illégal de Jamal Khashoggi à Istanbul le 2 octobre 2018, dans le cadre des 15 hommes équipe envoyée par les autorités saoudiennes en Turquie.

Le rapport indiquait qu’Al-Otaibi, né en 1988, était « impliqué dans la dissimulation de preuves au siège du consul général saoudien après le meurtre ». Trésor américain Signaler « Les responsables saoudiens que nous punissons sont impliqués dans le meurtre odieux de Jamal Khashoggi », a-t-il déclaré.

renseignement américain Signaler Libéré en mars, il a déclaré que le prince Mohammed avait approuvé le meurtre ou la capture de Khashoggi. Le gouvernement saoudien a nié toute implication du prince héritier et a rejeté les conclusions du rapport.

Regarder | Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken sur l’impact de la publication du rapport de renseignement :

Un rapport du renseignement américain accuse le prince héritier saoudien du meurtre de Jamal Khashoggi

Un rapport non classifié du renseignement américain accuse désormais le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman d’avoir approuvé le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à l’ambassade saoudienne à Istanbul en 2018. L’administration Biden déclare que cela est inacceptable et ne sera pas toléré, signalant un changement dans les relations entre Les États-Unis et l’Arabie saoudite. 1:52

Pas encore de livraison

La France est l’un des principaux fournisseurs d’armes de l’Arabie saoudite, mais a subi des pressions pour revoir ses ventes en raison de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite combattant les rebelles houthis alignés sur l’Iran au Yémen, aujourd’hui l’une des pires crises humanitaires au monde.

Macron a rejeté la semaine dernière les accusations selon lesquelles il légitimait le prince héritier, affirmant que les nombreuses crises de la région ne pouvaient pas être traitées en ignorant l’Arabie saoudite.

Sur cette photo publiée par le palais royal saoudien, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, à gauche, salue le président français Emmanuel Macron, à son arrivée à Djeddah, en Arabie saoudite, samedi. (Bandar Al-Kaloud/Le Palais royal saoudien via l’Associated Press)

La source judiciaire a confirmé l’arrestation d’Al-Otaibi, sur la base d’un mandat d’arrêt turc. Les autorités étaient en train de vérifier son identité. La source a déclaré qu’il est trop tôt pour déterminer si et quand les personnes recherchées seront remises.

Il n’était pas clair comment et quand Al-Otaibi est arrivé en France.

Le ministère français de l’Intérieur et l’ambassade saoudienne à Paris ont refusé de commenter. Le bureau des médias du gouvernement saoudien CIC n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

READ  COVID-19 : les États-Unis enregistrent 1,1 million de nouveaux cas