BreaGeek News

Luke Skywalker revient sur le devant de la scène

Qui dit nouvelle année, dit nouveau Star Wars. Nous sommes en décembre 2017 et nous avons enfin découvert Les Derniers Jedi, l’Épisode VIII de la saga, réalisé par Rian Johnson, prenant la suite de J. J. Abrams, deux ans après Le Réveil de la Force. Nous savons tous que l’épisode central d’une trilogie est souvent le plus compliqué. Il est désormais temps d’analyser un peu ce long-métrage.
 

 
UN FILM… DÉROUTANT
 
Après de courtes retrouvailles à la fin de l’Épisode VII, voilà venu le temps de découvrir ce qu’est devenu Luke Skywalker au sein de l’univers de Star Wars créé par Disney/Lucasfilm. Les fans ont eu droit à trente ans de romans, de comics et leur imagination pour se faire une idée bien précise du destin du personnage suivant la fin du Retour du Jedi. Mais le résultat est… déconcertant, pour le résumer en un seul mot. D’ailleurs, même Mark Hamill a répété plusieurs fois lors d’interviews qu’il n’avait pas été d’accord avec les choix de Rian Johnson, mais que désormais il allait tout faire en son pouvoir pour accomplir sa vision. Et nous pensons que cela résume fortement le film : nous sommes peut-être en désaccord avec les décisions prises, mais il est désormais temps de réaliser qu’il s’agit désormais de la version officielle et que nous devons faire face à la réalité. Ce n’est plus l’époque de Luke, Han et Leia, mais celle de Rey, Poe et Finn. L’heure est au futur de Star Wars et Les Derniers Jedi dessine clairement la ligne séparatrice.
 
Le long-métrage est justement rempli de moments inattendus et surprenants, même pour quelqu’un qui aurait découvert les spoilers. Est-ce que certaines intrigues auraient été modifiées durant l’écriture après les critiques appelant Le Réveil de la Force un remake d’Un Nouvel Espoir ? Ou était-ce prévu depuis le début ? En tout cas ceux qui craignaient voir un nouveau Empire Contre-Attaque peuvent lâcher un grand soupir de soulagement : il y a bien quelques parallèles, tout en comprenant tellement de choses nouvelles que nous n’avons jamais éprouvé ce sentiment. Mais une autre grande question se pose dans ce cas : où se trouve la limite entre produire quelque chose de nouveau tout en faisant appel à la nostalgie ? L’univers de Star Wars est vaste et Les Derniers Jedi comprend des situations que nous n’avons jamais vues, mais cela ne veut pas forcément dire qu’elles ne peuvent pas exister. Il est souvent étrange de voir les fans se disputer au sujet de certains points quand il s’agit des films avec de vrais acteurs, comparés aux séries animées comme The Clone Wars ou encore Rebels. Mais ne partons pas de tels débats sinon cette critique ferait plusieurs pages ! Dans tous les cas, il était temps de voir des choses nouvelles, quitte à ce que l’on soit déconcerté, pour permettre à la saga de s’agrandir et de s’éloigner des sentiers battus.
 
Comme tout Star Wars, il contient un certain nombre de scènes d’action.  Mais là encore, il s’agit de conflits plus intimistes et de petite échelle, qu’il s’agisse de la Résistance contre le Premier Ordre ou des aventures de Rose et de Finn sur Canto Bight, même si ces dernières passent un peu inaperçues au milieu des autres enjeux. Ces séquences sont souvent courtes et sont loin de s’étendre sur des dizaines de minutes comme la bataille de Hoth, Endor ou la Guerre des Clones. Quant à ceux qui espèrent de superbes duels au sabre laser risquent d’être déçus même si les fameux sabres de lumière sont bel et bien utilisés à plusieurs occasions.
Nous savons, à la suite de plusieurs interviews, que Rian Johnson a dû raccourcir son film et cela se ressent, car souvent, on se retrouve avec un sentiment d’inachevé dans la bouche. Les Derniers Jedi est le plus long de la saga, mais il n’en donne tout de même pas l’impression et aurait facilement pu mériter une demi-heure supplémentaire pour apporter quelques précisions à certains évènements.
 
 
PERSONNAGES, ANCIENS ET NOUVEAUX
 
Passons désormais à l’envers du décor, avec notamment les nouveaux personnages. Ils sont au nombre de deux : Rose, jouée par Kelly Marie Tran et DJ, campé par Benicio Del Toro. La première nous offre un personnage plutôt sympathique avec une bouille adorable et à laquelle on s’attache très rapidement C’est clairement un protagoniste sur lequel les scénaristes ont planché et on espère sincèrement la retrouver dans l’Épisode IX. Pour DJ, là aussi, il s’agit de quelqu’un au caractère intéressant. Sauf qu’il manque de développement. Dommage, surtout quand on a quelqu’un de la trempe de Del Toro pour lui donner vie. On a du mal à bien comprendre ses motivations, même si sa présence permet à la galaxie d’avoir un sentiment de gris, au milieu de l’habituel blanc (les gentils) et noir (les méchants).
 
Par contre, vis-à-vis des anciens, rien de bien nouveau sous le soleil, à l’exception de Kylo Ren, dont l’interprétation par Adam Driver nous permet de mieux comprendre ce qui l’anime et on notera plusieurs séquences avec Rey (Daisy Ridley) très intéressantes. Pour Phasma… pas grand-chose à dire tellement son potentiel a été gâché depuis le début. Gwendoline Christie aurait facilement pu lui donner une grandeur bien plus importante. Encore une occasion manquée, dommage.
Au sujet de Leia... comment lui rendre hommage ? Cela fait un an que Carrie Fisher nous a quittés, mais son personnage vivra à jamais à travers les films et quel bonheur de pouvoir la retrouver une dernière fois comme si elle était encore parmi nous. C'est sûr que son rôle dans le film n'est peut-être pas le plus poignant (surtout qu'elle devait avoir son heure de gloire dans l'Épisode IX). On aimera surtout sa présence pour avoir le plaisir de voir notre chère Princesse. Et quoi qu'on puisse dire sur LA fameuse scène - peut-être par manque d'explication ou un manque de clareté dans son exécution -, Fisher arrive à nous offrir quelques belles scènes et montre que son personnage avait encore de belles aventures encore à vivre.
Ne partons pas sans quelques mots au sujet de Mark Hamill. Qu’on soit d’accord ou non sur les choix du réalisateur à propos de Luke, s’il y a bien un point sur lequel on ne peut pas argumenter, c’est bien la performance de l’acteur. On sent qu’il a bien mûri depuis Le Retour du Jedi, et Hamill nous offre avec justesse un héros déçu par des évènements tragique et qui a choisi l’exil pour éviter qu’ils ne se répètent.
 
Petite note tout de même sur la musique. Malheureusement, John Williams reste sur le même ton que pour Le Réveil de la Force. C’est-à-dire que les nouveaux thèmes sont utilisés et quelques-uns des anciens font une petite apparition, mais en dehors de cela, on ne retiendra rien de mémorable et la bande originale manque le souffle épique que nous connaissions.
 
Les Derniers Jedi est clairement un épisode que nous avons beaucoup apprécié, tout en arrivant à nous frustrer par la même occasion. C’est sûrement le premier Star Wars à nous donner une telle sensation depuis l’époque de la prélogie, même si la comparaison n’est pas la plus parfaite, surtout étant donné que les époques ne sont pas pareilles tout comme la mentalité de toutes les personnes impliquées. Le temps des analyses est loin d’être terminé !
 
 
CONCLUSION
 
Tant de choses à dire, et si peu de temps pour tout écrire. Les générations passent mais les fans de Star Wars restent les mêmes qu’il s’agisse de ceux de la première heure ou les nouveaux : on critique (parfois avec violence), on analyse, on se fait nos propres idées en espérant que le film les réalisera. Sauf que c’est rarement le cas et Les Derniers Jedi, malgré son excellente réalisation ne déroge pas à la règle et devise déjà les fans.
Il est évident que les choix réalisés par Johnson ne plairont pas à tout le monde, mais le film reste impressionnant de part les nombreux points que nous avons étudiés ci-dessus, mais aussi vis-à-vis des émotions véhiculées et des surprises présentes malgré les différents spoilers qui avaient fait leur chemin en ligne durant la production.
 
Quand on parle d’une saga de l’ampleur de Star Wars et de l’impact qu’elle a dans le paysage cinématographique qu’elle continue d’avoir après plus de quarante ans d’existence, nous sommes forcés d’avoir beaucoup de choses à raconter. Et comme les précédents films – et même encore plus à notre avis pour Les Derniers Jedi tellement il nous offre des scènes inédites – il nécessitera plusieurs séances pour vraiment l’apprécier à sa juste valeur et nous offrons ici que nos réactions à chaud.
 
 
Les points forts :
  • La réalisation
  • Le développement des personnages
  • Des moments surprenants
 
Les points faibles :
  • Certains choix inattendus
  • Certains protagonistes sous-exploités
  • La fin d’une ère



Commentaires

Laissez un commentaire