janvier 22, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La centrale nucléaire française de nouvelle génération est à nouveau retardée

Posté sur: Modifié:

Paris (AFP) – La compagnie d’électricité EDF a annoncé mercredi que des retards et des coûts supplémentaires pour la centrale nucléaire française de première génération porteraient un coup à la stratégie du président Emmanuel Macron de faire de l’énergie nucléaire une pierre angulaire de la politique énergétique.

L’EDF a précisé que la centrale de Flymanville sur Channel Beach ne sera ravitaillée qu’à la fin de 2022, avant le « deuxième trimestre 2023 ».

Suite aux plans de Macron pour de nouveaux réacteurs fournissant une énergie à faible émission de carbone, la France soutient la classification de l’énergie nucléaire comme technologie « verte » dans les futures règles de l’UE.

Les coûts prévus ont augmenté de 300 millions d’euros supplémentaires (340 millions de dollars) pour atteindre 12,7 milliards d’euros, a indiqué EDF, soit quatre fois l’estimation initiale de 3,3 milliards d’euros.

La construction de la centrale EPR de nouvelle génération a débuté en 2007 et devrait s’achever en 2012.

En novembre, Macron a annoncé que « pour la première fois depuis des décennies, nous allons redémarrer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays » – ainsi que « créer de l’énergie renouvelable ».

Il a ajouté que les plans « garantiraient l’indépendance énergétique de la France » et aideraient à atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050.

Mais le président, qui n’a pas officiellement confirmé son intention de se présenter à une réélection en avril, a déclaré que les détails tels que le lieu et la date de construction des nouvelles usines étaient rares.

Les violations de Flamanville sont un « échec aux dépens des Français », a déclaré Yannick Jodot, le candidat des Verts à la présidentielle.

READ  Kendall Brexit après les barrages routiers lors d'un demi-tour en France | Brexit

Le candidat de gauche Jean-Luc Melenchon a qualifié la nouvelle de « naufrage de l’industrie nucléaire » – l’une des couronnes de l’industrie française.

Bataille de Bruxelles

Les 56 réacteurs fournissent plus de 70 % de l’électricité française et, selon EDF, l’UE reconnaît les tarifs sur l’énergie nucléaire de Paris comme une technologie verte neutre en carbone et digne d’investissement.

La volonté d’ajouter l’énergie nucléaire à la soi-disant « classification » verte en alliance avec les États membres de l’Est de l’UE tels que la Pologne et la République tchèque est en contradiction avec son allié traditionnel, l’Allemagne.

Berlin est en train de fermer toutes ses installations nucléaires d’ici la fin de cette année. La coalition au pouvoir en Allemagne comprend désormais le Parti Vert, qui est en partie ancré dans la technologie depuis les années 1970.

La ministre de l’Environnement Steffi Lemke a déclaré que l’inclusion de l’énergie nucléaire sur la liste était « absolument erronée » car elle « conduirait à des catastrophes environnementales catastrophiques ».

« Nous sommes d’accord sur le fait que nous ne sommes pas d’accord avec la France sur cette question », a déclaré la semaine dernière à l’AFP la ministre allemande des Affaires européennes, Anna Luhrmann.

La politique non nucléaire de l’Allemagne n’est pas sans inconvénients, selon les critiques, retardant la sortie du pays de l’électricité au charbon et augmentant sa dépendance au gaz naturel de la Russie.

Des retards sans fin

L’EDF a indiqué mercredi que le récent retard à Flamanville était dû à « un environnement industriel rendu très difficile par l’épidémie ».

L’usine a subi plusieurs revers techniques et l’Agence nationale de l’énergie atomique a identifié des problèmes de soudage en 2019 qui ont dû être répétés.

READ  Les bébés pandas géants chinois en France ont leur propre nom

Si Flamanville est le seul réacteur en construction en France, les trois autres fonctionnent dans le monde : deux en Chine et un en Finlande.

EDF a été sélectionné en 2016 pour construire deux réacteurs à Hinkley Point dans le sud-ouest du Royaume-Uni, mais le projet a également connu des retards et des coûts.

De nombreuses centrales nucléaires existantes en France achèvent leur durée de vie prévue de 40 ans.

Si le réacteur est ravitaillé à Flymanville d’ici le milieu de l’année prochaine, il devrait démarrer ses activités commerciales dans cinq ou six mois.

Le gouvernement a déclaré qu’une centrale au charbon à Cordemais, dans l’ouest de la France, serait autorisée à fonctionner jusqu’en 2024 jusqu’à la mise en ligne du site de Flamanville.