juillet 5, 2022

BreaGeek News

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Alors que la guerre fait rage et que les prix des denrées alimentaires montent en flèche, Trudeau assiste au Sommet du Commonwealth au Rwanda

La guerre en Ukraine jettera une ombre sur le Premier ministre Justin Trudeau et d’autres dirigeants du Commonwealth des nations à leur arrivée au Rwanda, mercredi lors de leur première rencontre depuis le déclenchement de la pandémie.

Trudeau est arrivé à Kigali en fin de journée alors que des événements et des forums entourant la réunion, y compris des sessions sur l’égalité des sexes et le leadership économique des femmes, ont commencé dans la capitale fortement gardée.

La sécurité alimentaire – en particulier en Afrique – devrait être un sujet majeur de la Conférence des dirigeants. Il en va de même pour le fait que plusieurs grands pays se sont abstenus lors d’une résolution condamnant l’invasion par la Russie de son voisin d’Europe de l’Est aux Nations Unies au début de cette année.

Dans une entrevue avec CBC Radio, la maisonTrudeau a déclaré que le défi pour les alliés de l’Ukraine est de s’engager « d’une manière très réelle et durable » avec des dirigeants sceptiques quant aux sanctions pour leur faire « comprendre que la Russie essaie de déstabiliser le monde et de ramener la démocratie et l’état de droit des décennies en arrière ».

« Il est important que tout le monde, pas seulement les pays européens, s’oppose à cette tentative de redessiner l’ordre mondial », a-t-il ajouté.

Dix membres du Commonwealth – Bangladesh, Inde, Mozambique, Namibie, Pakistan, Afrique du Sud, Sri Lanka, Tanzanie, Ouganda et Zimbabwe – se sont formellement abstenus lors d’un vote aux Nations Unies en mars dernier qui condamnait l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février.

READ  Le Mexique dit qu'il n'accepte pas l'invasion russe de l'Ukraine

Bien que les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies ne soient pas juridiquement contraignantes, elles ont un poids politique.

Trudeau a déclaré qu’il y avait un argument à faire valoir pour persuader l’Inde et l’Afrique du Sud – dont il a dit « être très fiers des principes de la démocratie, des principes d’intégrité territoriale, de souveraineté et de la capacité du peuple à déterminer son propre avenir ». — pour s’opposer une fois de plus à la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le Premier ministre indien Narendra Modi se saluent avant leur rencontre à New Delhi, en Inde, le 6 décembre 2021. (Manish Swaroop/Associated Press)

Reste à voir l’efficacité de ces arguments. L’Inde, par exemple, achète du pétrole et du charbon russes à prix réduit.

L’Inde est le troisième plus grand consommateur de pétrole au monde et plus de 80 % de celui-ci est importé. Moscou n’était pas un important fournisseur de pétrole à l’Inde avant l’invasion. En janvier et février de cette année, l’Inde n’a importé aucun minerai de Russie.

Aujourd’hui, la Russie est le deuxième exportateur de pétrole de l’Inde.

Trudeau a déclaré que la réunion du Commonwealth serait l’occasion de rappeler aux pays qu’ils « n’ont pas à être gentils avec la Russie » et de souligner le fait que Moscou est « l’instigateur de toute cette instabilité » dans le monde, notamment sur le plan alimentaire. Sécurité.

Nouvelle ambassade prévue au Rwanda

Le Canada tentera également de diffuser ce message en augmentant sa présence diplomatique, transformant la mission au Rwanda en une ambassade à part entière avec un haut-commissaire.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Julie, a qualifié le Rwanda de « stratégique » au sein de l’Afrique et a déclaré qu’il avait démontré un rôle de leader sur le continent.

« Oui, nous savons que la Russie est sur le continent », a-t-elle déclaré. « Oui, nous savons que la Chine est aussi de plus en plus présente sur le continent. Donc, nous ne pouvons pas être naïfs. Nous devons nous assurer que nos diplomates sont sur le terrain, avec leurs yeux et leurs oreilles, écoutant ce qui se passe. »

L’Ukraine et la Russie (dans une moindre mesure) comptent parmi les principaux fournisseurs de céréales de l’Afrique, où les prix des denrées alimentaires sont en train d’augmenter.

Un soldat ukrainien passe devant le grain en feu d’un silo bombardé par les forces russes dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 31 mai 2022. (Serhiy Nozhenko/Reuters)

La Russie a tenté de blâmer les sanctions occidentales pour ces augmentations de prix. Trudeau a noté que les sanctions contre la Russie n’affectent pas les expéditions de nourriture et de céréales.

De nombreuses céréales ukrainiennes destinées à l’exportation sont toujours bloquées dans le pays car ses ports ont été fermés en raison d’un blocus naval russe.

« forum utile »

Colin Robertson, ancien diplomate et expert en politique étrangère à l’Institut canadien des affaires mondiales, a déclaré que la réunion du Commonwealth présente à Trudeau « une véritable opportunité », étant donné que certains autres dirigeants pourraient être absents et que le premier ministre australien récemment élu ne fait que commencer. Mouillé sur la scène internationale.

Robertson a déclaré qu’il s’attendait à voir des discussions plus approfondies lors de la réunion des dirigeants du G7 en Allemagne, qui aura lieu immédiatement après le sommet au Rwanda.

Il a déclaré que le Commonwealth était « un forum utile, mais peut-être moins utile qu’il ne l’était ».

La reine, chef du Commonwealth, sera représentée à la réunion par le prince Charles. Selon les médias britanniques, le Premier ministre britannique Boris Johnson devrait mettre l’accent sur les avantages économiques de l’organisation, y compris la valeur du commerce préférentiel entre ses membres.

Le premier ministre Justin Trudeau rencontre le président rwandais Paul Kagame à Addis-Abeba, en Éthiopie, le samedi 8 février 2020. (Shawn Kilpatrick/La Presse Canadienne)

La semaine dernière, en prévision de la rencontre, Trudeau s’est entretenu avec le président rwandais Paul Kagame. Un haut responsable du gouvernement, s’exprimant en arrière-plan, a déclaré que le Premier ministre tiendrait de nouvelles discussions avec d’autres dirigeants avant le sommet.

Trudeau se rend au Rwanda, où le bilan du pays en matière de droits humains est une fois de plus remis en question.

La semaine dernière, des groupes de défense des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude au sujet de l’emprisonnement et des passages à tabac d’opposants rwandais. Le projet du gouvernement britannique d’expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda a ajouté un autre facteur à ces préoccupations.