juillet 1, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La deuxième partie de « Ernest et Célestine » met en lumière la gloire visuelle de la langue française en deux dimensions

Une foule de fans au Festival d’Annecy en France a jeté un coup d’œil à la suite très attendue de la chanson de The French Family « Ernst et Célestine » Jeudi.

Je n’ai pas été déçu-

« Ernest et Célestine : Un voyage à Gibberitia » sortira en France en décembre, près d’une décennie après le film original multi-primé, qui a remporté une nomination aux Oscars avec le lauréat 2014 de « Frozen »

L’avant-première de 22 minutes d’Annecy a été suivie d’un court concert du compositeur du film, Vincent Courtois, jouant du violoncelle et de l’un des membres de son groupe à la clarinette.

« L’histoire tourne beaucoup autour de la musique », a déclaré le co-réalisateur Julien Chheng (« Le Roi et le Castor » et « Ernest et Célestine, La Collection »). divers. « En faisant le film, nous attendions sa démo pour animer nos personnages. Nous voulions être fidèles au style très subtil d’Ernest et Célestine : nous ne voulions pas utiliser la musique pour renforcer les sentiments mais plutôt permettre aux personnages et aux scènes de transmettre l’émotion. . »

Le film raconte l’histoire d’Ernst et Celestine qui retournent dans le pays d’Ernst, Gebritia, pour réparer son violon cassé. Cette terre étrange abritait autrefois les meilleurs musiciens de la Terre, mais à leur arrivée, ils découvrent que toute forme de musique y a été interdite.

Avec leurs amis et un mystérieux étranger masqué, Ernst et Celestine font de leur mieux pour ramener la musique et le bonheur à Bear Land.

Parler à diversLe co-réalisateur Jean-Christophe Roger (« Ernest et Célestine, La Collection », « Lassie ») a déclaré que le film vise à transmettre un message sur le combat pour la liberté, dans lequel Ernest est contraint d’affronter son père arrogant, qui a interdit la musique à Gabrietia après qu’Ernst ait refusé de suivre les traditions familiales et de devenir juge, préférant consacrer sa vie à la musique.

READ  Critique de livre : Une approche légère apporte l'histoire de la Colombie-Britannique à un nouveau public

Mais cela a pris une signification supplémentaire après l’invasion russe de l’Ukraine, car l’équipe a choisi d’utiliser un mamelon bleu, dont les plumes sont du même jaune et bleu que le drapeau ukrainien, pour symboliser la liberté.

« Nous avons eu une projection avec l’équipe de production juste après le déclenchement de la guerre et c’était vraiment étrange, il y avait un silence dans la salle : nous avons été étonnés par le fait que le film reflétait ce qui se passe en Ukraine, et le choix garder le [blue and yellow] « Les couleurs ont donné un sens supplémentaire à l’histoire auquel nous ne nous attendions pas », a déclaré Cheng.

Basée sur les personnages de livres pour enfants bien-aimés de l’auteur belge Gabriel Vincent, cette suite est une histoire originale écrite par Agnès Bidoud et le producteur d’animation français vétéran Didier Brunner (« Ernest et Célestine », « La Trilogie de Belleville »), qui a plaisanté sur scène pendant la festival a demandé au réalisateur Mikael Marin pourquoi il lui a fallu si longtemps pour le réaliser, et que « l’auteur ne voulait pas le monter, alors nous avons attendu qu’elle meure ».

En fait, Brunner a acheté les droits des livres à succès de Vincent en 2007, plusieurs années après sa mort, et a continué à produire l’adaptation du film, primée à plusieurs reprises et primée aux Oscars.

Le célèbre acteur français Lambert Wilson est de retour dans le rôle d’Ernst, avec Pauline Brunner rejouant son rôle de Célestine. Pas encore de confirmation sur la version anglaise – le film original de 2012 a été exprimé par un casting de premier plan comprenant Forest Whitaker, Mackenzie Foy et Lauren Bacall.

READ  L'architecte Peter Marino explore un partenariat « rare » avec Chanel

Binh Sebastian Regnud (« Little Vampire », « Stinky Dog ») et « Miraculous : Tales of Ladybug and Cat Noir » auteurs Guillaume Motalant et Sebastian Ursel, « Ernest and Celestine : Journey to Gibritia » produit par Volivary à Paris et produit par Melusine Productions (« Wolfwakers ») produites par la société luxembourgeoise Stephan Roelants, en coproduction avec Studiocanal, France 3 Cinéma et Les Armateurs.

participer à Diverses newsletters et alertes emails !