août 7, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

En 2021, les hôtels français étaient meilleurs que leurs voisins


Home ாதாரம் Economie இல் 15 janvier 2021 Les hôtels français étaient meilleurs que leurs voisins

En 2021, les hôtels français étaient meilleurs que leurs voisins

En 2021, les hôtels français étaient meilleurs que leurs voisins

Le Ritz, place Ventom Paris, le 15 décembre 2021. Benoit Desire/Reuters

Elle ne s’est pas encore redressée, cela semble rare, mais de même, l’hôtellerie française a des raisons de sourire en divisant ses chiffres pour 2021 : sa diversité et la force de son marché domestique. Malgré les difficultés persistantes de sa machine parisienne elle contribua à connaître un grand succès en Europe.

Lire aussi l’article réservé à nos abonnés Un retour poussif dans l’hôtellerie et la restauration

En particulier, un rapport de MKG, une société d’analyse représentant le secteur de l’hôtellerie urbaine, montre une baisse de 43 % du chiffre d’affaires par rapport à 2019. Il devance le Royaume-Uni (- 47,6 %), autre pays à tutelle administrative. Dates limites pour rejoindre Govt-19 autant que possible en 2021. La Grèce et l’Espagne ont continué à avoir de bons étés, tandis que l’Italie, l’Allemagne (−63 %) et le Benelux ont connu les plus fortes baisses. Cependant, la reprise de l’hôtellerie européenne est beaucoup plus lente qu’aux États-Unis, en Chine et au Moyen-Orient, et les hôteliers français sont loin de se remettre d’une situation financière confortable au début du remboursement des prêts garantis par l’État (PGE). .

Bref un été réussi

« En 2020, l’hôtellerie française était la plus flexible d’Europe, déclare Vancoulis Paniodis, PDG de MKG Consulting. Pour des raisons structurelles, nous avons les avantages d’une clientèle non domestique au Sud et d’une clientèle étrangère l’été non au Nord. Pour des raisons économiques, nous ne sommes pas aussi dépendants des salons et expositions qu’en Allemagne, il a donc été en grande partie annulé en 2021. L’Allemagne connaît également des tensions sanitaires depuis les élections fédérales de septembre, affectant particulièrement son tourisme intérieur.

READ  Un rapport du Sénat français fait la lumière sur le chaos de la finale de la Ligue des champions

Lire aussi l’article réservé à nos abonnés à l’attaque de la grande ville contre Airbnb

Les vagues de Covid-19, et les restrictions associées, ont mis l’année en quatre étapes : l’activité a progressivement diminué de plus de 60 % jusqu’à ce que les cinq premiers mois déprimés soient progressivement rétablis en mai ; Un été globalement réussi grâce à des vacanciers français fortifiés par une clientèle européenne ; Reprise plus effrayante en septembre, activité événementielle hésitante ; Et une amélioration régulière de la situation durant les trois derniers mois de l’année, notamment grâce à la Toussaint et aux fêtes de fin d’année.

Malgré la recrudescence amorcée à Paris avec la Fashion Week en septembre et prolongée par le retour des Américains, l’Ile-de-France reste un grand perdant dans cette crise du tourisme.

Ces extérieurs expansifs masquent des différences significatives entre les territoires et les limites de l’hôtel. Comme à l’accoutumée, le segment « Super Economique » s’est montré plus résistant que les autres marchés, grâce à la clientèle liée aux chantiers et aux séjours de loisirs français. Le chiffre d’affaires de l’hôtellerie « économique » est en baisse de 25% en 2021 par rapport à 2019, avec seulement 9% au second semestre. La perte dans l’économie a été de 36,5%, à moyen terme de 44,1% et dans le luxe de 54,4%. Les deux dernières catégories dépendent respectivement des salons et congrès et de la clientèle « longue distance ».

Vous devriez lire 31,37% de cet article. Les éléments suivants sont réservés aux abonnés.