août 16, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Keurig Canada condamné à une amende de 3 millions de dollars pour des allégations trompeuses concernant le recyclage des capsules de café

Le Bureau de la concurrence affirme que Keurig Canada paiera une amende de 3 millions de dollars pour avoir fait des allégations fausses ou trompeuses selon lesquelles les K-Cups à usage unique peuvent être recyclées.

Dans un communiqué jeudi, le bureau a déclaré que l’entreprise avait volontairement conclu un accord qui comprend l’amende ainsi qu’un don de 800 000 $ à un organisme de bienfaisance environnemental et 85 000 $ en dépenses du bureau de la concurrence à la cause.

Keurig aurait conclu un accord pour régler un recours collectif aux États-Unis dans le même cas le mois dernier, bien que les détails de ce règlement n’aient pas encore été rendus publics.

L’entreprise a fait l’objet d’une enquête du Bureau de la concurrence sur des allégations selon lesquelles les capsules de boissons en plastique à usage unique peuvent être recyclées si les consommateurs enlèvent le capuchon en métal et vident tout contenu tel que le café moulu.

Mais le bureau a déclaré que les K-Cups ne sont pas largement acceptés pour le recyclage dans aucune province, à l’exception du Québec et de la Colombie-Britannique et que cette instruction ne va pas assez loin pour de nombreuses villes qui pourraient les accepter dans un programme de recyclage.

J’ai commandé un changement d’emballage, informer les abonnés

En plus des amendes pécuniaires, Keurig Canada est tenue de modifier son emballage, d’afficher des avis de changements sur ses sites Web, ses médias sociaux et dans les médias locaux et nationaux, ainsi que d’inclure des informations dans l’emballage des nouvelles machines à brasser Keurig et d’envoyer un courriel e-mail aux abonnés.

READ  La Corée du Sud poursuit un trésor de tungstène dans une course pour obtenir des métaux rares

« Présenter des produits ou des services comme ayant plus d’avantages environnementaux qu’ils n’en ont réellement est une pratique illégale au Canada », a déclaré le commissaire à la concurrence Matthew Boswell dans un communiqué.

Les allégations fausses ou trompeuses des entreprises pour promouvoir des produits « respectueux de l’environnement » nuisent aux consommateurs qui sont incapables de prendre des décisions d’achat éclairées, ainsi qu’à la concurrence et aux entreprises proposant déjà des produits ayant moins d’impact environnemental.

Peu de programmes de recyclage acceptent les K-Cups

Il y a trois ans, Keurig a changé ses capsules pour utiliser le type de plastique le plus acceptable dans les programmes de recyclage canadiens, a déclaré Cynthia Shanks, directrice principale des communications et de la durabilité de Keurig Canada, dans un communiqué par courriel.

Mais elle a dit que beaucoup n’acceptent toujours pas la Coupe de Corée.

« Alors que nous continuons à travailler avec les municipalités et l’industrie du recyclage pour accroître l’acceptation du recyclage K-Cup, nous avons développé nos communications avec les consommateurs pour partager le potentiel de recyclage des dosettes dans des communautés spécifiques et leur rappeler les étapes appropriées pour le recyclage », a déclaré Shanks. .

« L’entente avec le Bureau de la concurrence du Canada améliorera nos communications, rappelant aux consommateurs de vérifier si les capsules K-Cup sont acceptables dans le programme de recyclage de leur municipalité et, le cas échéant, toutes les étapes supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour préparer les capsules pour le recyclage. »

La loi sur la concurrence interdit aux entreprises de faire des allégations fausses ou trompeuses sur leurs produits, y compris des allégations environnementales. Il y a cinq ans, le Bureau de la concurrence a averti les entreprises que le « blanchiment écologique » de leurs produits est illégal au Canada.

READ  King Taps Lakeside est ouvert mercredi - Kelowna News

« Le droit de la concurrence cible les allégations environnementales vagues, non spécifiées, incomplètes ou non pertinentes qui ne peuvent être étayées par des méthodes de test vérifiables », a déclaré un communiqué de 2017.