décembre 2, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

courtier en valeurs mobilières de Vancouver éclairé dans l’immobilier; Banni et amende de 125 000 $

Lucilia Suk Ching Tan a demandé à ses clients de fonds communs de placement et n’a pas coopéré avec les enquêteurs, selon le comité de la Mutual Fund Dealers Association.

Un ancien négociant en fonds communs de placement de Vancouver chez WFG Securities a été définitivement banni du secteur et condamné à une amende de 125 000 $ pour avoir mené des activités immobilières non autorisées comprenant un stratagème d’évitement fiscal.

Lucillia Sok Cheng Tan a travaillé chez WFG de 2005 à 201,9 mais de 2012 à 2019, elle a mené des « activités commerciales extérieures » avec sa société familiale AT Property Investors Hub Inc. En vendant des immeubles de placement aux États-Unis à ses clients boursiers.

En tant que revendeur agréé, il était tenu de divulguer une telle activité ; Cependant, elle ne l’a pas fait, et il s’est alors avéré qu’elle ne coopérait pas avec les enquêteurs de la Mutual Fund Dealers Association.

L’association a prononcé la lourde amende le 5 octobre à l’issue d’une audience. Tan coûte également 10 000 $ et est définitivement interdit à tous les membres de la MFDA.

En réponse aux premières demandes de renseignements de la WFG, Tan a conseillé de créer la société de son mari « afin qu’il puisse investir lui-même dans l’immobilier aux États-Unis sans imposer l’immobilier aux États-Unis en cas de décès. Mon rôle est de agir comme l’un des signataires autorisés à la banque. Je peux transférer de l’argent du Canada aux États-Unis pour lui s’il n’est pas physiquement au Canada. »

Rien n’indique que l’entreprise ait commis un acte répréhensible.

READ  Premier aperçu : le système de super propulsion de Lal Bikes divise la piste du dérailleur en deux avant qu'il ne se produise sur la piste

Tan a également effectué un travail similaire pour une autre société immobilière américaine appelée Fairlock Partners lorsqu’elle a participé à une augmentation de capital. L’association a également nommé deux autres sociétés de ce type qui ont été nommées dans leurs documents d’entreprise.

Au moins quatre clients de WFG ont déclaré avoir investi dans des investissements immobiliers via ou aux côtés de Fairflock Partners, ce qui était un conflit d’intérêts ou un conflit d’intérêts potentiel, selon la décision du panel indépendant de l’association.

Le jugement a conclu que Tan n’avait pas coopéré par la suite avec l’association.

L’association est un organisme d’autoréglementation des courtiers en épargne collective canadiens qui réglemente les opérations, les normes de pratique et la conduite des affaires des sociétés membres, comme la WFG, et de près de 80 000 courtiers, comme Tan.

Tan rejoint 12 autres commerçants de WFG qui ont été interdits en novembre 2018 pour avoir falsifié des dossiers afin de sécuriser des investissements. Ils ont été condamnés à une amende de 72 000 $ en moyenne.

Que Tan, qui a quitté WFG en 2019, paie l’amende, c’est une autre affaire.

De nouveaux pouvoirs d’Assemblée législative ont été accordés à l’Assemblée en juin 2018.

Avant 2018, l’association ne percevait que 14 % des amendes imposées au Canada. En 2018, les taux de collecte sont passés à 48 %, puis 17 % en 2019 et 25 % en 2020.

L’année dernière, au plus fort de la pandémie de coronavirus, il y a eu une forte baisse des audiences – seulement 77 contre 120 et 132 au cours de chacune des deux années précédentes, respectivement. Ces 77 séances ont entraîné une amende moyenne de 43 514 $.

READ  Le prix de l'or reste sous pression après la hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis

Le vice-président de l’association pour la région du Pacifique, Geoff Mount, a déclaré que les commerçants qui ne paient pas leurs amendes ne peuvent pas retourner dans l’industrie. Dans le cas de Tan, elle n’est pas autorisée à revenir, qu’elle paie ou non l’amende.

Depuis le début des activités disciplinaires de l’ACFM en 2004, les comités d’audience de l’ACFM ont imposé des amendes totales d’un peu plus de 100 millions de dollars.

Au cours des cinq dernières années, l’association a imposé des amendes de 48,3 millions de dollars. La majorité de ces amendes sont imposées à des particuliers, et non aux entreprises pour lesquelles ils travaillent, qui n’ont reçu que 3,9 millions de dollars d’amendes depuis 2016 (qui ont toutes été payées).

gwood@glaciermedia.ca