octobre 28, 2021

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

« Contrôle » : le Premier ministre britannique exhorte la France à se retirer du conflit universitaire américain | Actualités françaises

Boris Johnson dit à Paris de « m’accorder une pause » au milieu de la colère française à propos d’un nouveau pacte de sécurité entre le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exhorté la France à “prendre le contrôle” après que Paris ait passé des jours à réagir en colère après avoir été mis à l’écart par un nouvel accord de sécurité négocié entre le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie.

Johnson a salué mercredi l’accord du trio, qui a conduit l’Australie à renoncer à un accord de plusieurs milliards de dollars avec la France pour construire des sous-marins conventionnels, comme “un pas en avant fondamentalement important pour la sécurité mondiale”.

Au lieu de cela, l’Australie obtiendra au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec la technologie américaine et britannique dans le cadre du nouvel accord de sécurité indo-pacifique tripartite, surnommé AUKUS.

“Ce sont trois alliés aux vues similaires qui se tiennent côte à côte pour créer un nouveau partenariat de partage de technologie”, a déclaré Johnson aux journalistes à Washington, DC.

“Je pense qu’il est temps pour certains de nos chers amis du monde entier de s’en sortir et de me donner une pause”, a-t-il ajouté, en utilisant l’expression française “get a fist” et une combinaison de français et d’anglais pour signifier “donnez-moi un Pause.”

Johnson a déclaré que l’accord n’était “pas exclusif” et a rejeté les suggestions selon lesquelles il s’agissait d’une tentative de contrer l’influence croissante de la Chine.

“Je trouve très difficile de voir dans cet accord quelque chose que je n’aime pas”, a-t-il déclaré.

READ  Dog the Bounty Hunter se joint à la chasse à Brian Laundrie dans l'affaire Gabby Petito-National.

Entretiens Macron et Biden

Les commentaires de Johnson sont intervenus après que la France a rappelé ses ambassadeurs des États-Unis et de l’Australie la semaine dernière, se disant surprise par la décision de Canberra de développer des sous-marins avec les États-Unis et le Royaume-Uni plutôt que de s’engager dans un contrat de 2016 pour les navires diesel français.

Aucune décision de ce type n’a été suivie pour Londres, le ministre français de l’Europe, Clément Pellon, suggérant que c’était parce que le Royaume-Uni était un “partenaire junior” dans l’accord et inféodé à Washington sur les questions de politique étrangère post-Brexit.

Mais la ministre française de la Défense Florence Parly s’est retirée des entretiens prévus avec son homologue britannique, Ben Wallace, qui devaient avoir lieu à Londres cette semaine.

Des responsables des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie ont tenté d’apaiser la colère de la France en assurant à Paris qu’elle restait un allié vital.

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron devraient s’entretenir par téléphone mercredi pour la première fois depuis le début de la querelle. Biden et Johnson se sont entretenus mardi à la Maison Blanche.

Le bureau de Macron a déclaré s’attendre à des “mesures concrètes” de Washington pour restaurer la confiance perdue.

Le président français souhaite que Biden reconnaisse la nécessité de consulter ses alliés avant de prendre une décision. Macron espère également que les États-Unis reconnaîtront la nécessité d’une souveraineté européenne.

Mardi, l’Allemagne s’est jointe à la France pour réprimander les États-Unis pour avoir négocié en secret l’accord de sécurité trilatéral, tandis qu’un haut responsable de l’UE a déclaré qu’un tel comportement était inacceptable.

READ  Un pilote de Boeing accusé de fraude lors de l'inspection de modèles d'un 737 qui s'est écrasé plus tard