avril 16, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Aryna Sabalenka a battu Elena Rybakina pour remporter une finale palpitante à l’Open d’Australie féminin

Aryna Sabalenka a battu Elena Rybakina pour remporter une finale palpitante à l’Open d’Australie féminin



CNN

Biélorusse de naissance Arina Sabalenka Vaincu Elena Rybakina en trois sets pour remporter une course féminine passionnante Championnat Open d’Australie le dernier samedi, devenant le premier joueur à concourir sous un drapeau neutre pour remporter un titre du Grand Chelem.

Au milieu du conflit en Ukraine, Tennis Australia a demandé aux joueurs russes et biélorusses de concourir en tant que neutres.

Sabalenka a prévalu dans le premier set, venant de l’arrière pour battre le champion en titre de Wimbledon 4-6 6-3 6-4 dans un revirement remarquable à Melbourne.

Une pause du service de Rybakina lors du septième jeu d’un troisième set tendu s’est avérée être une percée décisive pour la cinquième tête de série, qui a ouvert la voie à un succès éventuel.

Un départ nerveux de Sabalenka – elle a commis cinq doubles fautes et n’a remporté que quatre points au deuxième service dans le premier set – a donné l’impression que ce serait un deuxième Grand Chelem de routine pour Rybakina alors qu’elle remportait le premier set en 34 minutes.

Mais Sabalenka a trouvé précision et puissance dans les deuxième et troisième sets, Rybakina vacillant dans les étapes décisives. Le Kazakh d’origine russe, qui est également un grand frappeur, a marqué trois points dans le tournoi mais a servi un long coup droit au quatrième. Sabalenka est tombée au sol, fondant en larmes après avoir remporté son premier majeur.

Elle a célébré son entrée dans la loge des joueurs lorsque son entraîneur, Anton Dubrov, a été vu en train de sangloter dans un gant de toilette.

READ  Déclaration de la Première Ligue canadienne concernant le soccer professionnel féminin - Canadian Premier League

« Je suis toujours très tremblante et nerveuse », a-t-elle déclaré aux téléspectateurs dans son discours au tribunal avant la présentation.

Après avoir reçu le trophée des mains de Billie Jean King, Sabalenka a remercié la grande américaine pour son travail de pionnière dans le football féminin et a ensuite remercié son équipe, qu’elle a qualifiée de « la plus folle du circuit ».

« Nous avons eu beaucoup de dérapages l’année dernière », a-t-elle déclaré. « Nous avons travaillé si dur, vous méritez ce trophée, il s’agit plus de vous que de moi. Merci beaucoup pour tout ce que vous faites pour moi. Je vous aime. »

Sabalenka, née à Minsk, disputait sa première finale de Grand Chelem, après avoir perdu trois matches en demi-finale. Au départ, le match s’est ouvert sur une double faute car les nerfs ont clairement joué leur rôle dans une occasion comme celle-ci. Elle a admis plus tard qu’elle n’avait pas « donné le meilleur de moi-même » tactiquement dans le premier set.

Dans le deuxième set, Rybakina a frappé un coup droit et a breaké tôt pour prendre une avance de 3-1. Lorsque Rybakina a menacé de rebondir tout de suite, comme elle l’avait fait dans le premier set, Sabalenka a tenu bon et a battu une autre double faute pour porter son avance à 4-1 avant de s’adjuger le set d’une tête.

Après un excellent deuxième set de Sabalenka, le match s’est tendu dans le troisième set décisif. Au début, la paire s’est affrontée, toutes deux ayant le courage d’aller dans leurs tirs, pour maintenir la puissance, mais c’est Sabalenka qui a percé à la fin.

READ  Les Canucks échangent Anthony Bouvier aux Blackhawks

« J’ai besoin de quelques jours de plus pour comprendre ce qui s’est passé », a déclaré Sabalenka à Eurosport.

« Je suis tellement heureux et fier. Il y a tellement de choses dans ma tête. Je ne suis pas sur cette planète en ce moment. C’est un peu un soulagement, j’ai été dans le top 10 mais je n’ai pas eu de Grand Le titre de Slam n’a pas encore été remporté et il a été très difficile de l’obtenir, chaque championnat était très émouvant.

« C’est un soulagement, c’est une joie, je suis fier de moi, de tout le monde. »

Lorsqu’on lui a demandé comment célébrer, Sabalenka a répondu en riant : « Je vais probablement manger tout ce que je n’ai pas pu cette semaine. »

Plus à suivre.