janvier 29, 2023

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

General Motors convertit son usine CAMI à Ingersoll, en Ontario, pour fabriquer des camions de livraison électriques

L’usine de General Motors à Ingersoll, en Ontario, a été convertie en chaîne de montage de camions de livraison électriques, ce qui en fait la première usine de fabrication de véhicules électriques à grande échelle au Canada.

Le premier Bright Drop Zefu 600 est sorti de la chaîne de production de l’usine de Kami lundi, marquant la réouverture de l’installation qui a été temporairement fermée en mai afin de se rééquiper de la fabrication de moteurs à combustion interne à celle qui construit des voitures électriques.

« Nous sommes pleinement engagés envers un avenir entièrement électrique », a déclaré Marissa West, présidente de GM Canada, à CBC News lors d’une entrevue. « Nous constatons une très forte demande des clients. »

Des représentants des gouvernements provincial et fédéral, qui ont chacun versé 259 millions de dollars pour aider le constructeur automobile à moderniser l’installation, étaient sur place pour un événement de presse célébrant l’anniversaire de l’ouverture. Le coût total de la modernisation de l’installation était de 1 milliard de dollars. General Motors a déclaré précédemment.

BrightDrop est une unité de General Motors qui se concentre sur la construction de véhicules de livraison pour les clients commerciaux, et non pour les passagers. Avant la mise à niveau de CAMI, GM avait construit des camions BrightDrop sur une base très limitée dans une autre usine du Michigan.

De même, d’autres véhicules électriques ont été fabriqués sur une base limitée au Canada, mais aucun à l’échelle de ce que GM avait prévu avec le lancement de BrightDrop.

Miser sur l’avenir électrique

Après des décennies en tant que plaque tournante majeure de l’industrie automobile nord-américaine, le statut du Canada en tant que puissance automobile s’est estompé ces dernières années, alors que les principaux constructeurs automobiles ont lentement réduit la production dans des installations disséminées dans le sud de l’Ontario.

READ  Réunion de politique monétaire de la BOJ : le Japon maintient une politique ultra-accommodante et laisse les objectifs de courbe de rendement inchangés

Cependant, la dernière ronde de négociations syndicales à la fin de 2020 a clairement indiqué que les deux parties voient l’avenir de l’industrie comme étant électrique, et le dévoilement de lundi est probablement le premier d’une longue série de voitures électriques fabriquées au Canada.

« Nous pensons vraiment que nous sommes à un point d’inflexion où les voitures électriques deviennent de plus en plus courantes », a déclaré West.

la croissance du marché

Bien qu’il s’agisse d’un créneau en ce moment, les voitures électriques occupent de plus en plus d’espace sur les routes canadiennes. Jusqu’à 5 % de tous les véhicules au Canada sont soit entièrement électriques, soit hybrides, et ce pourcentage devrait augmenter au cours des prochaines années.

D’ici 2035, le gouvernement insiste Toutes les nouvelles voitures au Canada seront électriquesun objectif ambitieux pour un peu plus de 12 ans à partir de maintenant, mais l’annonce de lundi rapproche cet objectif.

Marisa West, présidente et directrice générale de GM Canada, affirme que l’entreprise s’attend à ce que l’ensemble de sa flotte soit à zéro émission d’ici 2035. (Evan Mitsui/CBC)

Selon West, GM a un calendrier similaire pour ses opérations mondiales, où l’entreprise s’attend à ce que l’ensemble de sa flotte mondiale soit à zéro émission d’ici 2035.

L’avenir est maintenant, dit Jackie Richards, directeur du lancement de la qualité de l’installation, en ce qui concerne les véhicules électriques.

Le véhicule lui-même, le BrightDrop Zevo 600, sera principalement utilisé par des clients commerciaux, notamment FedEx, Walmart, DHL, Verizon et autres.

« Je suis ravi de voir cette voiture nous faire des colis dans notre quartier », a déclaré Richards.

La production démarrera lentement, avec seulement quelques milliers de véhicules par an, mais devrait passer à 50 000 par an d’ici 2025.

Après quelques années dans l’industrie, Mike van Boekel, président de la section locale 88 d’Unifor, qui représente les travailleurs horaires d’usine, a déclaré qu’il était bon d’être à nouveau optimiste quant à l’avenir.

Près de 700 personnes qui travaillaient à l’installation de CAMI ont pris leur retraite volontairement au cours des deux dernières années, a-t-il dit, mais la nouvelle entreprise signifie que quiconque y avait un emploi auparavant et le voulait maintenant peut l’obtenir.

L’usine était en panne en mai pour des rénovations, mais lundi, environ 400 travailleurs étaient sur la ligne – et peut-être plus à venir.

« Nous devrons en fait embaucher pour le troisième quart de travail, ce qui est également une bonne nouvelle pour les personnes à la recherche d’un emploi », a-t-il déclaré à CBC News.

Avec des nouvelles de General Motors et d’autres initiatives liées aux mines de minéraux critiques et aux installations de batteries, le secteur automobile canadien place ses espoirs dans l’avenir en termes d’électrification, et le consultant automobile Sam Fiorani dit que c’est une décision intelligente.

Environ 400 personnes travaillent aujourd’hui sur une chaîne de production de camions électriques à l’usine de CAMI à Ingersoll, mais cela devrait augmenter dans les mois et les années à venir. (Evan Mitsui/CBC)

Le fondateur d’Auto Forecast Solutions a déclaré que des pays comme la Norvège et d’autres sont loin en avance sur l’Amérique du Nord en termes d’adoption de véhicules électriques, mais l’appétit des consommateurs augmente.

« Les États-Unis et le Canada, et une grande partie du monde seront derrière eux. Mais nous y arriverons dans les 20 prochaines années. »

Le gros problème auquel fait face l’industrie en ce moment n’est pas la demande, mais l’offre. « L’offre de voitures était si serrée que les concessionnaires pouvaient offrir ce qu’ils voulaient », a-t-il déclaré. « Je suis entré dans des concessions où ils ont mis un prix catalogue de 5 000 $ sur la voiture; c’est scandaleux pour le moment. »

Mais à mesure que les stocks s’accumulent lentement, il y aura de plus en plus de véhicules pour les consommateurs dans la fourchette de prix de 20 000 $ à 40 000 $, c’est à ce moment-là que les choses démarrent vraiment. Et Fiorani dit que le Canada est prêt à en faire plus que sa juste part.

« Avec le marché aux États-Unis qui évolue si rapidement vers les véhicules électriques, l’industrie canadienne sera vraiment bien placée pour fournir beaucoup de véhicules aux États-Unis », a-t-il déclaré. « Ils sont bien placés pour obtenir plus que leur part. Je pense que le Mexique pourrait être en retard en ce moment. »


Avez-vous une question sur le changement climatique et sur ce qui est fait pour y remédier ? Courriel ask@cbc.ca