mai 24, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Coronavirus : la sous-variante BA.2 d’Omicron détectée au Canada

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) affirme avoir détecté plus de 50 cas d’un nouvelle sous-variante d’Omicron connue sous le nom de BA.2.

Dans une déclaration envoyée par courriel à CTVNews.ca mercredi, l’ASPC a confirmé que 51 cas de la sous-variante BA.2 ont été signalés au Canada, principalement par des voyageurs internationaux.

BA.2 est un descendant de la variante hautement transmissible d’Omicron et a été trouvé dans au moins 40 pays mercredi, selon la plateforme mondiale de partage de données sur les coronavirus GISAID.

L’ASPC a déclaré qu’elle surveillait BA.2, comme elle le fait pour toutes les nouvelles variantes de la COVID-19, et soutient que les Canadiens devraient continuer de suivre les conseils des responsables de la santé publique.

« Bien que l’impact de toutes les variantes continue d’être surveillé au Canada, le gouvernement du Canada sait que la vaccination, combinée à la santé publique et aux mesures individuelles, est essentielle pour réduire la propagation de la COVID-19 et de ses variantes », a déclaré l’ASPC.

BA.2 a été détecté pour la première fois en novembre 2021 et le Le Royaume-Uni l’a désigné comme « variante sous enquête » vendredi, disant qu’il pourrait avoir un avantage de croissance.

Bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’ait pas encore qualifié BA.2 de « variante préoccupante », il est suivi de la propagation de la sous-lignée.

La variante Omicron, B.1.1.529, a quatre sous-lignées : BA.1, BA.1.1, BA.2 et BA.3.

La sous-lignée BA.2 est largement considéré comme « plus furtif » que la version originale d’Omicron car certains de ses traits génétiques le rendent plus difficile à détecter. Certains scientifiques disent que cela pourrait aussi être plus contagieux, cependant, ils reconnaissent qu’il y a encore beaucoup d’inconnues sur la sous-variante.

READ  Melinda French Gates ne donnera plus l'essentiel de sa richesse à la Fondation Gates | Portes françaises de Melinda

L’ASPC a déclaré que BA.2 présente « de nombreuses similitudes » avec BA.1, mais présente certaines différences, notamment dans les mutations qui peuvent affecter la transmissibilité, la détection et éventuellement l’évasion immunitaire.

« Il existe actuellement très peu de preuves pour déterminer l’impact potentiel des différences entre BA.1 et BA.2, d’où les efforts continus des scientifiques de l’ASPC pour surveiller les cas ici au Canada et suivre les développements à l’échelle internationale », a déclaré l’ASPC dans le communiqué.

Spécialiste des maladies infectieuses Dr. Isaac Bogoch a déclaré qu’un « degré significatif d’incertitude » demeure autour de BA.2, mais la sous-variante mérite d’être surveillée car de plus en plus de cas sont signalés dans le monde.

« Nous avons beaucoup de BA.1 par exemple ici au Canada, nous avons aussi BA.2. Ce qui est intéressant, c’est que dans d’autres juridictions, nous constatons une croissance de BA.2 alors que BA.1 pourrait être en baisse », Bogoch a déclaré mercredi à CTV News Channel. « Encore une fois, quelque chose à surveiller pour l’instant. »

Malgré cela, Bogoch a déclaré que les Canadiens ne devraient pas s’inquiéter. Il a noté que l’efficacité des vaccins COVID-19 contre BA.2 sera probablement « très similaire » à la sous-lignée BA.1.

« Ce n’est pas la même chose [as BA.1]c’est probablement un peu plus transmissible, mais il y a probablement beaucoup d’autres similitudes », a déclaré Bogoch.

« Je pense qu’il est trop tôt pour savoir exactement comment ces manifestations se manifestent et nous devons en savoir plus », a-t-il ajouté.

Avec des fichiers de l’Associated Press