novembre 29, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Comment la «folie» du Sénégal pour étourdir la France à la Coupe du monde sera regrettée pour les âges | Coupe du monde

Hubris, par la délégation française, des porteurs de meutes aux panjandrums, et dont quelques militaires, il faut bien le dire. Aucune équipe n’a jamais remporté trois Coupes du monde, pas même le Brésil de Pelé ou l’Allemagne de l’Ouest de Beckenbauer. France ce.

détenus par la France. La France, longtemps à la recherche d’un avant-centre, peut s’appuyer sur les meilleurs buteurs des championnats anglais, français et italien : Thierry Henry, Djibril Cissé et David Trezeguet. À l’Euro 2000 – la France a adoré et montré – ils pouvaient vivre avec cette étiquette, voire prospérer, comme en témoigne le but en or de Tresquet en finale, alors qu’ils étaient dominés pendant de longues périodes par l’Italie.

La France a appris à être conquérante ; Mais ces conquérants étaient fatigués. Patrick Vieira avait joué 61 matchs avant d’atterrir en Corée du Sud. Les résultats des tests physiques menés début mai à l’Altitude Performance Center de Dignes dans les Alpes françaises ont été dévastateurs. Comme l’a dit Yuri Georgaeff: « Nous sommes carbonisés. »

Guide rapide

Qatar : Au-delà du football

Afficher

C’est comme aucune autre Coupe du monde. Au cours des 12 dernières années, le Guardian a rendu compte des problèmes liés à Qatar 2022, de la corruption et des violations des droits de l’homme au traitement des travailleurs migrants et aux lois discriminatoires. Le meilleur de notre magazine est collecté avec notre dévouement Qatar : Au-delà du football Page d’accueil pour ceux qui veulent approfondir les questions au-delà du terrain.

Le rapport du Guardian va au-delà de ce qui se passe sur le terrain. Soutenez notre journalisme d’investigation Aujourd’hui.

Merci pour votre commentaire.

« Beaucoup de joueurs ont fait tourner les têtes avec ce qui a suivi Coupe du monde Gagner en 98 », m’a dit plus tard Emmanuel Petit. « Les sponsors étaient partout et ils en voulaient pour leur argent. Nous aurions dû nous concentrer sur notre travail, mais non. Il y avait toujours une cérémonie à laquelle assister, une poignée de main ou une séance photo. Nous étions entourés de gens qui n’arrêtaient pas de nous dire que nous étions les meilleurs et nous ne pouvions pas perdre. J’ai moi-même un peu perdu la tête. C’était un gâchis.

Comme nous étions confus lorsque des journalistes attachés au groupe ont rompu leur silence après l’événement et nous ont raconté ce qui s’était passé à la base cinq étoiles des Bleus à Séoul, au Sheraton Grande Hill Walker Hotel and Towers en Corée.

Rien de mieux ni de plus cher pour les Bleus et leur staff. Six tonnes de matériel ont été envoyées, dont « le matériel » contenant 20 caisses de Château la Lignane et Domaine de l’Sevin, deux Côtes-du-Rhône en bouteille du domaine servis au repas de groupe, suffisants, mais pas identiques. Une bouteille de Romanée-Conti d’une valeur de 4 000 £ a été commandée par le président de la FFF, Claude Simonet, lors d’un somptueux dîner dans l’un des restaurants du Sheraton. et des représentants des parrains du groupe, qui a réuni une quarantaine de personnes.

Thierry Henri de France.
Le rôle et le positionnement de Thierry Henry ont été l’un des nombreux problèmes auxquels la France a été confrontée avant le tournoi. Photo : Kai Pfaffenbach/Reuters

Certains acteurs – presque tous coiffeurs, un terme utilisé pour ceux qui ne devraient pas figurer dans le premier XI – n’ont pas pu résister aux tentations de la boîte de nuit du Sheraton, le Sirocco et sa troupe de danse entièrement féminine ; Ils peuvent se cacher et se retirer dans leurs chambres via un « ascenseur secret » accessible depuis l’une des cabines de karaoké.

L’agitation croissante dans le vestiaire a conduit à une concentration et à une indiscipline accrues. Les joueurs seniors ont remis en cause les choix tactiques de leur entraîneur. Roger Lemerre a opté pour un 4-2-3-1 que Patrick Vieira et le capitaine suppléant Marcel Desailly ont jugé insuffisant en l’absence de Zinedine Zidane – qui sera remplacé par Yuri Georgaev dans le rôle de meneur de jeu. — et Robert Pires, pour qui Sylvain Wildart n’est pas un substitut tout à fait convaincant. Lemerre ne bougea pas.

Une semaine avant le match, le sélectionneur sénégalais Bruno Metsu a confronté la presse sénégalaise, qui avait annoncé que son équipe adopterait un 4-1-4-1 face à la France, avec Aliou Cissé devant le défenseur (« Voulez-vous la France pour gagner ou quoi? »), La réaction de Lemar. Il a déclaré: « Je sais comment ils vont jouer pendant un mois, mais je n’ai pas l’habitude de construire mon équipe en fonction de l’opposition. »

Puis Henry est devenu confus. En tant qu’avant-centre, il deviendrait l’un des plus grands buteurs de la Premier League; Mais Lemerre a réservé David Tresquet pour jouer à la pointe de l’attaque française, laissant tomber l’attaquant d’Arsenal à son ancien poste sur la gauche. La sélection de Lemar avait du sens puisque Drezeguet a marqué 32 buts en 46 matchs pour la Juventus cette saison-là. Cependant, Henry ne l’a pas vu de cette façon et l’a dit. Il a été frustré par une mystérieuse blessure qui l’a forcé à jouer un match d’entraînement contre Urawa Reds avec une genouillère. L’ambiance dans le camp sénégalais n’aurait pas pu être plus austère.

L'entraîneur français du Sénégal Bruno Metsu embrasse un membre de son équipe après le coup de sifflet final.
L’entraîneur français du Sénégal Bruno Metsu embrasse un membre de son équipe après le coup de sifflet final. Photo : Elise Amendola/AP

« Je suis N’oubliez pas que nous avons discuté avant le match », se souvient El Hadji Diouf. « Bruno Metsu est entré dans le vestiaire et a tiré ses cheveux en arrière. Il a dit: » Que puis-je vous dire aujourd’hui? Nous sommes ensemble depuis longtemps maintenant. Je vous connais tous très bien. Vous êtes un groupe de fous. Ce soir, après le match, des gens du monde entier vont t’encourager. » Je sais qu’ils vont parler de ça. Lève-toi et montre-moi de quoi tu es capable. » C’était énorme. Nous n’avions rien à dire. Il nous a vus et savait que nous pouvions aller là-bas et gagner.

Avant le match, Metsu a insisté pour que ses joueurs utilisent chaque seconde de l’heure allouée pour se faire une idée du terrain. Ce n’est pas le cas de Lemerre, qui a annulé l’entraînement léger comme « inutile ». Ce qui était clair dès le départ, c’est que le Sénégal n’était en aucun cas intimidé. A la cinquième minute, ils se créent leur première vraie occasion et Diouf, jouant peut-être le match de sa vie, surprend Dessaily en l’air et trouve Galileo Fatiga, dont le tir est trop proche de Fabian Barthes.

Cette scène se répète partout. Avec Diouf jouant le rôle de l’intimidateur, Franck Leboeuf et Desailly ont tous deux du mal à suivre, les arrières français Lilian Thuram et Pixante Lizarazu vérifient leur jeu naturel pour compenser l’immobilité de leurs défenseurs centraux jusqu’à ce que leur équipe recule après la mi-temps. -ligne de voie.

Les Bleus ont eu leurs moments ; Mais la fortune et le sang-froid les ont abandonnés. Ensuite, la France a semblé établir une sorte de domination, et juste avant la demi-heure de jeu, l’impensable s’est produit.

Djorkaeff a été pris en possession; Le ballon a été envoyé dans la trajectoire de Diouf, qui, avec trois touches sûres et un rythme fulgurant, a envoyé un centre bas qui a laissé LeBoeuf mort sur la gauche. Le ballon a rebondi contre Petit et Barthes sur le chemin de Papa Bouba Diop, le seul joueur sénégalais parmi les six joueurs paniqués. Diop a glissé, mais a quand même réussi à connecter le ballon dans le filet vide.

Le Sénégalais Alio Cissé s'est mis à genoux pour célébrer le coup de sifflet final à Séoul.
Le Sénégalais Alio Cissé s’est mis à genoux pour célébrer le coup de sifflet final à Séoul. Photo : Kim Jae-Hwan/EPA

La plupart de l’équipe du Sénégal s’est rassemblée près du drapeau du coin droit pour danser autour du maillot de Diop. « A la mi-temps, nous sommes entrés dans les vestiaires avec une avance de 1-0 et de grands sourires aux lèvres », se souvient Diouf. « On s’est donné des high fives. Bruno est entré, il était énervé. Il nous a arnaqués ! Il a dit : ‘Les gars, ce n’est pas encore fini ! Il reste encore 45 à 50 minutes à jouer. Il n’y a rien dans le sac. Vous pouvez donnez-vous des high fives après le match. C’est ce dont nous avons besoin. »

Une réaction devait venir de la France, mais tout jeté à la défense sénégalaise par les arrières de Metsu et le gardien Toni Silva, Cissé a admirablement géré un mur à un homme devant sa surface.

L’arbitre émirati Ali Bujzaim a donné le coup de sifflet final au soulagement de la foule coréenne, qui a ressenti un mélange de choc et de joie. Dakar a éclaté de joie. Paris… Bon, Paris croyait encore aux héros de ’98 et ’00, mais pas pour longtemps. Des questions difficiles seront bientôt posées. Nous savons déjà de quoi il s’agit : le Sénégal les a posées et y a répondu.

Ceci est un extrait édité de Against All Odds: The Greatest World Cup Upsets. Edité par Halcyon (£15.99)

READ  La Corée du Sud et la France s'engagent à stimuler le développement technologique conjoint pour les industries innovantes