janvier 16, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Des oiseaux de proie sont apparus dans l’émission, mais les craintes de COVID-19 restent au premier plan des esprits

Toronto – Vous deviez vous assurer de l’apprécier.

Lundi soir, les Raptors de Toronto ont accueilli les Kings de Sacramento, le dernier rendez-vous en sept matchs à domicile, le plus long de la saison.

Ils ont gagné avec style, 124-101, ils ont sauté les Kings tôt et n’ont jamais abandonné. La victoire leur a donné un record de 4-3 lors de leur coup de circuit et les a améliorés à 13-14 cette saison. Compte tenu de l’état des blessures sur 27 matchs, il y a lieu d’être optimiste – enfin du point de vue du basket-ball.

Et Scotty Barnes ? Si vous n’appréciez pas le talentueux attaquant de Floride, vous n’aimez probablement pas le basket-ball, le sport, les chiots ou une bière fraîche par une chaude journée.

Je dis ça comme ça. Amenez-le à nouveau. C’était ce genre de nuit.

Le bâtiment était plein. La musique était forte. L’animateur Mark « Strizzy » Strong dans l’arène a présenté les joueurs complets au court central.

C’était comme si rien ne s’était passé ou n’arriverait jamais.

Les deux sont incorrects. L’épidémie n’était qu’en pause et en quelques jours, elle s’est à nouveau intensifiée alors que la variante Omicron s’est propagée plus rapidement que tout ce qui s’est passé auparavant.

Des bâtiments entiers ? Snarfing l’arène alimentaire avec votre masque vers le bas? Chanter « D-Fence » du plus profond de vos poumons comme si tout le monde à la Scotiabank Arena l’était lorsque les Raptors ont battu les New York Knicks vendredi soir ? Il a déjà été pris et – comme cela semble de plus en plus probable – reviendra.

« Les gouvernements ne pourront ignorer Omicron que beaucoup plus longtemps », a déclaré Andrew Morris, fan des Raptors, entraîneur de basket-ball pour les jeunes, directeur médical du programme de gestion des antimicrobiens du Sinai Health System et épidémiologiste formé à Harvard. « Ils devront fermer les arènes aux fans – très bientôt. »

L’entraîneur des Raptors, Nick Norse, n’est pas payé pour être jugé dans le cas d’une pandémie ou pour spéculer sur les mathématiques derrière la flambée des chiffres de COVID-19 que tout le monde souhaite pouvoir abandonner mais ne le fera pas.

Mais il traversait la bulle à Orlando et la saison perdue sans vie à Tampa et comprenait où les vents pouvaient se diriger dans ce domaine.

Profitez-en pendant que vous l’obtenez, le message était :

« Écoutez, je ne sais pas à quel point c’est mille fois mieux avec les fans dans les gradins ; je ne sais pas exactement où cela se rapporte, ou les pourcentages de tir de quiconque, ou leur niveau d’énergie, ou notre record de victoires-défaites, mais c’est vraiment cool », a déclaré une infirmière. Elle a poursuivi: « C’est mieux maintenant que nous l’avons fait sans eux. C’est tellement mieux qu’ils soient de retour.

READ  Boucher dit qu'il est sans douleur, prêt à commencer le match des Raptors après une blessure au doigt

« Alors, je veux dire écoutez, j’espère qu’ils continueront à sortir, et qu’ils continuent de chanter comme ils chantent. Cet endroit est un bâtiment spécial. Vous vous promenez dans la ligue et vous voyez à quel point ce bâtiment est spécial et à quel point les fans sont spéciaux . Continuez à faire du camionnage, là-bas. »

Tout ce que vous pouvez faire, c’est espérer – surtout espérer que les injections de rappel seront déployées rapidement et efficacement et que les gens resteront attachés aux autres mesures nécessaires pour ralentir la propagation du virus et que finalement les choses ne deviennent pas incontrôlables.

Mais il faut faire attention. Le match des Raptors contre les Chicago Bulls a été reporté car les Bulls ont trop de joueurs dans les protocoles de santé et de sécurité pour former une équipe. Les Maple Leafs de Toronto ont vu leur prochain match contre les Flames de Calgary reporté en raison d’une épidémie parmi les flammes. Le président et vice-président des Raptors, Masai Ujiri, a été testé positif au COVID-19 et l’équipe a gardé les diffuseurs Matt Devlin et Jack Armstrong à la maison lundi soir, car ils étaient réputés avoir été en contact étroit avec une personne non affiliée qui a ensuite été testée positive pour l’organisation. Des choses arrivent.

Mais pendant quelques heures, c’était cool de ne pas y penser.

« Pouvoir s’enfuir et jouer, et sortir devant les fans, c’était la meilleure partie parce qu’il y a des situations réelles qui se produisent », a déclaré le gardien des Raptors Fred Vanfleet. Seulement 26 minutes, au cours desquelles il a fait 12 points et cinq passes décisives. « Nous voulons donc être attentifs aux personnes qui sont clairement confrontées à la réalité et à la gravité de COVID et à ce que cela leur apporte, mais en même temps, je pense que nous devrions faire tout notre possible pour rester positifs et continuer à pousser. »

L’infirmière a dit: « C’est votre moment où rien d’autre que du basket-ball ne se passe là-bas… Ce sont deux belles heures, vous voyez ce que je veux dire? »

Oui.

Heureusement, il y avait beaucoup à apprécier dans les 48 minutes de Raptors-Kings; Deux équipes essayant de trouver leur chemin dans le .500, dans le cycle de jeu ou peut-être un peu plus.

En haut de la liste ? Barnes, la recrue des Raptors qui continue d’étonner et ne peut s’empêcher de vous enthousiasmer pour l’avenir, quoi qu’il arrive maintenant.

READ  Tyron Woodley a répondu à la défaite dévastatrice par KO de Jake Paul : "Pourquoi ai-je laissé tomber ma main ?"

La dernière fois que Barnes a joué pour les Kings, c’était il y a un peu plus de trois semaines. Barnes avait connu ce qui semblait être une légère baisse alors que le voyage et les minutes atteignaient des niveaux qu’il n’avait pas connus à l’université.

L’infirmière le met au défi de rester agressif et de commencer à tirer plus de triples. Il l’a même appelé après un match et l’a assis au début d’un match, invoquant un manque de concentration.

Mais lors des huit derniers matchs ? Que diriez-vous de 16 points, 8,3 rebonds, 3,3 passes décisives, 1,5 coupes et 1,5 interceptions tout en tirant à 50,5% du sol et à 38,2% sur trois en plus de quatre tentatives du jeu ? Il est difficile de mieux jouer au basket que de jouer au basket à 20 ans.

Mais Barnes continue de s’améliorer. Gagner en confiance jour après jour, sinon par la théâtralité.

« Je pense que c’est vraiment agréable de voir Scotty brancher un tas de bons jouets comme celui-ci en général », a déclaré une infirmière. « Il y a de l’énergie, il y a de l’attaque, il y a de la défense, il y a des passes, il y a des tirs bloquants. C’est bien de le voir bien jouer dans tant d’aspects du jeu comme ça. C’est bien de le voir continuer à grandir. »

Les trois premiers jeux de Barnes contre les Kings ont été : un tir d’arrêt sur le centre des Kings Alex Lane, entraînant une sortie de piste pour Pascal Siakam; La passe de Loeb à Chris Boucher est mise en place avec le hack de dribble de Barnes et le dribble à pleine vitesse dans la transition, ce qui a amené sa main gauche à finir par lui-même.

Barnes venait juste de se retourner. Il a terminé les quarts de finale avec un recul profond à deux reprises à la cloche pour donner à Toronto une avance de 30-22, puis au deuxième quart, il a aidé les Raptors à s’éclater en organisant ce qui a fini par être 40 points. Il a mené les Raptors 70-45 en manche.

Barnes était au milieu de tout cela, à la tête d’une unité de banc qui comprenait la recrue Dalano Banton et Justin Champagne, ainsi que Utah Watanabe et Svi Mikhailuk. C’est Barnes qui a commencé la passation des dribbles avec Banton qui a éliminé le meneur recrue de Rixdale au début de l’heure. Et c’est Barnes qui a commencé un autre set avec un écran inférieur pour Watanabe qui a finalement abouti à ce que Watanabe frappe Barnes sur un rouleau de peinture pour une position de lancer. Plus tard dans le quart, c’est Barnes qui a percé le corner lors de la pause des Raptors, marquant pour Siakam avec le drive. Le ballon a été livré avec un rythme et la tour l’a laissé tomber trois fois comme s’il s’agissait de Ray Allen, puis s’est retourné et a rugi sur le banc des Raptors.

READ  Les footballeurs demandent la suspension d'un cadre sportif de haut rang en attendant l'enquête

« Il était super. J’étais juste avec lui pour rester honnête et autoritaire, surtout avec ce groupe plus jeune », a déclaré VanVleet. « Il a un excellent QI pour ce match. Donc, il peut appeler des pièces et mettre les joueurs aux bons endroits, parfois c’est la moitié de la bataille. Il était super défensif. Tout le monde a fait un bon match au sol ce soir… S’il peut continuer à grandir à ce rythme, alors il y aura un problème.

Le triple de Barnes a donné aux Raptors une avance de 23 points. Il a terminé le match avec 14 points et trois blocs. Il a un peu ralenti en seconde période alors qu’il terminait le match avec 16 points, quatre rebonds, cinq blocs avec une paire de passes décisives.

Il n’était pas le seul joueur des Raptors qui valait la peine d’être regardé ce soir. Les cinq partants étaient à deux chiffres et ont marqué trois autres joueurs sur le banc. Chris Boucher a continué de briller lors de son troisième départ consécutif, remplaçant alors que Precious Achiwa (protocoles COVID), Khim Birch (genou) et OG Anunoby (hanche) sont restés à l’extérieur. Boucher a terminé avec 17 points en 22 minutes, ressemblant de plus en plus à son ancien moi de l’an dernier. Malachi Flynn a marqué 14 points en 14 minutes, tous en seconde période. Watanabe a réalisé le premier doublé de sa carrière, avec 12 points et 10 rebonds.

Les Raptors ont détenu les Kings avec 39% de tirs alors qu’ils continuaient le tronçon le plus fort en basket-ball défensif de la saison.

C’était vraiment un travail d’équipe, même s’il est difficile de quitter Barnes des yeux.

Espérons que nous pourrons bientôt revoir en personne – le prochain match à domicile des Raptors est prévu samedi contre les Golden State Warriors.

Mais si nous ne le faisons pas – ce que nous pensons – ils font une offre.