juin 18, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Des employés de BC Ferries déposent une plainte en matière de droits de la personne

Des employés de BC Ferries déposent une plainte en matière de droits de la personne

Le groupe dit se sentir différent, importun, humilié et en danger sur le lieu de travail.

Seize employés travaillant au service d’ingénierie de BC Ferries ont déposé une plainte auprès du Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique alléguant un «climat de harcèlement et d’intimidation contre les femmes» en milieu de travail.

La plainte indique que les femmes sont pointées du doigt comme différentes dans la salle des machines, exclues dans la correspondance avec les « hommes », et manquent d’espace pour se changer, bien qu’on leur demande de se changer au travail.

La plainte a également indiqué que les femmes peuvent être interrompues pendant qu’elles se changent, doivent passer par les vestiaires des hommes pour accéder aux toilettes ou aux douches et ne disposent pas de suffisamment de récipients pour se débarrasser des produits d’hygiène féminine.

« Le manque d’installations attire l’attention sur leur statut de femmes et les fait se sentir différentes, importunes, dégradantes et dangereuses sur le lieu de travail », indique la plainte.

Les membres du groupe sont sujets à des commentaires négatifs sur les changements d’humeur associés à la période et sur leur statut distinct en tant que femmes. Par exemple, le chef mécanicien a déclaré, à propos d’un membre d’un groupe d’état-major de six ans : « Je dois agir aujourd’hui car nous avons de la ‘compagnie’ dans la salle des machines. » « 

Le document judiciaire du 15 novembre notait que les femmes qui travaillaient étaient couramment appelées « filles ».

Les événements se seraient produits de manière continue de décembre 2019 à décembre 2020.

READ  Litecoin mène Cardano 12x sur ce front – que se passe-t-il ?

BC Ferries a demandé plus d’informations sur les allégations, y compris qui était impliqué, quand les événements ont eu lieu et ce qui se serait passé. Il demande également les noms de 16 femmes.

Lawrence Gray Spencer, le représentant qui a déposé la plainte, a déclaré que la divulgation des noms mettrait le groupe en danger.

La membre du tribunal, Kathleen Smith, a refusé d’ordonner la divulgation des noms, affirmant qu’elle se contentait de décrire les victimes présumées comme travaillant dans le département d’ingénierie.

Smith a déclaré que bien que l’affirmation selon laquelle les femmes pourraient être en danger si leurs noms étaient mentionnés est sérieuse, Spencer ne fournit aucune preuve à l’appui. « J’attends de la partie alléguant la mise en danger qu’elle fournisse les preuves nécessaires pour que le tribunal prenne une décision », a-t-elle déclaré.

Notant que cinq des sept allégations font référence à des incidents de discrimination présumés spécifiques, Smith a déclaré qu’elle et BC Ferries convenaient que des faits de base tels que qui était impliqué, quand et ce qui s’était passé, manquaient dans la plainte.

« Pour cette raison, je suis convaincu que des détails supplémentaires sont requis par BC Ferries pour savoir quelle condition elle doit remplir et répondre à [to]. « 

Spencer doit fournir des détails au plus tard le 10 janvier. Une réponse de BC Ferries est attendue dans les 35 jours.

jhainsworth@glaciermedia.ca

twitter.com/jhainswo