avril 13, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Des banquiers jugés en Suisse pour avoir aidé la bourse de Poutine

Des banquiers jugés en Suisse pour avoir aidé la bourse de Poutine

  • Écrit par Imogen Foulkes, David Thompson et James Oliver
  • à Genève et à Londres

sources d’images, Mikhaïl Svetlov / Getty Images

légende des photos,

Les quatre banquiers sont accusés d’avoir aidé le violoncelliste Sergueï Roldugine à blanchir de l’argent soupçonné d’appartenir au dirigeant russe.

Le procès de quatre anciens cadres de la succursale zurichoise de la banque russe Gazprombank s’est ouvert en Suisse.

Les trois Russes et un Suisse sont accusés d’avoir aidé le musicien russe Sergueï Roldugine à blanchir de l’argent soupçonné d’appartenir au président russe.

M. Roldugin aurait déposé 50 millions de dollars (42 millions de livres sterling) sur des comptes suisses entre 2014 et 2016, sans aucune explication crédible quant à la provenance de l’argent.

A cette époque, il se présente comme un violoncelliste aux revenus modestes.

Il est devenu célèbre en tant que musicien, mais il n’a pas gagné d’énormes sommes d’argent. Il a dit un jour au New York Times qu’il n’était pas un homme d’affaires, et certainement pas un millionnaire.

Alors, où a-t-il trouvé des millions de dollars à déposer sur des comptes bancaires suisses ?

C’est la question que les procureurs de Zurich auraient dû poser aux anciens banquiers accusés. Le violoncelliste était connu pour être un ami proche du président russe Vladimir Poutine et la rumeur disait qu’il était le parrain de la fille de M. Poutine.

Ils sont également censés traiter les « personnes politiquement exposées » avec une extrême prudence. En tant qu’ami connu du dirigeant russe, qui a investi des millions en Suisse après l’annexion illégale de la Crimée et les sanctions qui ont suivi contre la Russie en 2014, Sergei Roldugin aurait dû tirer la sonnette d’alarme. Les procureurs prétendront que cela ne s’est pas produit.

L’affaire est considérée comme un test de la rigueur avec laquelle la Suisse peut appliquer ses lois sur le blanchiment d’argent, qui, du moins sur le papier, sont très strictes.

Les autorités suisses ont travaillé dur ces dernières années pour s’éloigner de l’image de la Suisse comme un pays où l’argent le plus sale peut être blanchi du dictateur le plus brutal ou du plus corrompu des hommes d’affaires blancs.

Les fonds douteux de Roldugin ont d’abord été révélés, non par des enquêteurs suisses, mais par des journalistes, dont une équipe de BBC Panorama, impliqués dans une enquête internationale sur la fuite de données des Panama Papers organisée par le Consortium international des journalistes d’investigation en 2016.

Ils découvrent des preuves de transactions suspectes impliquant les sociétés offshore de Roldugin d’une valeur de centaines de millions de dollars, ainsi que ses comptes bancaires suisses.

Ce n’est qu’après que ces preuves ont été révélées que les procureurs suisses ont lancé leur propre enquête. L’acte d’accusation, actuellement devant le tribunal de Zurich, allègue que le musicien a agi en tant que « portefeuille de Poutine », acheminant de l’argent via des sociétés écrans à Chypre et au Panama vers Gazprombank à Zurich.

READ  Des responsables ukrainiens ont déclaré que les bombardements autour de Kharkiv avaient augmenté du jour au lendemain sans l'incursion des forces russes

Les quatre accusés sont accusés d’avoir échoué à un test de « diligence raisonnable » et d’avoir omis de vérifier – ou d’avoir ignoré – la véritable source de ses fonds. Ils ont tous plaidé non coupable.

Gazprombank a depuis mis fin à ses activités en Suisse et Sergei Roldugin lui-même figure sur la liste des sanctions suisses.

Mais s’ils sont reconnus coupables, les quatre banquiers risquent des peines de prison avec sursis modérées pouvant aller jusqu’à sept mois. Pour obtenir un verdict de culpabilité, les plaignants devront convaincre le tribunal que les millions de Roldugin appartiennent en fait à Vladimir Poutine.

Ce n’est pas une tâche facile maintenant car la coopération habituelle entre les pays – dans ce cas la Suisse et la Russie – dans les enquêtes sur le blanchiment d’argent n’a pas eu lieu.

Personne ne sait vraiment combien le président Poutine et son entourage ont. L’acte d’accusation suisse indique que son salaire déclaré était légèrement supérieur à 100 000 $ (84 400 £).

Mais il y a des rumeurs selon lesquelles sa fortune pourrait atteindre 125 milliards de dollars (105 milliards de livres sterling), soigneusement cachée dans un réseau complexe de sociétés écrans et les comptes d’amis comme Sergei Roldugin.

C’est pourquoi, malgré des peines médiocres, un verdict de culpabilité peut être si significatif. Cela enverrait un signal non seulement au président russe, à ses copains et au reste de son établissement politique que leur argent ne pouvait plus être aussi facilement caché, mais aussi aux professionnels qui le géraient.

« Les banques et les cabinets d’avocats qui fournissent des services à d’autres proches collaborateurs de Vladimir Poutine doivent être conscients qu’il est clair que les autorités travaillent activement pour présenter leur cas devant les tribunaux. »