avril 14, 2024

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Approche-t-on d’un point d’inflexion pour le pétrole ?

Approche-t-on d’un point d’inflexion pour le pétrole ?

Les fondamentaux actuels du marché pétrolier sont sous pression, et si vous écoutez les économistes, les fonds spéculatifs ou les gouvernements occidentaux, vous pourriez conclure que le sentiment est résolument baissier. La faible volatilité actuelle des prix du pétrole est le signe d’une possible récession économique. Le débat sur le plafond de la dette ajoute un autre facteur à l’incertitude sur les marchés pétroliers, maintenant que les craintes de la crise bancaire américaine se sont dissipées. Alors que les ours font actuellement beaucoup de bruit, le contraire peut en fait être le cas. Il y a des indications qu’un marché haussier potentiel se profile à l’horizon, en particulier si l’on considère les derniers chiffres de la demande de pétrole fournis par l’Agence internationale de l’énergie à Paris et l’OPEP.

Les rapports des médias grand public soulignent que les retards persistants et l’obstruction des deux partis politiques américains, démocrates et républicains, aux pourparlers sur le plafond de la dette exercent une pression négative sur les prix mondiaux du pétrole. Cela a conduit à une analyse émotionnelle parmi les acteurs du marché pétrolier et les institutions financières, ce qui a atténué l’optimisme croissant entourant la croissance attendue de la demande au second semestre 2023 et au-delà. Le marché a déjà intégré des chiffres de croissance économique chinois inférieurs aux attentes, et une combinaison de la baisse de la production de l’OPEP et d’un ralentissement de la production pétrolière canadienne devrait soutenir les prix du pétrole brut dans les mois à venir.

Le contrat de juin du WTI, qui est prolongé aujourd’hui, reflète la peur. Crainte d’un éventuel ralentissement de l’économie américaine, en raison d’éventuelles défaillances, qui pourrait se traduire par une baisse de la demande. Cependant, les marchés peuvent mal interpréter la situation, car il est peu probable qu’une crise économique systémique ou un défaut de paiement soit le résultat final du jeu de pouvoir actuel au Sénat et au Congrès américains. Les deux parties sont conscientes des risques encourus et des conséquences, comme en témoignent les expériences passées. Les projecteurs médiatiques et la résistance des partis à céder à la pression en une année électorale alimentent la pression pour une confrontation dramatique. Cependant, il est largement entendu qu’un nouvel accord sur le plafond de la dette sera finalement conclu et que la vie continuera comme d’habitude. En outre, un ralentissement économique n’est pas attendu, car l’économie mondiale reste largement positive et les prix de l’énergie ont baissé ainsi que les prix des matières premières. La possibilité d’une récession en Europe n’est pas non plus à l’horizon, car les économies européennes font preuve de vigueur, avec une forte demande de main-d’œuvre disponible même pour pourvoir les postes vacants. En dehors de l’OCDE, les marchés émergents tels que le Moyen-Orient et l’Inde continuent de montrer leur vigueur. En relation: NEOM obtient un financement pour la plus grande usine d’hydrogène vert au monde

READ  Où trouver des bars à gaufres de 7 pouces à Vancouver

Malgré ces perspectives macroéconomiques, le sentiment négatif domine la journée, comme en témoignent les positions courtes des fonds spéculatifs. Comme Bloomberg l’a rapporté la semaine dernière, les hedge funds sont très baissiers sur le pétrole. À l’heure actuelle, la masse salariale non commerciale est proche des creux de 2011. Selon Bloomberg, la majorité des gestionnaires de fonds se préparent à une récession imminente. L’agence de presse a également rapporté que les fonds spéculatifs avaient exprimé des opinions extrêmement négatives sur le diesel et le gasoil, reflétant des niveaux de pessimisme jamais vus depuis les premiers stades de la pandémie de Covid-19. Ces inquiétudes découlent d’une combinaison de facteurs, y compris les augmentations potentielles des taux d’intérêt par la Réserve fédérale, une croissance économique plus lente que prévu en Chine et la possibilité imminente d’un défaut de paiement aux États-Unis. De plus, les fonds spéculatifs craignent que l’OPEP+ ne respecte pas ses engagements concernant la production de pétrole.

Fait intéressant, le marché pétrolier actuel présente une image différente, car il ne montre pas le même niveau de sentiment baissier. La demande devrait reprendre, comme en témoignent l’augmentation des voyages en avion, la forte utilisation des raffineries et la forte demande d’essence et de diesel aux États-Unis. Des signes similaires peuvent également être observés en Europe et dans d’autres régions. Les analystes ont averti qu’en général, les niveaux de stockage de carburant sont inférieurs aux normes saisonnières. De plus, les producteurs de pétrole et d’autres acteurs de l’industrie ont montré une volonté de s’abstenir de se prémunir contre une baisse potentielle des prix.

READ  Poutine dit que les coupes de l'OPEP+ visaient à maintenir les prix du pétrole à un niveau élevé

Dans les semaines à venir, il existe un potentiel pour un changement significatif du sentiment du marché vers des perspectives plus optimistes. La baisse continue des stocks risque de réveiller la majorité des acteurs du marché. Les producteurs, avec leurs stratégies actuelles, pourraient envisager de nouvelles réductions de production si les prix tombent en dessous de 75 dollars le baril, ce qui indique un fort signal haussier. En outre, la résolution de la farce politique entourant le plafond de la dette de Washington, associée à une forte demande pendant la période des fêtes dans le monde, pourrait stimuler le sentiment haussier.

Le manque d’investissement reste une préoccupation majeure, comme l’a confirmé le secrétaire général de l’OPEP, Haitham Al-Ghais. Il a souligné que des investissements insuffisants dans le secteur pétrolier et gazier pourraient entraîner une volatilité du marché à long terme et entraver la croissance. Lors de la Conférence sur le pétrole et le gaz du Moyen-Orient (MEPGC) à Dubaï, Al-Ghais a souligné l’importance de se concentrer sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre plutôt que de simplement remplacer une source d’énergie par une autre. Des investissements majeurs sont nécessaires de toute urgence dans tous les secteurs de l’énergie. L’OPEP a toujours souligné la nécessité d’investissements mondiaux de 12,1 billions de dollars pour répondre à l’augmentation à long terme de la demande de pétrole.

La réduction continue de la production pétrolière russe en raison des sanctions occidentales fait peser des risques importants sur le marché. Les analystes estiment que 2 à 2,5 millions de bpj de la production pétrolière russe, sur les 11 millions de bpj actuels, pourraient être menacés. Le dernier rapport mensuel de l’Agence internationale de l’énergie indique un éventuel déficit de 2 millions de barils par jour d’approvisionnement en pétrole brut au second semestre 2023. Cependant, cette estimation peut en fait être optimiste compte tenu des données publiées par le Groupe des Sept au cours du week-end, qui met Indique son intention de renforcer. Efforts pour faire face à l’évasion de la Russie de fixer un plafond pour les prix de ses exportations de pétrole et de carburant.

READ  Voici les maisons que vous pouvez obtenir au Manitoba au prix moyen des maisons au Canada

Une fois que les fonds spéculatifs retrouveront leur place, il faut s’attendre à une forte augmentation des positions longues. Il suffit d’un seul grand joueur de Wall Street pour devenir haussier, et d’autres moutons suivront.

Par Cyril Widdershoven pour Oilprice.com

Plus de lectures sur Oilprice.com :