septembre 29, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

COVID-19 a changé le travail de bureau. Voici à quoi ressemble la «prochaine normalité» au retour des gens

Deloitte Canada aurait pu emménager plus tôt dans son nouveau bureau de Vancouver, n’eut été de la pandémie.

Mais le retard a donné à l’entreprise un peu de temps pour réfléchir à la manière dont cet espace peut être utilisé.

« Nous avons pu vraiment réfléchir à cette » prochaine normalité «  », a déclaré Jayara Daras, responsable de la culture d’entreprise et des employés, qui chez Deloitte inclut la prise en charge des modalités de travail hybrides.

Actuellement, près d’un cinquième de l’effectif régional de Deloitte, soit 1 500 personnes, travaille dans les locaux lors d’une journée de travail normale.

Les employés locaux de Deloitte Canada ont déménagé à la Deloitte Summit Tower à Vancouver en juin, un processus qui, selon la culture de l’entreprise et le chef du personnel, a été retardé par la pandémie. Mais le retard a donné à l’entreprise le temps de réfléchir à la manière dont elle utilisera l’espace là-bas. (Ben Nelms/CBC)

« Nous touchons environ 275 300 personnes », a-t-il ajouté. [on a given day]Drers a déclaré, notant que moins de personnes choisissent de venir les lundis et vendredis.

Elle s’attend à ce que ce nombre augmente cet automne, mais elle ne s’attend pas non plus à ce que Deloitte demande un retour.

La pandémie a bouleversé les routines de bureau établies de longue date, incitant les organisations à repenser la façon dont le travail est effectué et à adopter des arrangements plus flexibles.

Davantage de personnes sont encouragées à retourner physiquement au travail cet automne, mais il ne semble pas que le monde du travail reviendra à son état d’avant la pandémie.

Regarder | Demander de la flexibilité, même de retour au bureau :

Les travailleurs veulent de la flexibilité dans les plans de retour au bureau

Alors que les restrictions liées à la pandémie s’assouplissent à travers le Canada, les entreprises se préparent à accueillir à nouveau les employés au bureau. Mais beaucoup résistent et demandent des modalités de travail flexibles, tandis que d’autres cherchent à retourner au bureau.

« Il est clair que le travail à domicile restera ici », a déclaré Nicholas Bloom, professeur d’économie à l’Université de Stanford, qui a étudié l’impact de l’expansion de l’adoption d’un travail plus flexible, par e-mail.

Début temporaire de l’ascension ?

Colliers Canada gère plus de 60 millions de pieds carrés d’immobilier commercial à travers le pays, les espaces de bureaux représentant plus de la moitié de cette empreinte.

Amy Fong, vice-présidente de la stratégie des services de gestion immobilière chez Colliers Canada, affirme que de nombreuses entreprises commencent à voir les gens retourner au bureau sur une base volontaire au printemps – et son organisation apprend que certaines entreprises le font maintenant dans une présence obligatoire au bureau . (Fourni par Amy Fong)

Amy Fong, vice-présidente de la stratégie des services de gestion immobilière chez Colliers Canada, a déclaré que la société menait des sondages réguliers auprès des locataires tout au long de la pandémie.

Cette année, entre le printemps et l’automne, Fong a déclaré que Colliers avait vu « une augmentation de 4% du nombre d’entreprises qui ont déclaré qu’elles passaient à un emploi à temps plein » au bureau – où les employés vont cinq jours par semaine – ce nombre passant de 33 à 37 pour cent.

Cela peut sembler être un gain temporaire, mais Vuong a déclaré que cela pourrait être un indicateur d’une tendance plus large.

« Beaucoup d’entreprises ont déposé des dossiers [return-to-office] Les politiques sont sur une base volontaire ce printemps », a déclaré Fung.

« Nous entendons dire que les entreprises pourraient envisager de supprimer cette option volontaire d’ici l’automne. »

Villes et passagers

À Toronto, de nombreux bureaux restent inutilisés pendant près de 30 mois à l’ère de la COVID-19.

L’Alliance de recherche régionale stratégique (SRRA), un groupe de recherche indépendant, surveille le niveau d’occupation des bureaux dans la ville la plus peuplée du Canada.

La Strategic Regional Research Alliance estime que le pourcentage de personnes qui se présentent au bureau de Toronto, le mois dernier, est inférieur à 30 % de son équivalent pré-COVID. (Evan Mitsui/CBC)

Le pourcentage de personnes se rendant dans ces espaces – à partir de son dernier instantané de la mi-août – est toujours Moins de 30% de son équivalent pré-pandémique.

Iain Dobson, co-fondateur de SRRA, s’attend à ce que les employeurs veuillent voir plus de personnes au bureau cet automne, si possible.

« Nous avons eu beaucoup de faux départs », a déclaré Dobson à CBC News lors d’un entretien téléphonique.

La Commission de transport de Toronto s’attend à Un bond de 10 à 15 % du nombre de passagers Cet automne, après le retour des élèves à l’école et « plus de gens retournent travailler au bureau ».

Photo d’archive montrant l’extérieur de la station de métro Côte-Vertu à Montréal. La Société de transport de Montréal s’attend à voir plus de personnes prendre le transport cet automne alors que les élèves retournent à l’école et que plus de gens retournent au bureau. (CBC/Radio Canada)

Cela correspond aux attentes de la Société de transport de Montréal.

« Nous sommes actuellement à 65% du niveau pré-pandémique et nous prévoyons d’atteindre 70 à 80% cet automne, principalement en raison du retour des travailleurs et des étudiants », a déclaré la porte-parole de la STM, Emily Regis, dans un courriel.

De nombreux employés seront au bureau « plus souvent » qu’aujourd’hui

Certains des principaux employeurs du Canada s’efforcent de ramener plus de personnes sur le site cet automne – même si, comme ils comptent sur de nouvelles modalités de travail, ces employés ne se rendront peut-être pas au bureau tous les jours.

La Banque Royale du Canada, qui compte plus de 60 000 employés au Canada, cherche à voir les dirigeants et les employés au bureau « plus souvent » – avec le président et chef de la direction Dave McKay pour prouver que les gens s’épanouissent en travaillant ensemble.

La Banque Royale du Canada compte plus de 60 000 employés au Canada. Le président et chef de la direction de l’entreprise a noté que l’organisation souhaite voir ses équipes passer « plus de temps » au bureau. (Evan Mitsui/CBC)

« Nous savons que tous les rôles ou équipes ne sont pas identiques, et de nombreux types de travail peuvent être effectués de manière productive à domicile ou hors site. » A écrit dans un post récent sur LinkedIn.

« En même temps, il y a une énergie et une spontanéité qui viennent du contact personnel. Je ne pense pas que la technologie puisse se reproduire. »

Christopher Gray, vice-président de la culture organisationnelle et de la conception de l’entreprise, a déclaré dans un communiqué par e-mail.

Selon Christopher Gray, vice-président de la culture et de la conception organisationnelles de l’entreprise, les employés de Canadian Tire qui occupent des postes hybrides n’ont pas un nombre défini de jours qu’ils doivent passer au bureau. (Chris Watty/Reuters)

Cependant, Canadian Tire a investi dans « de nouvelles technologies, des équipements modernes et des espaces de collaboration » et pense que ses employés « continueront à se rassembler plus personnellement », a-t-il déclaré.

gouvernement fédéral, qui emploie plus de 300 000 fonctionnairesIl a également l’intention de voir plus de personnes se manifester dans ses installations – et le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada affirme que ce processus est en cours, pour divers ministères, depuis le printemps.

Dans un courriel, le conseil a déclaré que « le gouvernement du Canada a testé de nouveaux modèles hybrides en vue d’une mise en œuvre complète à l’automne » si les considérations de santé publique le permettent.

Syndicats représentant les agents publics Ils ont exprimé leurs préoccupations au sujet de ce plan.

Il n’y a pas de véritable justification

Greg Phillips, président de l’Association canadienne des employés professionnels, a déclaré que le gouvernement n’avait pas expliqué pourquoi plus de temps au bureau était nécessaire – et n’avait pas indiqué qu’il y avait un problème avec le travail des fonctionnaires. tous les deux de chez eux.

« Aucune véritable justification n’est donnée », a déclaré Phillips, dont le syndicat représente 23 000 membres, dont des économistes, des traducteurs et des interprètes du gouvernement.

Bloom de l’Université de Stanford faisait partie d’un effort plus large visant à examiner les expériences des personnes travaillant à domicile pendant la pandémie.

La recherche pointe vers un avenir dans lequel les travailleurs souhaitent conserver la flexibilité à laquelle ils ont été habitués au cours des deux dernières années et demie.

Enquête de février 2022 Il compte plus de 20 000 participants à travers le monde15 pour cent de ces répondants ont indiqué qu’ils quitteraient leur emploi s’ils étaient forcés de retourner au travail cinq jours par semaine.

Une proportion plus élevée de Canadiens – environ 22 pour cent – se sentait de cette façon.

Le Canada, comme les États-Unis, a une économie très développée avec un grand nombre d’emplois professionnels qui peuvent [be] une main-d’œuvre éloignée et très instruite et de nombreuses personnes vivent loin du travail », a déclaré Bloom.

READ  La chambre de Kelowna estime que les congés de maladie payés nuiront aux petites entreprises - Kelowna News