octobre 25, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Faits : Les principaux rosters européens SPAC de cette année

Des symboles haussiers et baissiers pour des transactions réussies et mauvaises apparaissent devant la Bourse allemande (Deutsche Boerse) à Francfort, en Allemagne, le 12 février 2019. REUTERS/Kai Pfaffenbach/File Photo

27 septembre (Reuters) – Les flottes d’entreprises par le biais de sociétés dites de chèques en blanc, ou SPAC, ont balayé les marchés américains l’année dernière, mais l’Europe a mis du temps à adopter la méthode de cotation et les offres publiques initiales traditionnelles restent dominantes. Lire la suite

Les sociétés SPAC européennes ont levé 6,6 milliards de dollars jusqu’à présent cette année, selon les données de Refinitiv. Bien que cela soit en hausse par rapport à seulement 500 millions de dollars en 2020, cela ne représente toujours qu’environ 5% de la valeur des accords SPAC conclus aux États-Unis en 2021.

Voici quelques-uns des plus gros contrats SPAC européens cette année :

Pégase Europe (PACE.AS)

Levé 500 millions d’euros (586 millions de dollars)

Lancé par Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France et ex-PDG d’UniCredit (CRDI.MI) Jean-Pierre Mustier.

Coté à Amsterdam le 29 avril

Objectif d’achat d’une société de services financiers

EFIC1 (EFIC1.AS)

levé 415 millions d’euros

Lancé par Martin Blessing, ancien PDG de Commerzbank (CBKG.DE)

Il a fait ses débuts à Amsterdam le 26 mars

Vise à acquérir une société de services financiers

Hedesophia de croissance européenne (HEGA.AS)

levé 400 millions d’euros

Lancé par l’investisseur technologique britannique Ian Osborne

Coté à Amsterdam le 14 mai

Objectif d’achat d’une entreprise technologique en Europe

468 SPAC (SPACG.DE)

levé 300 millions d’euros

Lancé par le fondateur du fonds d’investissement allemand Alexander Kudlish

READ  La France s'est remise des hauts et des bas de l'Euro 2020 pour marquer la victoire finale de la Coupe du monde en Ligue des nations contre l'Espagne

Coté à Francfort le 30 avril

Fusionner avec la société de divertissement pour enfants Boxine pour environ 1 milliard d’euros

SOCIETE D’ACQUISITION ACCOR (AACSH_p.PA)

levé 300 millions d’euros

Il a été lancé par le plus grand groupe hôtelier d’Europe Accor (ACCP.PA)

Coté à Paris le 1er juin

Cibler des acquisitions dans les secteurs du divertissement, de l’art de vivre et de l’alimentation

lexeur

Lancé par l’investisseur technologique allemand Klaus Hummels

Elle a levé 275 millions d’euros lors de son introduction en bourse

Coté à Francfort le 22 février Lire la suite

La fusion avec la startup allemande de technologie de voyage HomeToGo (HTGG.DE) a commencé à être négociée à la bourse de Francfort le 22 septembre.

I2PO (I2PO.PA)

Il a été lancé par le milliardaire français François Pinault et le banquier Mathieu Begas

levé 275 millions d’euros

Coté à Paris le 20 juillet

Vise à acquérir une entreprise active dans le secteur du divertissement ou du divertissement

INVESTISSEMENTS DE BASE ESG (ESG.AS)

levé 250 millions d’euros

Lancé par la société d’investissement néerlandaise Investos

Coté à Amsterdam le 12 février

Objectif d’acquérir une société européenne tournée vers le développement durable

Transition (TRAN_p.PA)

levé 215 millions d’euros

Il a été lancé par l’homme d’affaires français Xavier Kaitokoli et l’ancien banquier d’affaires Eric Maris

Coté à Paris le 22 juin

Vise à acquérir une ou plusieurs sociétés reconnues dans le secteur de la conversion d’énergie basées en Europe Lire la suite

DEE TECH (DEE_p.PA)

levé 165 millions d’euros

Il a été lancé par les hommes d’affaires français Marc Minas, Michael Benabou et Charles Hubert de Chaudny

READ  Des experts créatifs du monde entier expliquent comment les téléviseurs Samsung Lifestyle les inspirent - Samsung Newsroom France

Coté à Paris le 25 juin

En vue d’acquérir une entreprise technologique En savoir plus

(1 dollar = 0,8536 euros)

(Rapport : Anit Meridzanian). Reportage supplémentaire de Paul Juraj. Montage par David Clark

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.