octobre 2, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

KABOUL – Une explosion meurtrière a frappé une mosquée de la capitale afghane, selon la police afghane

Khaled Zadran, un porte-parole du chef de la police de Kaboul, a déclaré à CNN que l’explosion avait fait des victimes, mais n’a pas précisé d’autres détails.

Il a ajouté que l’accident s’était produit dans la zone de police de la ville 17 et que les forces de sécurité sur les lieux enquêtaient.

L’Organisation de santé d’urgence a déclaré qu’au moins trois personnes étaient décédées.

« Après l’explosion d’aujourd’hui, nous avons admis 27 patients dans notre centre chirurgical pour victimes de guerre à Kaboul, dont cinq mineurs, dont un garçon de 7 ans », a déclaré à CNN Stefano Souza, directeur des urgences pour l’Afghanistan.

« Deux patients décédés sont arrivés et un est décédé aux urgences », a-t-il déclaré.

« Au cours du seul mois d’août, nous avons pu traiter six blessés en masse dans notre hôpital, pour un total d’environ 80 patients. Tout au long de l’année, nous avons continué à recevoir des blessures par balle, des éclats d’obus, des coups de couteau et des explosions de mines et d’IED. des victimes au quotidien. Le pays subit les contrecoups d’un long conflit très ébranlé pour son avenir.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a confirmé les morts et les blessés parmi les civils, mais n’a pas précisé combien. Il a déclaré dans un tweet sur Twitter que le gouvernement taliban « condamne fermement » l’explosion et s’est engagé à « arrêter les auteurs de ces crimes et à les punir pour leurs actes odieux ».

Bilal Karimi, le porte-parole adjoint des talibans, a condamné l’explosion dans un tweet sur Twitter mercredi soir.

« Les tueurs civils et les auteurs de crimes similaires seront bientôt arrêtés et punis pour leurs actes, si Dieu le veut », a écrit Karimi.

READ  Les Cubains protestent contre les coupures de courant quatre jours après l'ouragan Ian | Cuba

Brent Sowells et Johnny Hallam de CNN ont contribué au reportage.